GDF Suez limoge le fondateur de la Compagnie du Vent qui saisit la justice

 |  | 468 mots
Lecture 3 min.
Copyright Reuters
Jean-Michel Germa, pionnier de l'éolien en France, conteste sa révocation. Il dénonce le « siphonage » de sa société par GDF Suez et réclame 485 millions d'euros.

Rien ne va plus entre GDF Suez et Jean-Michel Germa, le pionnier de l'éolien en France, qui avait cédé en 2007 au géant de l'énergie le contrôle de sa société pour financer son développement. Vendredi, GDF Suez a annoncé avoir révoqué Jean-Michel Germa, qui détient encore 43% de La Compagnie du Vent, pour le remplacer à sa tête par un homme du groupe franco-belge, Thierry Conil. Le fondateur de La Compagnie du Vent s'est empressé de contester cette révocation. Il demande en référé au tribunal de commerce d'invalider la procédure. L'audience est fixée au 9 juin.

La tension entre les deux actionnaires, en désaccord depuis des mois, est montée d'un cran à l'approche de l'appel d'offres français sur l'éolien offshore prévu mi-juin. Précurseur, La Compagnie du Vent travaille depuis 2005 sur un projet au large de Dieppe, qui nécessite un investissement de 2 à 2,5 milliards d'euros.

Divergences stratégiques

Jean-Michel Germa estime que ce projet est en voie de se concrétiser grâce à son « travail intensif » depuis des années. Il refuse que GDF Suez vienne dans la dernière ligne droite « réduire le rôle de la Compagnie du Vent à la portion congrue ». GDF Suez vient de s'associer avec Areva et Vinci pour « gagner trois des cinq projets » qui vont être ouverts à la compétition. « La taille de ces chantiers et le cahier des charges du gouvernement exigent des partenariats », souligne GDF Suez.

« En voulant obstinément rester indépendant, Jean-Michel Germa mène la société dans le mur », estime le groupe. Le fondateur de la Compagnie du Vent juge à l'inverse être bridé dans ses développements par GDF Suez qui privilégie d'autres filiales détenues à 100 %. Il accuse le groupe dirigé par Gérard Mestrallet de mener une « politique systématique de transfert des actifs et du savoir-faire » de leur société commune vers d'autres entités du groupe. Et il chiffre à 485 millions d'euros le préjudice subi par la société dont il affirme être encore le président !

Jean-Michel Germa devait de toute façon quitter la présidence de La Compagnie du Vent en novembre prochain. Ce conflit est-il une façon d'ouvrir les négociations pour céder ses parts ? « Ce n'est pas la question, répond-il à « La Tribune ». Je demande réparation pour la Compagnie. Depuis l'arrivée de GDF Suez, nos projets sont entravés. » « Nous n'avons pas vocation à nous contenter d'être banquier, rétorque GDF Suez. Nous avons décidé de prendre les choses en mains. »

C'est décidément la fin de l'autonomie pour les filiales énergies renouvelables des grands énergéticiens. EDF a lancé vendredi, jusqu'au 16 juin, une offre d'achat sur les 50 % d'EDF Energies Nouvelles qu'il ne détient pas.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/06/2011 à 11:15 :
une petite relecture de l'article avant parution serait la bien venue !
a écrit le 20/06/2011 à 10:17 :
Je suis tout à fait d'accord avec LUTINO, ce genre de pratique à long terme et trop fréquente n'est pas saine pour l'avenir d'une compagnie qui se veut d'utilité publique.
a écrit le 02/06/2011 à 12:50 :
Ce n'est pas nouveau, et on fait déjà beaucoup mieux.

A la conférence ICCG8 de Braunschweig en juin 2010 en conférence pleiniére d'ouverture, on a annoncé que l'électricité solaire en couches minces pouvait d'ici quinze ans devebnir moins chére que le nucléaire.

Mais pas pour n'importe laquelle des techniologies en couches minces. En systéme tandem qui dépasse déjà de loin les 20% de rendement ert pour laquelle' il y a encore de nouvelles techniques et des nouveaux matériaux qui pourront à la fois réduire encore les coûts de ces filiéres et d'en améliorer la qualité, les durées de vie et les performances.
a écrit le 01/06/2011 à 21:17 :
S'il a raison et qu'il peut le prouver, il devrait faire de ce cas un exemple, car c'est une pratique très répendue et très peu sanctionnée.
a écrit le 01/06/2011 à 20:13 :
ce GERMA a suffisament profité de l 'aide de la CDC ou travaille son frere pour arreter de se plaindre que l 'actionnaire majoritaire prenne les choses en main
a écrit le 01/06/2011 à 5:40 :
Je pense que c'est via la filiale en Belgique Electrabel que GDF Suez est aux commandes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :