Stockage de CO2 : Bruxelles laisse tomber Florange

Le programme Ulcos de captage et stockage de CO2 qui représentait un espoir de relance des hauts-fourneaux de l'usine ArcelorMittall de Florange a été recalé par Bruxelles. Un coup dur pour le site qui doit maintenant espérer le retrait des candidats mieux placés pour décrocher les financements européens nécessaires à la réalisation d'un projet à 700 millions d'euros.

3 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Rien ne va plus à l?usine ArcelorMittal de Florange. Alors que les syndicats poursuivent sans relâche leur campagne visant à faire plier le numéro un mondial de la sidérurgie afin qu?il réalise les investissements nécessaires à la pérennisation du site, la Commission européenne a recalé le projet de captage et stockage de dioxyde de carbone Ulcos (pour « Ultra Low Carbone Dioxide Steelmaking ») qui aurait pu lui donner de l'acitivité.

240 millions d'euros demandé à Bruxelles

Ce programme, porté par la totalité des sidérurgistes européens et qui permet de réduire de 50% la quantité de C02 émise par la production d?acier, perd ainsi quasiment tout espoir de recevoir des fonds de la part de la Banque européenne d?investissement (BEI). Il aurait pourtant fait de Florange une vitrine de ces techniques nouvelles et avait reçu les soutiens de l'Etat -prêt à financer le projet à hauteur de 150 millions d'euros- et des collectivités locales. La France avait déposé en mai 2011 une demande de 240 millions d'euros auprès du programme européen pour le développement des technologies décarbonnées NER 300. Une enveloppe nécessaire à la réalisation du projet. L'implantation d'une station de captage de CO2 sur le haut-fourneau de Florange et d'un système de conduite pour acheminer le gaz jusqu'à une station de stockage envisagée dans la Meuse représente en effet un coût total de 700 millions d'euros.

Baisse du prix des quotas de carbone

Pourquoi ce refus ? Tout d'abord le programme NER300 tire ses ressources de la vente de 300 millions de quotas émis pour les nouveaux entrants du marché du carbone européen. Or, la baisse du prix des quotas a contraint la BEI a considérablement réviser à la baisse ses ambitions. Passés à 8 euros la tonne, ils ne rapporteraient pas les 4 à 5 milliards d'euros attendus initialement. Autre élément: Ulcos apparaît à la huitième et dernière place de la liste restreinte établie par la Commission européenne à la suite de l'appel d'offres lancé en novembre 2010. Il a notamment été devancé par un projet de gazéification de charbon et de captage en phase de précombustion au Royaume-Uni qui bénéficie déjà de 180 millions d'euros de financement au titre du paquet de relance pour l'énergie.

La réponse définitive attendue pour la fin de l'année

Les dés ne sont pas encore complétement jetés. Ulcos peut encore espérer gagner des places dans le classement en profitant du retrait des autres projets de captage et stockage de CO2 du fait de la crise financière et d'un prix du carbone en chute libre. La réponse définitive est attendue pour la fin de l'année. Mais alors que début juin, la direction d'ArcelorMittal a décidé de prolonger de six mois l'arrêt des hauts-fourneaux, le feu vert de Bruxelles aurait pu assurer les ouvriers d'une reprise de l'activité pour la fin 2013, date à laquelle devait démarrer le captage avec un objectif de 700.00 tonnes de dioxyde de carbone traitées par an.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 15/07/2012 à 23:13
Signaler
Faut-il rapprocher cette décision de la nomination récente d'un staff essentiellement britannique à la tête de cette banque ?

à écrit le 14/07/2012 à 16:22
Signaler
L'argent que distribue Bruxelles, c'est le nôtre.

à écrit le 14/07/2012 à 15:15
Signaler
information érronée. le projet ulcos figure parmi les huit projets retenus et confirmé par le sous préfet de thionville; voir article dans républicain lorrain du 14 juillet.

le 14/07/2012 à 15:42
Signaler
Vous pensez vraiment qu'en finissant huitième sur huit et avec le peu de financement dont bénéficiera NER300 le projet pourra obtenir 240 m euros ?

à écrit le 13/07/2012 à 22:24
Signaler
lol c dommage parce que des cégétistes pour séquestrer du CO², c'était une belle idée !!!

à écrit le 13/07/2012 à 19:36
Signaler
ça c'est du travail de journaliste qui a pris le temps d'étudier son sujet en profondeur, cela une heure avant de charger la voiture pour partir en we...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.