Les micro-turbines d’Enogia transforment la chaleur en électricité

 |  | 593 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : D.R)
La société marseillaise Enogia annonce ce printemps un partenariat scientifique et technique avec IFP Energies nouvelles. De quoi faire grandir cette start-up spécialisée dans la transformation de chaleur en électricité.

 

Pour un dirigeant de start-up, la reconnaissance du métier est souvent le signal d'un succès naissant. Difficile donc pour Arthur Leroux de cacher sa satisfaction alors qu'il s'apprête à annoncer, en ce mois d'avril, un partenariat entre sa société Enogia et IFP Energies nouvelles. Un soutien scientifique et technique qui doit notamment permettre à la start-up marseillaise de développer sa gamme et diversifier les applications de sa technologie de valorisation énergétique dans le domaine des transports.

Améliorer la rentabilité des sites de méthanisation

Ce rapprochement n'est finalement pas si étonnant, lorsqu'on sait qu'Enogia est devenue en quelques années un des acteurs français les plus prometteurs de la transformation de chaleur en électricité. Et ce, grâce à la conception de centrales de micro-cogénération ORC - comprendre à Cycle de Rankine Organique - destinées au sites de méthanisation. « Notre machine se greffe sur l'échappement du moteur explique Arthur Leroux. En évaporant, puis en détendant un fluide de travail dans un expandeur, nous récupérons l'énergie contenue dans les gaz pour la transformer en électricité. » D'une puissance allant de 5 à 100 kW électriques, les systèmes « PowerPack » d'Enogia permettent ainsi d'augmenter le rendement des installations de méthanisation.

Se différencier grâce à la fiabilité

Depuis Marseille, les fondateurs d'Enogia savent qu'ils s'attaquent à un marché mondial et donc forcément très concurrentiel, avec des adversaires comme Eneftech (Suisse), ThermoCycle (Pays Bas) ou Infinity Turbine (USA). Pour les distancer, Arthur Leroux mise beaucoup sur la fiabilité de son innovation. « Dans le domaine du biogaz, les moteurs doivent tourner 8000 heures par an pour être rentable. Nos concurrents développent plutôt des systèmes volumétriques. Nous avons fait le choix d'une micro-turbine cinétique qui n'a pas de contact relatif et qui est donc plus fiable. » Ces turbines « maison » sont conçues et fabriquées en interne afin d'en garantir pleinement la qualité. Dernier élément distinctif : le choix d'utiliser des fluides ininflammables, non toxiques et donc « écolo-compatibles ».

Conquérir le marché français avant de viser l'export

Sa technologie désormais bien maîtrisée, Enogia renforce ce printemps son activité commerciale afin d'atteindre son objectif de 100 unités vendues en 2015. Des clients qu'Arthur Leroux cherche prioritairement en France. « Nous avons déjà installé quelques machines à l'étranger, notamment en Italie et en Chine. Mais avant de viser l'export, nous voulons déjà disposer de solides références dans notre pays. » En France, l'électricité produite par les centrales « PowerPack » est rachetée à un tarif garanti entre 15 et 18 centimes d'euros/kWh. Avec un prix d'achat de ses centrales compris entre 30 et 250 k€, Enogia promet ainsi à ses prospects un retour sur investissement allant de deux à quatre ans. Suffisant pour séduire les exploitants ? Arthur Leroux avoue être actuellement en cours de négociations avec plusieurs acheteurs potentiels. De la chaleur qui devient électricité, des prospects qui deviennent clients, chez Enogia, on l'aura compris, tout est affaire de transformation

---
En vidéo : Interview d'Arthur Leroux, Président d'Enogia

--- 
En bref…

  • Création : 19 juin 2009
  • Siège social : Marseille
  • Effectif : 8 employés
  • Chiffre d'affaires 2013 : 78800 euros
  • Objectif chiffre d'affaires 2014 : 1 million d'euros
  • Actionnariat : business angels (28%) et fondateurs
  • Partenaires : Ademe, BPI France, IFP Energies nouvelles
  • Clients : exploitants d'unités de méthanisation, de stations d'épuration (STEP) et de centres de stockages de déchets (CSD) ; installateurs d'unités de méthanisation ; Universités et Centres de Recherche
  • Concurrents : Eneftech (Suisse), ThermoCycle (Pays Bas), Infinity Turbine (USA)
  • Distinction : Prix Cleantech Republic 2013 - Prix Spécial du Jury

Cleantech Republic

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :