Windeo se donne les moyens de son ambition

Le groupe, qui commercialise les petites éoliennes griffées Philippe Starck, veut lever 5 millions d'euros.
(Crédits : DR)

Windeo sent le vent tourner depuis un certain temps. L'éolien destiné aux particuliers est promis à des jours heureux. Dans ce contexte, l'opérateur de petit éolien veut se donner les moyens de son ambition. Alors qu'il vient de franchir des étapes décisives dans son développement, il s'apprête à en passer deux supplémentaires début 2010.

Six mois seulement après son lancement, la société a d'abord achevé son implantation sur le marché français en ayant ouvert trois filiales en province. En outre, il a lancé en septembre une seconde marque (Sunnéo) spécialisée dans le photovoltaïque, qui se veut un complément d'offre en matière d'énergies renouvelables. Mais l'étape essentielle que Windeo vient de franchir, c'est la signature d'un partenariat commercial stratégique avec Pramac pour la distribution, en France et au Benelux, des petites éoliennes développées par le groupe italien en collaboration avec Philippe Starck. En amont, le projet a pour vocation de démocratiser le petit éolien auprès du privé. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'offre rencontre un certain succès. « Depuis la semaine dernière, nous avons déjà vendu une centaine d'éoliennes clés en main », affirme à « La Tribune » le président de Windeo, Loïc Pequignot, qui cite l'exemple d'un commissariat à Montélimar. Si l'obligation de revente au réseau de l'électricité produite peut être un frein au développement du petit éolien, son prix unitaire (7.500 euros) est en revanche incitatif.

Croissance rapide

Dans ces conditions, le mouvement est promis à s'accélérer l'an prochain. Alors que la société table cette année sur une centaine de petites éoliennes vendues pour un chiffre d'affaires de 2,5 à 3 millions d'euros, elle anticipe déjà pour l'an prochain la vente de 750 machines et escompte un chiffre d'affaires de 17 millions d'euros. Au-delà, la croissance devrait être exponentielle si l'on en croit le président de Windeo, qui avance déjà la fourchette de 35 à 37 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2011.

Reste que de telles perspectives demandent des financements supplémentaires. « Pour accélérer le développement de la société, nous allons entrer dans une phase de levée de fonds dès janvier. Nous espérons à cette occasion lever 5 millions d'euros », précise Loïc Pequignot. Si, comme le souligne le dirigeant, le petit éolien a déjà gagné en visibilité avec les machines griffées du designer français, la société Windeo entend, elle aussi, gagner très prochainement en notoriété. Elle compte pour cela entrer en Bourse, au Marché Libre, à compter de la mi-février.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.