Nord-Sud : le fossé technologique reste " énorme"

 |   |  388  mots
Les demandes de brevets scientifiques s'envolent dans le monde, a déclaré hier l'Office européen des brevets (OEB), et cette envolée est particulièrement marquée en Asie. En Corée, les requêtes ont doublé depuis une dizaine d'années mais elles ont été multipliées par huit en Chine. " Le nombre de demandes de la Chine atteint à présent environ 200.000 contre le double pour les États-Unis, mais beaucoup de ces demandes proviennent d'entreprises étrangères installées en Chine ", souligne l'OEB. Globalement, les demandes de l'Asie émergente continuent de représenter une part modeste du total.La question est sensible depuis la signature en 1994 de l'accord sur les " aspects des droits de propriété intellectuelle touchant au commerce ", dans le cadre de l'Organisation mondiale du commerce. Un accord qui protège les brevets et permet de combattre la contrefaçon. L'essentiel des innovations ayant lieu dans les pays du Nord, ceux du Sud, Chine en tête, n'ont de cesse de réclamer plus de transferts de technologies pour assurer leur développement. La polémique autour de l'utilisation des médicaments brevetés contre les grandes pandémies a illustré le problème.UN GESTE UTILEPlus récemment, les pays riches ont dû accepter à l'ONU la création d'un fonds pour alléger le coût des transfert des technologies propres vers les pays du Sud afin de mieux lutter contre le réchauffement climatique. Un geste utile. Dans son récent rapport sur la diffusion des technologies dans les pays en développement (PED), la Banque mondiale s'alarme : " L'écart technologique entre pays riches et pays pauvres demeure énorme... ", dit-elle. Et estime que, même si " les avancées technologiques ont été de 40 % à 60 % plus rapides dans les PED que dans les pays riches " depuis le début des années 90, les PED ont " néanmoins beaucoup de chemin à parcourir, leur niveau technologique étant quatre fois inférieur à celui des pays à revenu élevé ".De surcroît, la diffusion des technologies au sein même des PED est jugée " faible " et la plupart de leurs entreprises tournent " à moins d'un cinquième du niveau de productivité optimal ", souligne la BM. D'où sa recommandation de renforcer les circuits intérieurs de diffusion des technologies dans les PED, faute de quoi leur rattrapage serait en jeu.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :