Pyongyang apprécie Paris

 |   |  540  mots
L'heure de la normalisation serait-elle venue entre Paris et Pyongyang ? La Corée du Nord est l'un des rares pays frappés d'ostracisme officiel par la France. Cette dernière est le dernier pays européen à ne pas entretenir de relations diplomatiques avec le régime ermite. Pyongyang maintient pourtant, à grands frais, un bureau de représentation économique à Paris établi sous François Mitterrand. Car la France a toujours été bien vue par la Corée du Nord, où l'on n'a pas oublié le refus par le général de Gaulle de troupes américaines sur le sol français, puis l'opposition de Jacques Chirac à la guerre en Irak. Le récent voyage d'un médecin français dans la capitale nord-coréenne au chevet de Kim Jong- il a rappelé que le régime, lui, cultive d'excellentes relations avec notre pays. La première épouse de Kim Jong-il est décédée en France. Ses 2 fils, dont le cadet et très probable successeur du leader, sont sortis francophones de leurs années d'études en Suisse. Kim Young-nam, président en titre et véritable gestionnaire du pays, séjourne fréquemment en France. où «il vient se faire soigner les dents en France », raconte un proche du régime.excellente main-d'?uvre Côté français, les ambitions sont freinées par le statut de paria du régime. Aujourd'hui, seules les activités de Lafarge, qui a pris le contrôle d'une cimenterie, sont de grande ampleur. Mais tous les grands groupes français présents en Asie s'y intéressent. L'excellente main-d'?uvre nord-coréenne, qui accepte des salaires défiant toute concurrence (35 euros par mois pour une société commune nord-coréenne/groupe étranger), fait rêver les industries manufacturières. « Nous avons calculé qu'un ouvrier nord-coréen est 20 % plus efficace et 40 % moins cher que son homologue chinois », indique Philippe de Chabaud Latour, fondateur de la société de représentation Seric Corée. Quelques sociétés françaises sont discrètement présentes dans la maroquinerie, le textile... Mais le commerce entre les deux pays est très faible : selon les chiffres des douanes françaises, les exportations nord-coréennes vers la France ont représenté 4 millions d'euros pour la période septembre 2007-octobre 2008. Les ventes françaises vers la Corée du Nord ont représenté sur la même période 4,7 millions d'euros. « Sur ces deux dernières années, la France a surtout importé des vêtements, des composants électroniques et un peu d'équipements d'habitat de RPDC; en retour, celle-ci a surtout importé des produits alimentaires et des machines (extraction, pompes, moteurs et transformateurs électriques) », explique Stanislas Roussin, directeur général de la Seric.Les ressources minérales du pays aussi font saliver. C'est en Corée du Nord que se trouve la deuxième plus grande mine de magnésite au monde, qui pourrait tenter des groupes comme Lafarge ou Saint-Gobain. Ce minerai est nécessaire à la « brique réfractaire » dans laquelle sont fabriqués les fours des cimentiers, des sidérurgistes et des verriers. Plusieurs patrons français ont fait le voyage à Pyongyang ces dernières années. Toujours en catimini... R. A.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :