Ciris met l'innovation au c ? ur de la filière bois

 |   |  410  mots
Aquitaine/ingénierieBeau chantier emblématique pour Ciris Ingénierie, qui a participé à la reconstruction du site de Gascogne Wood Products à Saint-Symphorien (Gironde). L'activité vient d'être relancée après l'incendie de juin 2008, nécessitant un investissement de 2,5 millions d'euros. Créé il y a trente ans à Pessac (Gironde), le groupe Ciris réalise un chiffre d'affaires de 4,5 millions d'euros, dont 2,9 millions d'euros pour Ciris Ingénierie. Implanté près du massif forestier des Landes de Gascogne, Ciris Ingénierie a trouvé d'emblée des clients à sa porte avec l'industrie de transformation du bois massif. « Pour tirer profit du matériau, il faut savoir le couper. Les problèmes économiques obligent les industriels à chercher des solutions très performantes pour tirer parti d'un produit de base qui a peu de valeur au départ. Avec le bois palette, on a plus vite fait de perdre de l'argent que d'en gagner », commente Jean-Pierre Olgiati, le PDG de Ciris.Son entreprise intervient dans le process avec une équipe d'ingénieurs qui peut analyser une installation existante pour trouver des pistes de rationalisation, ou concevoir totalement un process en intégrant scanners, ordinateurs, systèmes experts ou vision artificielle, installer et lancer une installation, en fonction des besoins des industriels. Et pour toucher le plus grand nombre, y compris les PME, Ciris Ingénierie a mis au point des produits packagés qui permettent d'optimiser certaines tâches de la transformation du bois.« Dans la scierie, 50 % à 70 % du prix de revient, c'est le bois. Pour des raisons économiques et écologiques, il faut rationaliser », souligne Jean-Pierre Olgiati. Et pour proposer les meilleures solutions, la connaissance des essences est primordiale. Les compétences de l'équipe s'appliquent au pin maritime, mais aussi aux sapins et aux bois durs comme le chêne, ce qui lui permet d'intervenir dans le Jura, les Vosges, la vallée du Rhône, le Massif central, la Normandie ou la Bretagne. L'export fait aussi partie de la stratégie de l'entreprise, qui réalise en moyenne 50 % à 70 % de son chiffre d'affaires à l'international?: en Europe, au Chili, en Argentine, au Brésil, en Australie ou en Nouvelle-Zélande, où sont plantés des résineux. Ciris cherche aussi à toucher la Russie et la Chine, qui travaillent également des résineux. Pour ce faire, Jean-Pierre Olgiati a embauché un stagiaire russe et un ingénieur chinois.Claude Mandraut, à Pessacde la chine au brésil, Ciris réalise en moyenne 50 % à 70 % de son chiffre d'affaires à l'export.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :