Huchon coincé entre les Verts et Christian Blanc

 |  | 345 mots
Lecture 2 min.
Île-de-FranceHier, Jean-Paul Huchon avait la mine grise. Et ce n'était pas à cause de la pluie qui tombait à verse sur Paris. La raison, il fallait la chercher dans la conséquence des européennes en Île-de-France. Avec 20,9 % des voix, les écologistes y ont largement distancé les socialistes, qui n'ont recueilli qu'un petit 13,6 %. Si bien que, samedi, Jean-Vincent Placé, le n° 2 des Verts, a annoncé que ses amis, qui appartiennent aujourd'hui à la majorité dirigée par Huchon, partiraient sous leur propre bannière au premier tour des élections régionales de l'an prochain. « Mon objectif est de lancer une nouvelle génération politique de trentenaires et de quadras pour les régionales », explique Jean-Vincent Placé. « On s'efforcera d'aller à l'élection unis », a rétorqué, hier, le président du conseil régional.concessionsGêné sur sa gauche par les Verts, Jean-Paul Huchon l'est sur sa droite par Christian Blanc. Le secrétaire d'État à l'Aménagement de la région capitale, qui doit boucler dans les prochaines semaines le schéma définitif des infrastructures du Grand Paris dessiné à grands traits par Nicolas Sarkozy le 29 avril, veut visiblement profiter de cette nouvelle situation politique pour pousser son avantage. En clair, il espère imposer à la région le maximum de concessions tant sur le plan des projets à réaliser que sur celui de leurs financements.Entre les souhaits élyséens, comme une rocade à grande vitesse de 130 kilomètres, et ceux de la région, essentiellement la modernisation et l'extension des lignes actuelles, il faudra en effet trouver 35 milliards d'euros sur dix ans. Hier soir, une nouvelle réunion a d'ailleurs eu lieu entre Blanc, Daniel Canepa, le préfet d'Île-de-France, et les élus du conseil régional.Jean-Paul Huchon n'a pas l'intention de rester immobile. Prenant de vitesse Christian Blanc, il fera adopter officiellement jeudi par le conseil régional son plan transport et une première tranche de financement de 5,1 milliards sur un total de 18,9 milliards. Une façon également de démontrer qu'élus verts, socialistes et communistes votent ensemble. P. C.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :