La Réserve fédérale en terres inconnues

 |   |  495  mots
Et maintenant ? Alors que s'ouvrait hier la première des huit réunions annuelles du conseil de la Réserve fédérale américaine, jamais la banque centrale ne s'était retrouvée dans pareille situation : elle est entrée en terres inconnues. Afin de tenter de dégeler le marché monétaire et de ranimer l'économie, elle s'est elle-même privée de son principal outil de politique monétaire. Le taux cible des fonds fédéraux a été ramené dans une fourchette de 0 % à 0,25 % lors de sa dernière réunion de 2008, le 16 décembre. Autant dire à zéro. Son taux de référence, sur lequel sont censés s'aligner les taux interbancaires au jour le jour, ne peut donc pas tomber plus bas. Et si l'on en croit une large majorité des spécialistes en valeurs du Trésor, en contact direct avec la Fed, que l'agence Reuters a interrogés, le taux directeur de la Fed serait maintenu à ce niveau tout au long de l'année en cours.Ayant adopté la « Zirp », la politique de taux zéro, l'institut d'émission de Washington en est réduit à utiliser une gamme d'outils alternatifs qui, sous le nom de mesures d'assouplissement monétaire quantitatif, est beaucoup plus opaque pour le grand public. Or, en pleine crise, les Américains ont plus que jamais besoin de savoir où les guide la Fed, puisque le niveau des taux d'intérêt a perdu sa fonction de repère, estime Frederic Mishkin, qui fut gouverneur de la Fed jusqu'en août dernier. Il suggère au président de la Fed, Ben Bernanke, et aux « sages » du conseil une gestion plus transparente des anticipations, par exemple en affinant dès aujourd'hui les projections de croissance, d'emploi et de prix livrées en décembre, alors que ces prévisions sont en principe remises à jour sur une base trimestrielle.Toutes les mesures annexes qui peuvent être annoncées ce soir seront nécessairement techniques. Elles porteront toutes sur l'alourdissement du bilan de la Fed. C'est-à-dire sur quel type de titres elle va prolonger son action, efficace au demeurant, sachant qu'elle s'est déjà portée acquéreur de créances hypothécaires, contribuant à une nette détente des taux des crédits immobiliers et de billets de trésorerie émis par les entreprises.assurer la liquiditéUne demi-douzaine de programmes ont déjà été annoncés pour assurer la liquidité sur les marchés autres que le monétaire où la Fed sert autant de liquidités qu'en demandent les banques. La question immédiate est de savoir si la Fed entend, à l'instar de la Banque du Japon depuis la semaine dernière, intervenir de façon plus musclée sur les obligations d'entreprises afin d'agir sur les écarts de rendement de crédit qu'elles doivent supporter lors de leurs émissions obligataires. Voire d'acheter directement des titres obligataires du Trésor. Isabelle Croizard

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :