G2C Environnement vient au secours des collectivités

Le marché de l'hydraulique est porté par la réglementation. Mais les collectivités respectent leurs obligations a minima, ce qui ne favorise pas l'innovation", regrette Christian Laplaud. Le fondateur et président de G2C Environnement réalise l'intégralité de son chiffre d'affaires de 7,1 millions d'euros (6,2 millions en 2005- 2006) avec les collectivités. Forte de 125 salariés, sa PME créée en 1989 repose d'abord sur le secteur hydraulique (67 % de son activité). G2C Environnement réalise des études, des diagnostics de réseaux... et lutte contre les fuites. Elle a notamment modélisé les prévisions de défaillance des canalisations, avec une gestion industrielle de la maintenance et du remplacement des pièces.DIVERSIFICATIONDepuis 2002, G2C Environnement a diversifié son activité — en ne s'appuyant que sur fonds propres, le capital restant entre les mains des deux fondateurs et de l'encadrement. À partir de son siège social de Venelles (Bouches-du-Rhône), l'entreprise a développé un maillage d'une dizaine de bureaux dans l'Hexagone. Cette plus grande proximité avec les décideurs locaux lui a permis de se lancer dans l'urbanisme et l'aménagement. En effet, l'État n'aide plus, ou peu, les communes dans la rédaction de leurs plan local d'urbanisme (PLU), plan de déplacements urbains (PDU) et autres schémas de cohérence territoriale. "Nous avons 4.000 collectivités clientes, se félicite Christian Laplaud. Certaines se sont tournées vers nous pour l'élaboration de ce type de documents. Notre travail sur les réseaux hydrauliques n'est pas très différent de la rédaction d'un PLU." G2C emploie une dizaine d'urbanistes. L'entreprise sait également franchir les frontières françaises. Elle réalise 20%de son chiffre d'affaires à l'exportation avec deux axes forts, la maîtrise des rendements de réseaux et l'assainissement dans des pays comme le Chili, le Maroc, l'Algérie ou encore la Colombie. "Nous aidons les collectivités à mieux gérer leurs relations avec leurs délégataires de services publics, détaille Christian Laplaud. Nous identifions dans les projets de contrats les points sensibles, nécessitant une bonne information et une rédaction pointue."La dernière activité de G2C a été filialisée en 2006. G2C Informatique emploie 25 personnes pour un chiffre d'affaires de 1,2 million d'euros. Elle repose sur un système d'informations géographiques (SIG) qui associe bases de données et carte. Il permet de collecter, visualiser et analyser les informations nécessaires pour connaître et entretenir le patrimoine communal. "Nous faisons aujourd'hui partie des leaders de ce marché, avec 1.500 clients de toutes tailles", précise Christian Laplaud. G2C Informatique a remporté un important appel d'offres au Maroc portant sur la communauté urbaine de Casablanca et ses huit millions d'habitants. La filiale intervient ici en second rideau, derrière la Lyonnaise des Eaux.Un homme de réseauxChristian Laplaud multiplie les casquettes : président d'Ea-Image (réseau de professionnels de l'environnement), vice-président du pôle de compétitivité Risques, représentant des PME dans le Partenariat français pour l'eau, administrateur de l'Adeci (partenariat industriel en Méditerranée), etc. Il estime que la réussite de sa société "est en partie due à [son] implication dans différentes structures et associations". "Cela me permet d'être au carrefour de beaucoup d'informations, de réseaux", explique-t-il.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.