La SEC s'apprête à faciliter l'accès des Bourses étrangères aux États-Unis

Au dire de la SEC (Securities and Exchange Commission), aucune date n'est encore arrêtée pour entériner une éventuelle décision. Mais, selon plusieurs professionnels, le doute n'est plus permis. Le régulateur américain, qui planche sur le sujet depuis de longs mois, s'apprête à autoriser les Bourses étrangères à placer leurs écrans d'ordres sur le sol américain.Les investisseurs américains, qui accédaient jusqu'à présent aux actions étrangères uniquement via des courtiers non résidents, pourront traiter avec des intermédiaires locaux. En 1999, la CFTC (Commodity Futures Trading Commission), régulateur spécialisé dans les marchés à terme organisés, avait déjà libéré le commerce des " futures ". C'est ainsi que le Liffe, filiale d'Euronext à Londres, dispose depuis plusieurs années d'un bureau aux États-Unis pour y distribuer ses produits. Mais, la SEC, beaucoup plus conservatrice - voire protectionniste - n'avait jamais étendu l'autorisation aux marchés au comptant et aux produits d'options, dont elle la charge. L'idée est de mettre en place une " reconnaissance mutuelle " entre la SEC et les régulateurs étrangers. L'incertitude plane néanmoins toujours sur le champ de la réforme, qui, selon certains, pourrait se limiter aux marchés d'actions et exclure les options.PROFITER DE RENDEMENTS ATTRAYANTSC ette évolution - révolution diront même certains - répond aux besoins croissants des investisseurs américains de placer des fonds à l'étranger pour diversifier leurs portefeuilles et profiter de rendements attrayants.Elle s'inscrit également dans une tendance au renforcement du dialogue transatlantique depuis le rapprochement de plusieurs entreprises de marché américaines et européennes : Bourse de New York et Euronext, Deutsche Börse et ISE (International Securities Exchange) et bientôt Nasdaq et OMX. Récemment, les régulateurs européens ont assoupli les règles de double cotation. Les émetteurs cotés aux États-Unis accèdent désormais aux marchés d'Euronext sur la base de la documentation américaine dans le cadre d'une procédure dite de fast path. En novembre, les autorités de tutelle étaient également parvenues à un accord pour une reconnaissance mutuelle des normes comptables IFRS et US Gaap.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.