La Hongrie « détourne » l'argent de ses caisses de retraite privées

 |   |  234  mots
« Du vol qualifié ». « Du chantage » : «L'ultimatum» du gouvernement conservateur de Viktor Orban, annoncé il y a quelques jours, a soulevé un tollé général en Hongrie. Et pour cause : alors que, dans la foulée d'un mouvement de réformes libérales, le gouvernement avait ajouté, en complément du régime public de retraite, un système privé obligatoire en 1998, voici que l'équipe au pouvoir demande aux épargnants de transférer leurs économies dans les coffres de l'État d'ici le 31 janvier prochain, faute de quoi, ils perdront leur pension publique...Stratégie gouvernementaleSi des sources gouvernementales estiment que « près de 90 % » des personnes concernées devraient in fine céder à la pression, d'autres font plutôt état d'un taux de 30 % à venir... Quoi qu'il en soit, alors que le total des montants détenus par les fonds de pension privés équivaut, selon des données professionnelles, à plus de 10 milliards d'euros, le projet de budget ne table que sur 1,8 milliard d'euros venant de cette source en 2011. L'association des fonds privés a cependant l'intention de porter l'affaire devant la cour constitutionnelle, estimant que le pouvoir outrepasse ses droits. Quelque trois millions de Hongrois sont concernés. Associée à des coupes dans les dépenses, la stratégie gouvernementale a évidemment pour but de réduire le déficit sur PIB à 3 % l'an prochain, contre au moins 3,8 % cette année. Lysiane J. Baudu

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :