Le top 10 des éditeurs de logiciels français exporte 75 % de sa production

 |   |  348  mots
formatiqueLe logiciel français souffre d'une faible internationalisation et peine à faire émerger des acteurs de dimension mondiale. Ce constat a été établi par l'étude Eurosoftware 100, réalisée par PricewaterhouseCoopers et Pierre Audoin Consultants. Si les dix premiers éditeurs français exportent 75 % de leur production, les quarante suivants n'ont réalisé que 37 % de leur chiffre d'affaires à l'étranger, selon cette étude. Pour les acteurs classés de la 51e à la 100e place, la proportion est encore moindre, le chiffre d'affaires engrangé à l'international ne représentant en moyenne que 21 % de l'ensemble. Cette caractéristique n'est d'ailleurs pas propre à la France. L'Europe dans son ensemble occupe un poids restreint dans l'industrie mondiale du logiciel, dont les premières places sont trustées par les éditeurs américains. Seul l'allemand SAP et le britannique Sage émargent dans le classement des dix premiers éditeurs mondiaux, au milieu des Microsoft, IBM, Oracle, Symantec ou HP. L'an dernier, Dassault Systèmesave;mes était le seul éditeur français présent parmi les vingt premiers mondiaux, à la treizième place. Et seuls trois éditeurs français sont dans le top 50 des éditeurs européens.pas de bouleversementAu niveau classement, cette deuxième édition de l'Eurosoftware 100 sur le logiciel français n'a pas montré de bouleversement, en l'absence d'acquisition importante. Les années précédentes avaient vu Business Objects se faire racheter par l'allemand SAP, Ilog par IBM et GL Trade par l'américain Sungard. Cette année, l'éditeur de logiciels de conception assistée par ordinateurs Dassault Systèmesave;mes campe solidement en première place, suivi de la société de services Sopra, via sa filiale d'édition de logiciels Axway (qui doit être cotée en 2010) et du spécialiste des logiciels de gestion pour entreprise Cegid. Dans le secteur, la sensation la plus récente est venue de l'État. La semaine dernière, le FSI, le fonds souverain à la française, a ainsi annoncé un important investissement, d'un montant maximum de 117 millions d'euros, dans Cegedim, le cinquième éditeur de logiciels français, spécialisé dans la santé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :