Henri de Castries reconduit à la tête d'Axa, assureur de moins en moins français

 |   |  418  mots
Comment augmenter ses profits dans une économie en récession ? En allant voir ailleurs, ce qui permet d\'afficher pour le premier semestre un résultat opérationnel en hausse de 16% (par rapport au premier semestre 2012). Le groupe Axa, première marque mondiale, comme l\'affirme son président, Henri de Castries, qui devrait être reconduit pour quatre ans à la tête du groupe à partir d\'avril 2014, joue à fond les pays en forte croissance. La Chine, notamment, où il investit dans l\'assurance auto. « 17 millions de voitures y sont vendues chaque année, c\'est le premier marché mondial » souligne le PDG d\'Axa, qui a acheté la moitié de Tian Ping, une société d\'assurance dommages.Cessions dans les \"pays matures\"« Depuis 2010, nous avons en effet significativement repositionné la géographie du groupe » relève de Henri de Castries, dans une interview au Figaro. « Globalement, sur la période, Axa a cédé des activités dans les pays matures représentant 8,5 milliards d\'euros, pour en réinvestir 5 milliards environ dans les marchés et segments à forte croissance ».Aujourd\'hui, la France ne représente plus que 22% du chiffre d\'affaires de l\'assureur. Pour autant, son PDG ne veut pas abandonner ce qu\'il appelle les marchés matures. « Il existe de niches de rentabilité », souligne-t-il.L\'assurance vie se porte bien en FranceDe fait, y compris en France, Axa obtient de bonnes performances en assurance vie et les contrats de prévoyance. Il mise beaucoup sur les unités de compte : la collecte de nouvelles affaires a augmenté de 50% au premier semestre (par rapport à la même période de 2012), grâce à une politique commerciale en faveur de ces produits d\'épargne, mais aussi et surtout la signature de contrats de groupe importants. Au total, le chiffre d\'affaires « vie, épargne, retraite » d\'Axa progresse ainsi de 7% en France, mais ce chiffre risque d\'être exceptionnel.Et, en revanche, en assurance dommages (auto, habitation), le chiffre d\'affaires en France est désespérément stable, comme il l\'est d\'ailleurs dans l\'ensemble des marchés dits « matures ». C\'est donc à l\'international qu\'Axa peut escompter augmenter ses profits. En Asie (+25% de chiffre d\'affaires à Hong Kong au premier semestre, dans le segment vie, épargne, retraite), ou dans la région « Méditerranée-Amérique Latine » pour les dommages (+14%). La Bourse a salué cette stratégie, avec une hausse du cours de 2,21% ce vendredi, dans un marché stable.  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :