Les bons chiffres de l'emploi américain désarçonnent les investisseurs

 |   |  498  mots
L\'économie américaine va-t-elle si bien que ça ? Pour l\'instant, les chiffres du chômage ne répondent pas à cette question pourtant cruciale. Ceux du mois de juin publiés ce vendredi montrent en effet que les créations d\'emplois sont très dynamiques. Avec 195.000 créations, l\'économie américaine fait mieux que prévu par les analystes qui tablaient sur 165.000 créations seulement. Les données des mois d\'avril et mai ont également été revus à la hausse. En revanche, le taux de chômage reste stable à 7,6% de la population active. Ce chiffre s\'inscrit légèrement au-dessus du consensus des analystes établi à 7,5%. Le maintien du taux de chômage malgré le soutien des créations d\'emploi s\'explique par la progression de la population active américaine.La Fed prête à basculer?Pour les investisseurs, cette nouvelle est à double tranchant. L\'embellie sur le front du chômage est un signal supplémentaire qui peut conduire la Réserve Fédérale à arrêter sa politique monétaire interventionniste non-conventionnelle (rachats d\'actifs, taux proches de zéro...). Il y a un mois, Ben Bernanke avait déjà prévenu les marchés de son intention d\'abaisser le rythme de ses rachats d\'actifs dans le courant de l\'année. Il n\'avait pas précisé le calendrier ou l\'ampleur de la baisse. Avec ces données, les investisseurs craignent que la Fed n\'enclenche le processus de sortie de sa politique accommodante trop tôt et à un rythme plus élevé que prévu.Pour basculer, la Fed a établi plusieurs critères comme le seuil des 200.000 créations d\'emplois mensuelles, ou un taux de chômage inférieur à 6,5%. Avec les données du mois de juin, les investisseurs réalisent que l\'économie américaine s\'approche plus rapidement que prévu du premier critère.Le \"paradoxe des marchés\"Un analyste parisien a commenté la contradiction des marchés à l\'agence Reuters : \"Une fois de plus, on voit tout le paradoxe actuel des marchés. Lorsqu\'une donnée macroéconomique est très bonne aux Etats-Unis, personne ne sait sur les marchés s\'il doit s\'en réjouir parce que c\'est bon pour l\'économie et donc pour les actions ou s\'en inquiéter parce que ça accroît la perspective d\'une fin rapide du QE de la Fed et un relèvement des taux longs\".Cette hésitation se ressent sur les places boursières. Wall Street reste dans le vert mais avec des trajectoires en dent de scie. En Europe, la plupart des Bourses sont dans le rouge dont le Dax qui perd 2%, ou Paris qui lâche 1%. L\'euro abandonne 0,61% face au dollar à 1,28 dollar.A lire aussi :>> \"La reprise américaine n\'est pas si solide que cela\">> Le FMI lance une sévère mise en garde aux Etats-Unis 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :