MUSIQUE

 |   |  368  mots
Février 1960, Léopoldville. Joseph « Grand Kalle » Kabasele et l'African Jazz enregistrent « Independance Cha Cha », une chansonnette pop qui annonce une ère nouvelle, celle des indépendances. Le succès est immédiat. L'impact politique énorme. Le tube fait le tour de l'Afrique et enthousiasme les ténors nationalistes africains comme Patrice Lumumba, Sékou Touré ou Kwame Nkrumah. L'heure est à la fête et à l'espoir. Pouvoirs et musique font alors bon ménage. Les orchestres se multiplient à travers le continent, la sélection est rigoureuse et l'ouverture à toutes les influences musicales de l'époque la règle, de la rumba au rythm'n blues, de la biguine aux chants traditionnels. Ce sont les nuits insouciantes de Bamako ou de la nouvelle Kinshasa, le foisonnement « afro-beat » des années 1970 dans les clubs de Conakry ou de Lagos, mais aussi le vent de la contestation avec le « black président » Fela, Hugh Masekela en lutte contre l'apartheid ou l'Ivoirien Tiken Jah Fakoly. Sans oublier les rappeurs, ces nouveaux chantres d'une Afrique urbaine en plein essor. C'est toute cette épopée musicale extraordinairement riche et variée qui se retrouve dans un ambitieux coffret de 18 CD, éditée par Discograph et RFI pour fêter les indépendances. Plus de 200 titres, des incontournables aux découvertes, répartis en six sous-régions (Afrique australe, centrale, de l'Ouest, de l'Est, Afrique lusophone et Afrique du Nord), ne suffisent bien évidemment pas à présenter un tableau complet. Certains regretteront l'absence de quelques chansons mythiques. Mais tous les courants musicaux qui ont secoué le continent sont parfaitement représentés avec leurs stars et leurs âmes. Les nouveaux tubes de l'Afrique urbaine et moderne ne sont pas, cette fois-ci, mis de côté. Et l'Afrique du Nord est bien mise en valeur, avec la musique kabyle, la pop engagée et, bien sûr, le raï. Le coffret raconte donc une histoire, écrite pendant plus de deux ans par des passionnés, comme le producteur Ibrahima Sylla ou le journaliste Bouziane Daoudi, où morceaux et textes du livret forment un tout. Après les excellentes compilations Golden Afrique, « Africa, 50 years of Music » est appelée à devenir à son tour une référence. Éric Benhamou

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :