ABC Systèmes cherche des acquisitions

 |   |  383  mots
Pour bien connaître un produit, il faut l'avoir utilisé soi-même. " C'est la règle qu'Olivier Pigois applique à ABC Systèmes, la société qu'il préside. " Tout ce que nous vendons à nos clients, nous l'installons chez nous : ce faisant, nos commerciaux savent de quoi ils parlent ", assure le dirigeant de cette affaire de 70 salariés basée à Malakoff (Hauts-de-Seine) et spécialisée dans le conseil, l'audit et le déploiement de solutions informatiques dans les PME-PMI. Partenaire de Hewlet-Packard, Citrix, Cisco, Microsoft et de VMware, ABC Systèmes compte plus de 500 clients, avec une présence importante dans les secteurs de la santé (centre hospitalier de Sainte-Anne), de la presse et des médias (Le Figaro, Libération, Le Parisien, Radio France, etc.), de l'édition (Play Bac, Guide du Routard, etc.), du commerce (Celio, Eden Park, Groupe Flo) ainsi que des organismes publics (ANPE, ministère du Travail). Par ailleurs, la SSII se félicite d'avoir été choisie en juin dernier par Microsoft comme partenaire pilote de son Centre des Usages. " C'est une première mondiale ! se réjouit Olivier Pigois. L'idée est d'organiser et d'accueillir chez nous les sessions d'immersion destinées aux utilisateurs afin de leur permettre d'expérimenter directement les solutions Microsoft. "Propriétaire de 85 % des parts de son entreprise (le solde étant entre les mains d'Alain Bouquet, le fondateur), le président d'ABC est déterminé à poursuivre la " conclusion de partenariats avec des éditeurs et des fabricants ", tout en restant ouvert à toutes les technologies naissantes.RESERVE CONSEQUENTEC'est ainsi qu'elle se développe dans la gestion de la relation client (CRM) qui a le vent en poupe. Une dizaine de personnes vont être engagées à cet effet d'ici à fin 2008, s'ajoutant aux dix recrutements déjà effectués début janvier. Pour autant, cette stratégie ne suffira pas à répondre aux ambitions du dirigeant qui est d'amener très vite la société à 20 millions d'euros de chiffre d'affaires (contre 14 millions estimés en 2008 et 12 millions en 2007). Aussi envisage-t-il de recourir à des acquisitions avec, en ligne de mire, une introduction en Bourse dans les deux prochaines années. Tous les bénéfices ayant été réinvestis dans l'entreprise depuis l'origine, celle-ci dispose d'une réserve d'endettement conséquente pour réaliser une telle opération.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :