Revue de presse

 |   |  389  mots
STRONG>L'Alsace : Énergie photovoltaïque : la filière alsacienne en dangerLe gouvernement a décrété un moratoire de trois mois pour les installations photovoltaïques de plus de 3 kWc. Un coup d'arrêt qui induit licenciements, dépôts de bilan et procès. « Nous devrons licencier dix personnes d'ici à juin », explique Serge Geiger, d'Artisans associés à Sainte-Croix-aux-Mines, qui emploie 17 personnes. « Des installateurs spécialisés dans le photovoltaïque ont déjà déposé le bilan », assure Stéphane Klein, d'HydroAlsace à Lutterbach (15 salariés). Bref, écrit le quotidien de Mulhouse, les professionnels du photovoltaïque sont en colère. C'est la quatrième fois en un an que l'État change les règles du jeu. Après la baisse des tarifs de rachat de l'électricité et des crédits d'impôts, un décret du 10 décembre dernier suspend donc pendant trois mois l'obligation pour EDF de racheter l'électricité photovoltaïque des installations de plus de 3 kW. Tous les projets en attente d'autorisation depuis des mois sont recalés. Aucune nouvelle demande ne peut être déposée.Nice Matin : Grand stade de Nice : c'est votéLe conseil municipal a décidé vendredi d'autoriser le maire Christian Estrosi à signer le contrat de partenariat avec le groupement d'entreprises conduit par Vinci pour construire l'Olympic Nice Stadium qui devrait être livré en juin 2013. La gauche a voté contre. Pour elle, ce stade sera un gouffre financier. « Le coût de cette réalisation n'a cessé de grimper, dénonce Robert Injey (PCF). Nous voici aujourd'hui à 243 millions d'euros. Si on fait le total, on arrive à la somme de 300 à 350 millions ! En revanche, ce sera une très belle opération pour Vinci et pour sa filiale qui va gérer les 30.000 m2 de surface commerciale. » De plus, selon le PS, « la Ville devra payer chaque année, pendant 27 ans, 8,5 millions de redevance à Vinci ».La Voix du Nord : La fin de la mine... et d'une page d'histoireCommencée à Fresnes-sur-Escaut (Nord) en 1720, l'épopée du charbon dans le Nord-Pas-de-Calais s'est achevée il y a vingt ans, le 21 décembre 1990, à Oignies (Pas-de-Calais), avec la toute dernière gaillette remontée du fond. Une page de l'histoire de notre région s'est alors tournée rappelle le quotidien de Lille qui consacre, outre sa manchette, trois pages à cette commémoration.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :