Jean-Christophe Alquier, vice- président de TBWA France

 |   |  162  mots
Où BP a fauté c'est dans la sous-estimation du facteur politique. Celui qui a cristallisé tous les reproches faits à BP c'est Barack Obama. Il s'est vu lui-même extrêmement critiqué sur sa gestion de communication. Au fond, les problèmes de communication de BP sont d'abord les problèmes de communication de Barack Obama aux Etats-Unis. Faire une intervention au journal télévisé depuis le bureau ovale, avec un ton comme en temps de conflits ou en temps de guerre, pour attaquer BP, ça signe là le côté un peu désemparé du président des Etats-Unis. »Le cinéma avait la réputation d'être anticyclique. Moi je constate quand même que les Français, comme les Américains, les Allemands ou les Britanniques, ont été au cinéma en 2009 et en 2010. Le premier semestre 2010 est, en termes de fréquentation, supérieur dans tous les grands pays occidentaux... Le cinéma reste la grande émotion collective ! »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :