L'Allemagne toujours au rendez-vous

Sur les visages anglais, la même expression au coup de sifflet final. Des mines défaites. Des regards hagards, comme s'il avait manqué un petit quelque chose aux Three Lions pour éviter l'élimination face à l'Allemagne. Un petit quelque chose comme une frappe de Lampard à la 38e minute, heurtant d'abord la transversale de Neuer, avant de rebondir derrière la ligne de but adverse. L'Angleterre n'est alors menée que d'un but (2-1). Le coup aurait été parfait avant la mi-temps. Sauf que Jorge Larrionda, l'arbitre uruguayen du match, ne l'entend pas cette oreille. Malgré les protestations du camp britannique, l'officiel n'accorde pas le but aux hommes de Fabio Capello. Une décision incompréhensible, dont ils ne vont jamais se remettre. « Le but refusé à Frank Lampard est l'un des moments les plus importants du match, peste le technicien italien. Ce but était très important. En égalisant, on aurait joué différemment. » Certainement. D'autant qu'avant cette grossière erreur d'arbitrage, l'Angleterre est à la peine. Sa défense est aux abonnés absents. Il n'en faut pas plus pour permettre à Miroslav Klose (20e) et Lukas Podolski (32e) de faire trembler les filets. L'Allemagne déroule, l'Angleterre a un genou à terre. Mais c'est sans compter sur l'abnégation de Steven Gerrard. Le capitaine de Liverpool dépose un centre sur la tête d'Upson, qui profite d'une sortie hasardeuse de Manuel Neuer pour relancer son équipe (40e). S'en suivent deux minutes de folie ponctuée par ce but refusé à Lampard... « tout est possible »Sonnée par cette injustice, les Anglais, tout de rouge vêtus, se montrent fébriles. Pourtant, ils sont toujours en vie dans cette rencontre. Mais le sort ne semble pas vouloir basculer en leur faveur. Définitivement maudit, Lampard expédie un nouveau missile sur la barre transversale (62e). Dans la foulée, les hommes de Joachim Löw placent un contre fulgurant parfaitement mené par Bastian Schweinsteiger et conclu par Thomas Müller (67e). Le jeune milieu de terrain (20 ans) du Bayern Munich s'offre même un doublé trois minutes plus tard après un superbe travail de Mesut Özil. 4-1, match plié. L'addition est lourde pour les Anglais. Mais pas imméritée pour une équipe d'Allemagne séduisante. « Gagner sur ce score, c'est de la folie, jubile Müller. On a eu beaucoup de réussite. Le résultat est peut-être un peu trop flatteur. En tout cas, maintenant tout est possible, même si on sait qu'on sera opposé à une équipe d'un sacré calibre en quarts (l'Argentine ou le Mexique, Ndlr). Mais si on veut aller au bout, on doit battre tout le monde. » Une perspective loin d'être utopique. « L'Allemagne a une belle équipe, elle a fait un gros match, reconnaît Capello, qui a tout de même du mal a digéré la décision de M. Larrionda. Nous avons fait quelques erreurs que nous avons payées en contre. Mais la plus grosse erreur, c'est celle de l'arbitre. Ce sont toujours des petites choses qui font le résultat. » Avec une conclusion : l'Allemagne est en quarts de finale. Comme toujours. « Nous avons fait quelques erreurs que nous avons payées en contre. Mais la plus grosse erreur, c'est celle de l'arbitre », peste fabio capello.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.