Granuland met du bois dans le béton pour le rendre plus isolant

Le bois gagne du terrain dans tous les domaines. Il vient même de faire son entrée dans le béton. La société landaise Granuland s'est en effet spécialisée dans la production, à partir des coproduits du bois issus des scieries et des papeteries alentour, de granulats destinés à remplacer le gravier dans la formulation du béton. « Nous exploitons un brevet qui nous permet de neutraliser le bois de façon à pouvoir l'assembler sans problème au ciment ou à la chaux », explique Mario Aschero, son directeur. Le bois récupéré est d'abord débarrassé de ses impuretés. Puis il est broyé à différentes tailles, variant de 2 à 20 millimètres selon son utilisation, avant d'être ensuite traité à l'aide d'un produit minéralisant à base de silice. Enfin, le matériau obtenu est séché pour débarrasser le bois de ses dernières traces d'humidité. « Mélangés à du ciment, nos granulats donnent un matériau plus performant que le béton traditionnel, tant du point de vue de ses qualités thermiques que phoniques. Sans compter qu'il est plus léger et plus flexible », assure Mario Aschéro. Toutefois, ses qualités mécaniques encore perfectibles limitent pour l'instant son utilisation à la fabrication de chapes de béton et de panneaux préfabriqués. Granuland écoule sa production aussi bien auprès de grossistes en matériaux de construction, que de centrales à béton ou de fabricants de panneaux préfabriqués destinés à la construction de maisons individuelles ou de murs antibruit. Mais Granuland est aussi référencé auprès des grandes surfaces de bricolage sous forme de prêt à gâcher (mortier prêt à être mélangé pour la construction de chapes) conditionné en sacs dans lesquels sont déjà incorporées les armatures secondaires en fibres de polypropylène. Nouvelles applicationsJouissant d'une image très respectueuse de l'environnement, ses produits connaissent un succès grandissant. En témoigne d'ailleurs la croissance de 42 % de son chiffre d'affaire en 2009, à 2 millions d'euros. La PME landaise entend profiter de cet élan pour élargir sa gamme de matériaux de construction à base de bois. D'autant que la matière première est abondante dans la région depuis le passage de la tempête Klaus en janvier 2009. Elle espère ainsi pouvoir dès cette année lancer un enduit extérieur à fort pouvoir isolant pour satisfaire le marché de la rénovation de bâtiments. Elle prévoit aussi de nouveaux travaux de recherche et développement destinés à améliorer les caractéristiques techniques de son produit, ce qui pourrait lui ouvrir de nouveaux marchés.Frank Audonnet

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.