Pékin émet de la dette en yuan à Hong Kong

 |  | 358 mots
Lecture 2 min.
Dette ÉMERGENTELe chemin est long et difficile, mais la Chine ne perd pas de vue sa volonté d'internationaliser sa devise. La preuve, elle a hier encore à ce sujet franchi un nouveau pas, en lançant pour la première fois, hors de ses frontières continentales, en l'occurrence à Hong Kong, une émission obligataire en yuan. Certes, le montant reste limité à 6 milliards de yuans, soit 878 millions de dollars ? une goutte d'eau comparée aux 950 milliards de yuans (139 milliards de dollars) de bons d'État qui doivent être émis cette année par Pékin ?, mais les enjeux sont considérables. Pour l'État, ces bons auront non seulement vocation à « rehausser la place internationale du yuan », mais aussi d'« accélérer sa circulation dans les pays et régions voisins », ainsi que de « promouvoir le statut financier international de la place de Hong Kong ». taux d'intérêt attirantsSans livrer de détails sur la profondeur qu'elles souhaitent donner à ce marché, les autorités chinoises ne cachent pas leur volonté d'?uvrer à son développement. « Ce marché devrait s'étoffer de manière rapide », a confirmé le ministre chinois des Finances, ajoutant que « cette première opération devrait servir de baromètre aux prochaines émissions et encourager les sociétés chinoises à y lever des fonds ». Dès 1997, le gouvernement chinois avait d'ailleurs déjà donné son feu vert à cinq banques locales (dont Bank of China et China Construction Bank) afin qu'elles émettent, elles aussi, des bons à Hong Kong. Cette année, une étrangère, HSBC, leur a également emboîté le pas. « L'opération est téléguidée par Pékin, elle devrait donc sans surprise être un succès, confie un gérant spécialisé, l'État aura sans doute fait passer le message aux banques afin qu'elles le soutiennent. » Sans quoi, les taux d'intérêt auxquels les investisseurs peuvent souscrire devraient achever de les convaincre. Plus généreux que ceux du continent, ils ont été fixés à 3,30 % pour les titres d'État à maturité de 5 ans (réservés aux institutionnels), et à 2,25 % et 2,70 % pour respectivement ceux de deux et trois ans. M. B.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :