L'Insee révise à la baisse son estimation de croissance pour le troisième trimestre

 |   |  400  mots
L\'année se termine moins bien que prévu. Le PIB ne devrait croître que de 0,1% au troisième trimestre selon l\'Insee qui publie ce vendredi matin une nouvelle estimation révisée à la baisse. Lors de sa précédente prévision, l\'organisme avait affiché un chiffre de 0,2% de croissance. Ce petit rebond intervient après un recul de 0,1% du PIB au deuxième trimestre par rapport aux trois mois précédents. L\'Insee explique cette nouvelle évaluation par une production dans les transports \"désormais évaluée en recul\", et un moindre dynamisme de la formation brute de capital fixe ainsi que de la consommation de services. L\'acquis de croissance pour l\'année 2012 est également revue à la baisse à 0,1% contre 0,2% précédemment. >> Les prévisions de l\'InseeRalentissement de la croissance pour le revenu disponible des ménages Dans le détail, les dépenses de consommation augmentent de 0,2% après un repli de même proportion. \"La demande interieure finale hors stocks contribue positivement à la croissance du PIB : +0,2 point après +0,1 point\", écrivent les analystes de l\'Insee. Pour les ménages, la situation s\'améliore légèrement avec une légère accélération de la croissance pour la masse salariale : +0,5% contre +0,4% lors de la période précédente.Toutefois, la hausse du revenu disponible brut est limitée (+0;2% après une augmentation de 0,5%) en raison notamment d\'une augmentation des impôts sur le revenu et le patrimoine (+3,8% en moyenne au troisième trimestre après une hausse de 0,9% auparavant)  dans le cadre de la loi de Finances rectificatives pour 2012.Par ailleurs, les importations se replient de 0,5% après une hausse de 1,6% tandis que les exportations accélèrent de 0,6% après une hausse de 0,3% au deuxième trimestre.Prévisions pessimistes pour 2013Le 21 décembre, l\'Insee avait publié des prévisions plutôt pessimistes pour le début de l\'année 2013. L\'Institut de statistiques table sur une croissance de 0,1% au premier semestre. Bien loin, donc des espérances du gouvernement qui espèrent une hausse de 0,8% du PIB. Le lendemain, après la publication d\'un nouveau rapport du Fonds monétaire international qui mettait la France en garde sur sa conjoncture économique, Jean-Marc Ayrault avait confirmé ces prévisions. L\'objectif de 3% de déficit public en 2013 est maintenu.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :