La ruse, la raison et la Chine

 |   |  330  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : A.Caen)

Des deux maux économiques, le chômage et l'inflation, c'est toujours le second qui fait tomber les pouvoirs politiques. Car le chômage, fût-il massif, cause des souffrances dispersées, que les syndicats eux-mêmes ne parviennent pas à agréger. Alors que la flambée des prix dévore le budget de tous les ménages, sans distinction. Aussi l'inflation est-elle l'ennemie des dictatures : elle corrode le pouvoir le mieux établi. À l'inverse, les démocraties tirent leur stabilité non seulement de la liberté politique qu'elles dispensent, mais aussi de la liberté économique, qui est la meilleure protection contre l'inflation, grâce au jeu du marché.

Comme toutes les dictatures, la Chine surveille donc de près la courbe des prix, car c'est un sismographe du risque social. En 1989, c'est une poussée d'inflation qui avait déclenché les émeutes de Tian'anmen, et non un subit désir de démocratie qui aurait piqué quelques jeunes étudiants désireux d'en découdre avec les tanks.

Voilà plusieurs mois que Pékin multiplie les mesures antisurchauffe, en relevant ses taux d'intérêt pour tempérer la chaudière chinoise et ses échappées de vapeur. Cela ne marche guère, et le renchérissement du pétrole complique encore la manoeuvre, menaçant de freiner la croissance tout en faisant bondir les prix. L'heure approche où Pékin n'aura plus qu'une arme pour combattre cette inflation importée : la réévaluation du yuan, aujourd'hui bloqué 40 % en dessous de sa valeur d'équilibre estimée. Cette heure prochaine alignera les intérêts de la Chine avec ceux de ses marchés, les pays occidentaux. Ce serait une vraie bonne nouvelle. Pourvu que la Chine soit accompagnée par les autres émergents, il y aurait l'amorce du rééquilibrage de l'épargne mondiale : les émergents consommeraient davantage. Peut-être alors d'un mal, l'inflation, pourrait naître un bien, la fin de la crise. Comment dit-on « ruse de la raison » en chinois ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :