Il nous faut vite, très vite, un grand emprunt

 |   |  548  mots
Copyright Reuters
Marc Fiorentino, Monfinancier.com

Ras le bol. Ras le bol d'être dépendants des humeurs de l'Allemagne, des agences de notation et des investisseurs étrangers. Surtout quand on a les moyens de se passer de tout ce monde-là. La France a une dette de 1.900 milliards d'euros à refinancer en permanence mais les ménages français ont un patrimoine de 10.000 milliards d'euros dont 40 % en placements financiers. Sur les seuls livrets A et contrats d'assurance-vie, ce sont près de 1.700 milliards d'euros parqués en attendant des jours meilleurs. Il faut faire comme la Belgique. Lancer un grand emprunt. En France mais dans tous les pays qui ont des épargnes abondantes et gelées par la peur de l'avenir. L'Italie pourrait facilement le faire aussi.
L'impact positif est évident. En lançant un message simple aux marchés : « Nous n'avons pas besoin de vous pour nous financer », on verrait les taux à 10 ans chuter ou, dans le pire des cas, cesser de progresser. Il y a un exemple célèbre. Le Japon. Un des trois plus forts taux d'endettement au monde avec plus de 200 % du PIB. Un rating largement inférieur à celui de la France, AA-, un rating qui va être encore abaissé comme l'a annoncé implicitement Standard & Poor's vendredi. Et, pourtant, le Japon emprunte à 10 ans à 1 % à peine. Deux fois moins que l'Allemagne, et près de quatre fois moins que la France. Pourquoi ? Parce que le Japon fonctionne en totale autarcie financière. Il n'a pas besoin des marchés financiers. Il se finance avec la masse abondante de liquidités des ménages japonais. Et le tour est joué.
La Belgique vient d'adopter cette stratégie. Avec un grand emprunt à 3, 5 et 8 ans. Avec des taux de 3,5 %, 4 % et 4,2 %. Rappelons que la Belgique emprunte à 5,5 % sur les marchés. C'est donc un « win-win ». Pour la Belgique qui se rend plus indépendante des marchés, et emprunte à un coût inférieur, et pour les ménages belges qui trouvent un placement mieux rémunéré que les placements sans risque habituels.
La France doit suivre les exemples japonais et belge. Il faut un grand emprunt. Un vrai. Pas le faux grand emprunt dont on nous rebat les oreilles depuis des mois. Non. Il faut que le gouvernement propose aux Français de placer leur épargne à 5 ou 8 ans à 3,5 % ou 4 % net d'impôts. Ce serait une véritable ruée des épargnants. Plus de 150 milliards d'euros pourraient être levés facilement. Alors, pensez-vous, si c'est aussi simple, pourquoi le gouvernement ne le fait-il pas ?
Deux arguments principaux avancés :
- Cela ferait encore plus chuter la consommation en poussant les Français à encore plus épargner. C'est faux. Les Français ne veulent pas consommer et ils ont déjà stocké de l'argent en placements liquides, ce ne serait donc qu'un transfert d'épargne à épargne.
- Cet argent est aujourd'hui placé dans des produits qui financent indirectement l'économie. C'est faux. Cet argent est placé dans des investissements stériles.
Il nous faut vite, très vite, un grand emprunt.
Pour dire aux marchés, nous n'avons pas besoin de vous.
Pour dire à l'Allemagne d'aller fanfaronner ailleurs.
Pour pouvoir rendre un de nos trois A avant qu'on nous le prenne.
Et pour dire aux Français qu'ensemble tout est possible. Tiens... Ça me rappelle quelque chose.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :