Femmes et islam, le plaisir dévoilé

 |   |  95  mots
Reuters
Reuters (Crédits : http://www.worldpressphoto.org/awards/2013/observed-portraits/ebrahim-noroozi?gallery=6096)
La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, le plaisir dévoilé des femmes et l'islam.

« Alors que les soulèvements politiques ébranlent le monde arabe, une révolution sexuelle est-elle à venir ? ».

C'est la question que se pose Shereen El Feki. Avec « La révolution du plaisir », elle s'intéresse à « une autre révolution, intime et souterraine, qui s'annonce au Maroc, en Égypte et jusqu'au Liban ».

5 ans d'enquête qui révèlent les signes avant-coureurs d'un changement profond, malgré le poids oppressant des valeurs traditionnelles et de la domination masculine.

28 minutes

EXPRESSO
Par Thibaut Nolte

 

>>> Suivez 28 minutes sur le site de l'émission
sur Twitter @28minutes
 et sur Facebook

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/04/2014 à 20:38 :
Communautarisme et asservissement.
a écrit le 15/04/2014 à 17:26 :
Après les printemps arabes, c’est une autre révolution, intime et souterraine, qui s’annonce. Au Maroc, en Égypte et jusqu’au Liban, la domination masculine reste de rigueur, mais les femmes sont de plus en plus éduquées, gagnent plus d’argent et ont plus facilement accès à la contraception. Est-ce le début d’une nouvelle ère sexuelle comme le dit Shereen El Feki? Nous verrons, mais ce qui est sur c’est qu’elles soient nées arabes ou africaines , pour faire évoluer une mentalité archaïque, qu’on la nomme coutume, tradition ou fondamentalisme, et qui résiste au changement. Égyptiennes, Tunisiennes, Syriennes, sont devenues des actrices de la vie publique qu’elles soient femmes politiques, chercheuses ou journalistes et luttent pour des droits fondamentaux Les militantes développent, chacune à leur manière, les principes énoncés dans « l'Appel des femmes arabes pour la dignité et l'égalité » lancé en mars 2012 par huit femmes arabes parmi lesquelles Samar Yazbek, figure emblématique de l'opposition syrienne, Nawal Saadawi, militante féministe de longue date en Égypte, Azza Kamel Maghur, avocate membre du Conseil libyen des droits de l'homme ou l'Égyptienne, Shahinaz Abdel Salam, une des toutes premières blogueuses à avoir osé contester le régime et qui, persuadée que c'est la femme égyptienne qui fera bouger la société, ou encore la Tunisienne, Sana Ben Achour, dont le père avait fondé l'Union générale des travailleurs tunisiens, et qui prône aujourd'hui un Islam modéré, « celui qui a rayonné pendant la Renaissance et qui a vu fleurir au XIXe siècle notamment en Égypte, de grands écrits sur l'éducation des femmes, l'instruction, la contestation du voile (...) ».Les témoignages de ces femmes engagées dans le combat pour un monde meilleur porte essentiellement sur deux questions essentielles : le refus de la violence, notamment celle exercée contre les femmes, et le refus de toute discrimination sexuelle, deux questions qui revêtent une grande importance pour les Libanaises engagées aujourd'hui dans le combat contre la violence faite aux femmes et pour l'adoption d'un régime juridique qui assure l'égalité des sexes. Il va falloir du temps et de la patience pour que les pays arabes inventent avec le Printemps arabe des voies qui leur sont propres, mais qu'une chose est sûre : la démocratie ne se fera pas sans les femmes.
Réponse de le 15/04/2014 à 20:17 :
c'est plus qu'évident !!
Réponse de le 16/04/2014 à 3:41 :
@taranis

"mais qu'une chose est sûre : la démocratie ne se fera pas sans les femmes."

Et pourtant en France elle s'en est allègrement passée sous 4 républiques successives...
Réponse de le 21/04/2014 à 18:22 :
voila au moins des femmes qui osent s'exprimer et mettre à bas les tabous de tous
les intégristes, je salut leur courage........
a écrit le 15/04/2014 à 13:36 :
NO COMMENT ! politiquement incorrect....
a écrit le 15/04/2014 à 11:31 :
erreur d'illustration: sur cette photo il s'agit du père noël.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :