Attentats : comment en est-on arrivé là ?

Erreurs américaines en Irak, puis erreurs internationales en Syrie sont notamment aux origines de la montée en puissance de de l'Etat islamique. Aujourd'hui, François Hollande doit dire que notre ennemi principal est Daesh, et passer toutes les alliances utiles en conséquence

8 mn

(Crédits : DR)

Lors d'une catastrophe, chercher des responsabilités permet de comprendre et d'agir. Si la complexité de la catastrophe interdit de dénoncer un responsable unique, elle n'interdit pas de porter des appréciations nuancées en fonction des différents aspects.
Le phénomène majeur est l'apparition en trois mois -été 2014- dans les zones arabes d'Irak du califat islamique. L'occupant américain est le premier responsable, il a laissé remplacer une armée sunnite par une armée chiite inefficace et corrompue. Un grand nombre d'officiers de Saddam Hussein s'est mise au service du califat, notamment lors de la prise de Mossoul, apportant son professionnalisme et la transformant en force militaire apte à utiliser des armes sophistiquées.

Ce même occupant a été incapable de mettre en place un nouvel état irakien qui respecte les équilibres entre les communautés et ne laisse pas la minorité sunnite sans protection sous la coupe de milices, notamment iraniennes. Perdant toute confiance, probablement de façon définitive, en l'état irakien, une grande partie des sunnites a accepté une prise de contrôle par le califat qui leur rendait leur dignité. Dans un premier temps, les Kurdes irakiens ont une part de responsabilité. Pressés de récupérer Kirkuk, ils ont facilité l'installation du califat.

Une guerre en Syrie, sans espoir de fin

Le second phénomène majeur est la poursuite d'une guerre en Syrie, à la fois civile et internationale, sans espoir de fin. Là, l'accumulation des erreurs et des lâchetés est beaucoup plus répartie. Erreur initiale de l'Occident misant sur la chute rapide de Bachar, à l'exemple de Ben Ali et de Moubarak. La France y a participé : une des dernières décisions du Président Sarkozy fut la rupture des relations diplomatiques avec Damas, fermant la possibilité d'être un jour un intermédiaire. Soutien limité à nos « alliés » de plus en plus sous la coupe d'une Arabie Saoudite salafiste qui envoyait des djihadistes en Syrie.

Illusions

Après le temps de l'aveuglement, vint celui des illusions. Illusion que la guerre pourrait être cantonnée à la seule Syrie, alors que les risques de subversion et d'effondrement de pays voisins comme le Liban et la Jordanie ne cessaient de croitre. Illusion que les millions de Syriens fuyant leur pays en guerre resteraient dans les pays limitrophes et ne finiraient pas par émigrer en masse en Europe. La France, ex-puissance mandataire, a été moins que d'autres dans l'illusion. Elle était prête à bombarder Bachar en accompagnement des Etats-Unis, sans disposer de l'autorité politique et des moyens militaires nécessaires. Une intervention aérienne franco-américaine aurait-elle suffi à renverser Bachar ? On peut en douter.

Une coalition faible et divisée

Enfin s'est constituée une coalition contre le califat, faible et divisée. Ses objectifs politiques sont confus. Personne n'est en état de redessiner les nouveaux ensembles politiques qui succéderont à l'Irak et la Syrie d'hier et soient acceptables par les états sunnites et chiites et les grandes puissances. L'Arabie cherche principalement à installer un état salafiste à Damas, la Turquie à éviter un nouvel état kurde, proche du PKK, ce qui l'a conduit au laxisme à l'égard des extrémistes musulmans et à l'ouverture de sa frontière aux jeunes djihadistes européens. Les états occidentaux redoutent un enlisement dans une intervention au sol, qui serait le début d une nouvelle « croisade » espérée par le califat. Les échecs en Afghanistan comme en Irak ont rendu prudents les Américains et leurs alliés.
La mollesse et la compromission limitent l'efficacité de la lutte. Chaque jour, des camions viennent livrer du pétrole en contrebande en Turquie, en Iran ou en Jordanie. Des banques de Mossoul peuvent transférer des fonds dans des pays étrangers.
A la vérité, la coalition est paralysée par son hétérogénéité et la peur du pire : le califat remplaçant à Damas Bachar.

Passer toutes les alliances utiles

Au lendemain du 13 novembre, la France doit dire clairement que son ennemi principal est Daesh, comme l'a déclaré le président de la République devant le Parlement. Et en tirer les conséquences en passant toutes les alliances utiles, quitte à ne pas plaire à tous. Churchill n'a pas hésité à s'allier avec celui qu'il considérait comme le diable, Staline, en 1942. S'il est nécessaire de tolérer quelque temps Bachad, tolérons. A Versailles, François Hollande s'est contenté de parler de « rassemblement de ceux qui peuvent réellement lutter...»S'il faut avoir comme partenaires la Russie de Poutine et l'Iran des mollahs, et la Turquie d'Erdogan, n'hésitons pas. S'il nous faut prendre du champ avec une Arabie Saoudite, encore complice de l'extrémisme religieux, prenons le, quitte à mécontenter les marchands d'armes.

La France, pays le plus menacé

La France est le pays le plus menacé, pour de multiples raisons, les valeurs qu'elle symbolise, son engagement politique et militaire dans plusieurs pays et malheureusement la collusion entre jeunes djihadistes français et état-major du califat. C'est à elle d'être la plus active, sans se leurrer sur ses marges de manœuvre, diplomatique et militaire. La priorité est de bloquer l'expansionnisme du califat et le rendre inoffensif en Europe, tout en recherchant la solution politique. Obama disait il y a quelques mois que cela prendrait des années. Peut-on faire mieux ? C'est le défi qui nous est lancé.

 L'incompréhension de l'état de guerre

 Une autre faiblesse à prendre en compte est l'incompréhension de l'état de guerre où nous nous trouvons. Certes nos gouvernants reconnaissent depuis quelques mois que la France est en guerre. L'opinion est restée rétive jusqu'à ces derniers jours. Cette réticence était légitime. La lutte asymétrique et protéiforme, du faible au fort, sans base territoriale clairement délimitée jusqu'en 2014, associant des nationaux devenus terroristes et des étrangers a peu de choses à voir avec la guerre telle qu'on nous l'a enseignée dans les livres d'histoire. C'est donc toute la société et la classe politique, accaparée par des préoccupations de court-terme et la crainte d'inquiéter l'opinion qui a sa part de responsabilité.

La tragédie du 13 novembre a dessillé les yeux, La cible n'était plus limitée à des lieux circonscrits (synagogues, installations militaires, équipements publics) ou à certaines catégories de Français. La cible était la France et tous les Français sans distinction d'âge, de couleur ou de confession. L'attaque du Bataclan et le choix de quartiers où se mêlent des populations de toutes origines fait que « nous sommes tous des Parisiens » alors que nous n'avons pas tous été » des Charlie ».

De nouvelles formes de mobilisation

Cette nouvelle forme de guerre appelle de nouvelles formes de mobilisation et d'organisation. Certes cette adaptation a commencé et il est trop tôt pour apprécier les effets des dispositions législatives récentes et des réorganisations des services.
Néanmoins, il est clair que nos dispositifs sont trop éclatés et lacunaires er que les moyens techniques et financiers ne sont pas suffisants. La première mission d'un Etat est d'assurer la sécurité des citoyens, quitte à lui demander plus d'efforts ou à sacrifier d'autres interventions publiques. Le problème n'est plus pour le pouvoir en place de gagner des élections, quelles qu'elles soient mais de gagner la guerre.
La responsabilité de François Hollande, à cet égard, est immense. Il l'exerce pleinement lorsqu'il annonce devant le Parlement un « renforcement substantiel des moyens » notamment la création de 5000 emplois dans la gendarmerie et la police et de 2500 dans l'administration pénitentiaire.

Il l'exerce également lorsqu'il demande une prolongation de trois mois pour l'état d'urgence, qui facilite les perquisitions et les assignations à résidence, avec l'espoir qu'il en fera un usage sélectif.

De nouvelles propositions de lois, pourquoi?

On peut être plus dubitatif sur les propositions de lois nouvelles -en trois ans trois lois ont déjà été votées pour lutter contre le terrorisme et pour le renseignement- et sur la modification de la Constitution. Est-ce vraiment une nécessité ou une habileté pour obtenir l'appui de la droite républicaine et l'épuiser dans des procédures incertaines ?
Ce qui est sûr, c'est que l'esprit de responsabilité est absent s'agissant du financement. Pas de « taxe de guerre » Pas de réduction de dépenses civiles mais une « formule hollandaise »: « Le pacte de sécurité l'emporte sur le plan de stabilité » Le futur candidat de 2017 n'est pas loin.
Conduire une guerre pour la gagner et se préparer à une candidature, est-ce vraiment compatible ?

Traiter enfin le problème de l'Islam en France

Enfin, l'incapacité de notre République laïque à traiter le problème de l'Islam en France a entrainé un délitement de l'Etat et de nos institutions. Celles-ci, par ignorance et par tradition, ne se sont pas souciées de l'expansion du culte musulman, la religion étant affaire personnelle. L'Islam est devenue la seconde religion et il nous faut vivre avec, ce qui implique une connaissance précise de ce qui se pratique, s'écrit et se dit dans les mosquées mais aussi de la surveillance et des compromis. Nous avons laissé le salafisme pourrir l'islam en France et les mosquées dans les mains d'imams ne parlant pas français financés par les Saoudiens- nos « bons alliés » qui financent les exportations de nos Rafale-. Même en 2015, beaucoup d'imams ne sont pas formés en France et nous signons une convention avec nos amis marocains pour qu'ils s'en chargent... En revanche, sur des problèmes seconds comme le voile, nous avons adopté des positions intransigeantes, incomprises de la plus grande partie des musulmans dans le monde. Le compromis, est affaire de discernement, souvent délicat, ainsi l'égalité entre les hommes et les femmes ne se prête à aucun compromis.

Certes, les pouvoirs publics ne peuvent se substituer aux musulmans de France qui dans la tradition sunnite sont faiblement organisés mais il lui incombe-outre leur protection- de fixer les règles du vivre ensemble, après un dialogue ouvert et permanent avec tous ceux qui veulent débattre, sans immixtion d'autorités étrangères. Ils ont aussi à expliquer à l'opinion que les terroristes qui commettent des attentats au nom d'un Coran tronqué et réduit à une interprétation du djihad et du Paradis ne représentent qu'une infime minorité. Cela ne sera pas aisé.

Pierre-Yves Cossé
15 Novembre 2015

8 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 40
à écrit le 24/11/2015 à 10:41
Signaler
Il manque un aspect crucial à votre analyse du « Comment en est-on arrivé là ? » Il y a beau jeu de chercher les causes à l’extérieur de la France à défaut de vouloir se remettre en question. Notre gouvernement suivi des médias fait lui-même l’apol...

à écrit le 20/11/2015 à 10:41
Signaler
Dans le coran il y a aussi bien des messages d'amour que des messages de haine ("il faut châtier les infidèles") d'où les confusions. Il faut surtout que les musulmans arrête le déni de réalité en disant que ce que font les intégristes ce n'est pas l...

à écrit le 20/11/2015 à 3:31
Signaler
Comment en est-on arrivé là ? Mais c'est très simple : Incompétence, déni des réalités, ambitions prenant le pas sur l'intérêt général, ambitions politiques au détriment de TOUT, vénalité, opportunisme, lâcheté, trahison ? Vous en voulez d'autre...

à écrit le 19/11/2015 à 7:13
Signaler
Dans les années 70, il n' y avait pratiquement pas de musulmans en France. Pourquoi, aujourd'hui, ils sont plus de 6 millions en France ? Dans les années 70, il y avait le plein emploi en France. Pourquoi, aujourd'hui, il y a plus de 5,6 millions de ...

le 29/11/2015 à 13:27
Signaler
Entièrement d'accord avec vous, sauf sur 1 point : le chiffre de 6 millions est le chiffre officiel dont on nous abreuve depuis 30 ans. Qui peut croire que ce chiffre n'est pas multiplié au moins par 2 (et probablement davantage?)

à écrit le 18/11/2015 à 19:52
Signaler
L'auteur a presque tout dit, excepté la responsabilité de Sarkozy et de la France dans l'assassinat de Khadafi et la destabilisation subséquente de la Libye. Ces actions ont grandement contribué à la situation que vit la France aujourd'hui.

à écrit le 18/11/2015 à 17:26
Signaler
Et au mixeur social qui n'a pas fonctionné correctement. Il faut demander au cheptel de sortir et montrer fièrement ses pancartes pour que les terroristes aient très peur. Cela dit, après le discours du congrès, Daech doit deja réfléchir à rendre l...

à écrit le 16/11/2015 à 13:42
Signaler
"Comprendre que l'on est en guerre" A mon sens, pour être "en guerre", il faut être deux : la France et..?... Personnellement, je dirais plutôt "on nous fait la guerre". "ON" étant Daesh qui n'est pas un pays mais une idéologie qui exècre tout ce q...

le 16/11/2015 à 19:45
Signaler
si on les bombarde depuis quelque temps c'est aussi que nous smomes en guerre.

le 17/11/2015 à 11:48
Signaler
A BEGE75 On vous fait la guerre? Qui a financé en armement ce "ON" IDEOLGIQUE dont vous parlez au début de la guerre en syrie. Vous souvenez d'un certain ministre français qui disait que leurs partenaires "DAECH" faisait du bon travail en Syrie? Alo...

à écrit le 16/11/2015 à 12:09
Signaler
En lisant ces commentaires , je suis d'une tristesse infinie: moquerie, dénigrement, tournage en mépris ou dérision de ce que dit l'autre montre vraiment le découragement et la rage dans lesquels nous sommes plongés, nous les français....Nous sommes ...

le 18/11/2015 à 17:35
Signaler
Et le moral reviendra. Un abonnement à l'Humanité ne pourrait vous faire que du bien.

à écrit le 16/11/2015 à 11:14
Signaler
il ne faut pas sous estimer le voile, dans les quartiers des couches moyennes car vous faites des différences et que vous ne fréquentez pas, la radicalisation des familles commencent par le voile et est très perfectible par les couches moyennes votr...

à écrit le 16/11/2015 à 10:42
Signaler
passe-arrière Ouf ! C'est la faute aux Américains ! Donc, c'est ça la solution : payer des billets d'avion aux terroristes. L'Arabie, les E.A.U. et quelques autres le savent et le font depuis des décennies.

à écrit le 16/11/2015 à 10:42
Signaler
passe-arrière Ouf ! C'est la faute aux Américains ! Donc, c'est ça la solution : payer des billets d'avion aux terroristes. L'Arabie, les E.A.U. et quelques autres le savent et le font depuis des décennies.

à écrit le 16/11/2015 à 9:58
Signaler
le port du voile "enveloppant" n'est pas un problème mineur : il est un des éléments emblématiques de la radicalisation rampante d'un islam qui se revendique aussi social et politique , depuis la fin des années 80 (il symbolise en outre la dominati...

à écrit le 16/11/2015 à 9:02
Signaler
mais ou est le nerf de cette institution du terorisme leur finance dans des banques soit de l'occident soit proteger par les pays du golfe ou encore dans les paradis fiscaux comme le Luxembourg personne me fera croire qu'il circule en permanence ...

à écrit le 16/11/2015 à 1:02
Signaler
Demandez à l' UMP et au PS qui dirigent la France depuis 40 ans. Ce sont eux les premiers responsables de la situation actuelle de la France (tant d'un point de vue économique que d'un point de vue de l'immigration et de la sécurité).

le 16/11/2015 à 11:15
Signaler
Parceque vous pensez que M&M sont capables de mieux. Le FN de gauche avec ses vues simplistes sont encore moins adaptés que les autres à comprendre et faire face. Marine et Mélanchon ne comprennent rien à l 'économie et jusqu'à preuve du contraire p...

le 18/11/2015 à 20:05
Signaler
40 ans de "l'immigration, une chance pour la France"! Tiens on ne l'entend plus. Pourquoi?

à écrit le 15/11/2015 à 20:27
Signaler
Très bon article qui montre que le sujet est trop complexe. Et si George W. Bush n'était pas intervenu en Irak, qui n'avait rien à voir avec le 11 septembre 2001. Et surement le problème date d'encore plus longtemps ? Mais on nous cache tout, on nous...

à écrit le 15/11/2015 à 20:08
Signaler
Excellent article qui, pour une fois, n'est PAS une propagande, ou quasiment. Par exemple comparer staline à assad. Passons cette vue us. Elle ne vaut que ce qu'ils valent : pas grand-chose. Et allons donc jusqu'au bout de votre raisonnement : que no...

à écrit le 15/11/2015 à 20:04
Signaler
monsieur Pierre,votre analyse est parfaite,néanmoins ,vous avez omis de citer un autre point très important,en l'occurence,la destabilisation par la force,de la Libye par sal..kosi et,à mon sens,c'est un poit à retenir.

à écrit le 15/11/2015 à 20:00
Signaler
"des compromis" Et voilà, quelques attentats et on nous parle déjà de soumission.

à écrit le 15/11/2015 à 19:35
Signaler
Et nous n'aimons pas les méchants. Mais pourquoi nous veulent ils du mal ?

le 16/11/2015 à 18:06
Signaler
... Je me demande depuis quand les hommes réfléchis prennent-il le soutien du "terrorisme" par ce que la tête de Bachard ne leurs obéis pas? ou encore pourquoi quitter de l'occident ci loin, pour imposer une guerre finie à la Syrie?

à écrit le 15/11/2015 à 19:08
Signaler
BONSOIR jE SUIS RAVIS D UNE LECTURE POLITIQUE JUSTE ET REELLE DE LA VIE QUI NOUS ENTOURE A TRAVERS LES DECISIONS TORDUES DES POLITIQUES ET LE PRESIDENT FRANCAIS DOIT EN TIRER LES LECONS ET AVOIR UNE CORDIALE POIGNEE DE MAI...

à écrit le 15/11/2015 à 18:09
Signaler
monsieur Pierre-Yves cossé daech ne sont des sunnits et les personnes l'attentat de charlie sont pas des sunnits ,je suis désolé de le dire mais indirectement vous accusez notre prophete ,parceque etre sunnit c'est suivre l'itinéraire du prophete ...

le 16/11/2015 à 14:16
Signaler
Oh, l'Arabie saoudite pense certainement le plus grand mal de Daesh. Mais elle l'a financé et se garde bien de le frapper.

le 16/11/2015 à 19:59
Signaler
à trop suivre certaines voies on ne se rends pas compte qu'on a quitté le chemin. au lieu de vénérer un soit disant prophète ecoutez la parole de dieu "tu ne tuera point". c'est dieu qui commande ou les interpretes d'un prophète qui retournent à ...

à écrit le 15/11/2015 à 18:07
Signaler
Article intéressante mais qui tourne par moment autour du pot notamment en matière religieuse ( vers la fin de l'article ). A ce titre, une analyse plus poussée aurait été utile.

à écrit le 15/11/2015 à 15:21
Signaler
C'est le moment de sortir avec ses pancartes en signe de solidarité et d'écouter les discours réchauffés au micro-onde.

à écrit le 15/11/2015 à 14:56
Signaler
parce que cela fait tellement longtemps que les sans dents votent mal.

à écrit le 15/11/2015 à 14:50
Signaler
- embauche d'éducateurs de rue dans les communes pour demander poliment aux terroristes (ou autres exclus) de déposer les armes. - augmentation des budgets en faveur du milieu associatif. - création de locaux sociaux pour accueillir les personnes e...

le 15/11/2015 à 17:22
Signaler
ah ah! Excellent. Comment appeler une grande et belle politique gouvernementale de la sorte... hum... Ce serait le Traitement Social du Terrorisme. Avec pour mise en œuvre, un Secrétaire d’état en charge de la politique d'insertion du djihadiste.

à écrit le 15/11/2015 à 14:17
Signaler
Ce n est pas vraiment le sujet On devrait rechercher les Responsabiltes de ce qui vient d arriver Un type fiche qui a été en Syrie faire dès stages en 2013 2014 et radicalise sans surveillance ??? Le juge trevidic qui se plinthe car ilsne peuvent s...

le 15/11/2015 à 18:54
Signaler
Pour contourner la surveillance il suffit de faire effectuer un attentat dans un pays À par des assassins d'un pays B .C'est une guerre de cent ans qui nous menace .

à écrit le 15/11/2015 à 13:39
Signaler
Enfin un article clair , disant avec des mots simples des évidences flagrantes. Un langage que Mr Sarkozy et Hollande ne connaissent pas . Je suis terrifié que l'avenir de notre pays dépendent plus que jamais de ces deux individus qui ont tout raté. ...

à écrit le 15/11/2015 à 12:34
Signaler
L'Arabie saoudite n'est pas cliente pour le Rafale !!!!

le 25/11/2015 à 10:02
Signaler
Nous sommes tous pieds et mains liés, la crise nous fait dériver

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.