« Périphérie », ce mot qui crée

 |   |  372  mots
(Crédits : DR)
Il y a bien sûr La France périphérique (Flammarion, septembre 2014), de Christophe Guilluy, qui décrivait deux France qui s'ignorent et se font face. Il y a, mi-janvier, le rapport Procos (cet organisme rassemble la plupart des enseignes de commerce spécialisé) sur l'évolution de la création de nouvelles surfaces commerciales en France. Il y a le rapport INSEE paru le même jour sur la répartition géographique des familles en France.

Ces deux derniers rapports confortent le livre : il ne s'agit plus de signal faible, mais de signal fort. Christophe Guilluy parle de 60% de la population !

Le rapport INSEE démontre que les familles avec au moins un enfant ont tendance à habiter depuis une trentaine d'années en périphérie des 200 grandes aires urbaines. Plus on s'approche du centreville, plus le logement est cher. Le centreville est surtout occupé par les célibataires (les veufs et veuves et les étudiants) et les ménages aisés. À Paris et Nice centre, quatre familles sur dix vivent en logement surpeuplé. En outre, les familles vivent peu à la campagne.

Le rapport Procos en exprime une résultante. Les nouvelles surfaces commerciales sont autorisées en PAC (parc d'activités commerciales) qui rassemblent de grandes surfaces (1.000 m2) à prix très bas, et des extensions de centres commerciaux implantés en périphérie.

Il s'agit de 93% des projets !

Les centresvilles et les petits centres commerciaux n'ont plus la cote. Or, un dépôt de permis de construire, c'est un projet d'ouverture à dix-quinze ans - compte tenu des recours - et qui doit fonctionner quinzevingt ans. Nous sommes donc à des horizons de 2025-30 et 2040-2050.

Le signal fort est là : le commerce s'implante là où il y a consommation ; et comme il investit lourdement dans l'immobilier, son amortissement doit se faire dans la durée. Une durée minimale de trente ans est normale. Lorsque le lancement du Grand Paris se fait sans le mot « commerce », je considère que ses auteurs sont détachés de la vie réelle. Dans la création de nouvelles entreprises, il s'agit d'un signal fort. Le « drive » (commander ses achats sur Internet et les retirer en entrepôt) est une création française typique de la périphérie, née dans le Nord. Tandis que l'e-commerce alimentaire se développe pour une très grande partie uniquement sur Paris. Ne nous trompons pas, depuis 1945, la France a gagné 25 millions d'habitants, ils vivent quasiment tous en périphérie. Le mot « périphérie » n'est pas une exclusion, au contraire, c'est la vie réelle, c'est là que s'imaginent l'entreprise et les produits d'aujourd'hui et de demain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :