Climat : le citoyen-consommateur au rapport

 |   |  603  mots
(Crédits : iStock)
EDITO. A travers la Convention citoyenne pour le climat, chargée de proposer d'ici à début 2020 des mesures concrètes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre en France, c'est la société civile - les citoyens-consommateurs - tout entière qui est renvoyée à ses propres responsabilités en matière de protection de l'environnement. Par Philippe Mabille, directeur de la Rédaction.

C'est une innovation institutionnelle dans l'air du temps : 150 citoyens tirés au sort sont chargés, dans le cadre d'une Convention citoyenne, de proposer d'ici à début 2020 des mesures concrètes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre en France. L'idée, inspirée de la démocratie délibérative, est fille de la crise des « gilets jaunes ». Ils voulaient le RIC, le référendum d'initiative citoyenne, en toute matière : ils auront la Convention citoyenne pour le climat. L'opération est cousue de fil vert : le gouvernement voudrait-il que cette Convention fasse revenir la hausse de la taxe carbone que les « gilets jaunes » ont enrayée ? s'interroge un participant.

Poser ainsi la question, c'est presque y répondre, tant il est évident qu'il n'y a pas de solution, hors d'un mécanisme fiscal agissant sur les prix de l'énergie, pour inciter les producteurs comme les consommateurs à changer leurs comportements. De fait, au-delà des 150 conventionnels constitués à l'image de la société française, même s'il ne s'agit pas d'un échantillon statistique représentatif au sens des règles utilisées pour les sondages, c'est bien la société civile tout entière qui est renvoyée à ses propres responsabilités en ce qui concerne le climat. S'il s'agit bien d'une question « existentielle », comme l'a dit la nouvelle commissaire européenne chargée de l'Énergie, si l'urgence climatique doit primer désormais sur toute autre priorité, comme l'expriment dans les rues les manifestants d'Extinction Rebellion (XR), alors il est temps de passer aux actes.

Intelligence collective

Le défi est immense. Les citoyens-consommateurs sont au coeur du problème et sont en même temps la solution. On le voit dans l'agroalimentaire, le consommac'teur a réussi à faire changer les comportements de l'industrie, au nom du « bien manger » (lire pages 18-19). Toute la question est de faire adhérer une minorité suffisamment active aux changements. C'est justement la thèse des activistes d'XR qui s'inspirent des travaux d'une universitaire américaine méconnue, Joanna Macy, pionnière de l'écopsychologie. Selon elle, « la bataille pour le climat ne doit pas être une confrontation ; il n'y a pas d'ennemis, pas de gentils contre les méchants parce que nous sommes tous concernés par la catastrophe climatique. Les solutions ne peuvent se trouver que tous ensemble. » Joanna Macy prône l'entraide et souligne que « les petits gestes pour la planète ne sont pas moins importants que les grandes décisions ».

Le discours fait un peu bisounours si on le compare à celui tenu par Greta Thunberg à l'ONU, pour qui « le temps de la décroissance est venu » et qui plaide pour des mesures beaucoup plus radicales, comme l'interdiction de l'avion. Au début de la crise des « gilets jaunes », Emmanuel Macron avait enfermé le débat dans une opposition presque insoluble entre la fin du monde et la fin du mois. Le rôle de la Convention citoyenne pour le climat est de résoudre cette équation en proposant des mesures fortes et courageuses dont le mérite sera de ne pas descendre d'en haut, mais d'être élaborées par l'intelligence collective de citoyens placés en situation de décideurs, à l'abri, on le suppose en tout cas, des lobbies. Que sommes-nous prêts individuellement et collectivement à accepter comme contraintes pour sauver la Terre du réchauffement climatique ? Comment le faire en conciliant l'écologie et l'économie, la croissance et la planète, l'emploi et la qualité de vie ? Soyons réalistes : il est plus que probable que la montagne accouchera d'une souris... verte.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/10/2019 à 12:15 :
Réglementer fortement l’usage de l’avion sera accepté par la population. Ce sera le plus facile, le reste, ça ne va pas se faire du jour au lendemain...
a écrit le 13/10/2019 à 11:05 :
Intelligence collective afin de pallier à la stupidité oligarchique, un pari compliqué et difficile car remettant en cause un mode de fonctionnement humain millénaires. Un énième manque flagrant de capacité à vivre de notre consortium européen financier incapable de se remettre en question, incapable d'assumer ses multiples responsabilités.
a écrit le 11/10/2019 à 21:39 :
C'est incroyable ce myopisme ;Le rechauffement n'est qu'un effet d'une cause beaucoup plus profonde la demographie humaine galopante .1.7 milliards en 1900 ,7.5 milliards maintenant et personne ne voit le probleme !444% d'augmentation en seulement 117 ans on se reproduit comme les rats et les lapins .Prevision pour 2100 dans seulement 80 ans la vie d'un homme ,15 milliards en fourchette haute Et aprés .....!Faut etre au coude à coude pour prendre réellement conscience du probleme et pas nous amuser avec le rechauffement climatique !Rien que la France qui ces 30 dernieres années a vue sa population augmenter de 0.7% l'an comptera 50 millions d'habitants en plus en 2100 !Et aprés .....!D'autant que la grande majorité des nouveaux venus sera dans les pays pauvres ,faudra donc les sortir de la pauvreté mais comment !On est pauvre quand on a pas d'argent et si on leur en donne devinez ce qu'ils vont en faire §Consommer bien sur comme nous et là la catastrophe sera considerable !Ca demontre que l'écologie qui tient un discourt social uniquement pour gratter des voix est contre les pauvres!Sortir les pauvres de la pauvreté alors qu'ils vont se reproduire de plus en plus est donc anti écologique mais qui va le dire !Surrement pas les bourgeois bien pensant des redactions des journaux français.........
Réponse de le 12/10/2019 à 11:33 :
les pauvres cultiveront leur jardin n'ayant pas d'argent et mangeront bio ! :-) Des poules, quelques moutons, une vache, deux ânes pour porter les charges. Ça chauffe bien, les animaux dans une maison (de plain pied). :-)
Suis célibataire, bientôt à la retraite (payée par les jeunes : au boulot !), aucune contribution au chaos futur que vous entrevoyez. Je demande une médaille. :-)
Réponse de le 12/10/2019 à 13:28 :
Il y a autant de morts que de naissances.
Faudrait comparer les chiffres mondiaux entre nombres de femmes , d’hommes , d’enfants , de personnes âgées...
Certaines régions du monde ne sont même pas habitées , d’autres sont trop concentrées comme l’Amériques du nord , nombres d’habitants / par rapport au m2...
a écrit le 11/10/2019 à 18:45 :
Imaginez un point et autour un cercle ⭕️ qui s’agrandit...
Le point c’est votre action pour l’écologie et le cercle c’est l’environnement donc

L’action pour l’écologie commence dans notre proximité et autour de nous , l’essentiel c’est aussi la réceptivité des entreprises, des institutions, des collectivités autour pour être entendu ( ce n’est pas toujours le cas malheureusement)
a écrit le 11/10/2019 à 15:25 :
Interdire l'avion, voire le charbon (40% du CO2 mondial) mais c'est difficile.
Sans avion tout ira bien, c'est miraculeux, il faut donc ne faire que ça et tout ira bien. En ai pas pris depuis 35 ans, ça ne me gênera donc as (hors fret, ça ne transporte pas que des gens). A l'époque des shareware sur disquette, mes mises à jours venaient par "surface" depuis les USA, sinon l'avion était plus cher que le prix à payer pour la disquette (on trouvait des enveloppes et papier très fins (en ai encore) le courrier était presque pesé au gramme près, très cher l'avion.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :