En cas de crise mondiale, partons à l’étranger !

 |   |  570  mots
(Crédits : NAVESH CHITRAKAR)
EDITO. La décennie 2020 sera marquée par de nombreux défis à la fois écologiques, économiques et sociétaux dans un contexte volatile avec l’explosion des révoltes à travers la planète. Des tensions susceptibles de nourrir une nouvelle crise mondiale, cette fois-ci davantage politique qu'économique. Par Philippe Mabille, directeur de la Rédaction.

Pas de panique, on est (enfin) en 2020 ! Que peut-on attendre de ce changement de décennie, incarné par la reprise de la conquête de Mars par une humanité à la recherche d'une « planète B » ? Dans une époque où des collapsologues font commerce de la « sixième extinction de masse », jusqu'à convaincre une partie de la jeunesse qu'elle est peut-être la dernière génération sur Terre, voire la première qui ne mourra pas de mort naturelle, un peu d'espérance serait bien utile pour traverser les récifs à venir. Effondrement climatique, nouvelle crise financière, révoltes des peuples laminés par l'explosion des inégalités : les risques sont réels. Oui, la décennie 2020 est sans doute la dernière au cours de laquelle nous pourrons encore faire quelque chose contre le caractère de plus en plus inéluctable du réchauffement climatique.

Oui, l'exubérance irrationnelle des marchés est exacerbée par la situation anormale des taux d'intérêt négatifs qui s'installe dans la durée. Payer celui qui emprunte et « taxer » celui qui prête est situation pour le moins exceptionnelle dans l'histoire. Certains y voient les prémices d'un effondrement du capitalisme, lequel devient une caricature de lui-...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/01/2020 à 9:43 :
Une bonne idée dans le pays de l'identitaire, cela permettrait du coup d'avoir un regard moins monoculturel !

Cela permettrait a beaucoup de ne plus avoir l'altérité construite autour de valeurs de format qui a mon avis est dépassé !
a écrit le 05/01/2020 à 16:10 :
"Taxer celui qui prête" ? Quelle vision orientée et quelle réécriture de l'histoire ! On taxe celui qui dépose, pas celui qui prête, pour que son argent circule plutôt que de dormir en étant rémunéré. A moins que l'auteur ne considère qu'un déposant prête à sa banque...?
a écrit le 03/01/2020 à 15:38 :
HOLLANDE ou MACRON : il faut cracher au bassinet de BERCY pour boucher tant bien que mal les trous abyssaux dans les dépenses sociales. Donc je n'ai pas attendu que les forêts brulent ni Paris non plus pour prendre la poudre d'escampette en avril 2015 pourt 10 ans de tranquillité fiscale et sociale au PORTUGAL. Et comme lorsque je discute avec lmes compatriotes expatriés aussi, personne n'az la moindre envie de revenir payer des impôts et charges sociales en France. Ah j'oubliais unj détail, la gabegie des grèves depuis le 5 décembre, il faudra aussi en payer les conséquences.
Mais avec 100% du PIB en endettement l'Etat Français n'est lus à quelques milliards près en endettement.
Réponse de le 04/01/2020 à 6:43 :
Euh ,et vous croyez quoi, que votre retraite n'est pas comptée dans les depenses sociales? Oui, gabegie de laisser partir consommer ailleurs et sans impots des gens comme vous.
a écrit le 02/01/2020 à 23:22 :
Le changement de décennie c'est 2021... Quel manque de culture. Aucun crédit pour votre article.
a écrit le 02/01/2020 à 20:55 :
"voire la première (génération) qui ne mourra pas de mort naturelle, ..."
Faudrait peut-être définir ce qu'est une "mort naturelle", sinon cette phrase a peu de sens, non ?
a écrit le 02/01/2020 à 12:09 :
Le problème dans l'UE de Bruxelles c'est que le pays voisin est loin de nous être étranger! Donc le choix se réduit "comme peau de chagrin"!
a écrit le 02/01/2020 à 10:35 :
"En cas de crise mondiale, partons à l’étranger" : Oui, c'est ce que font tous les maghrébins qui viennent en France.
Réponse de le 02/01/2020 à 14:42 :
Tkt pas bientôt ça sera ton tour de migrer chez eux.
a écrit le 02/01/2020 à 10:12 :
L'espoir est quand même cette nouvelle génération qui agit de manière bien plus efficace et intelligente que la notre mais parce que bien mieux informée via internet.

D'ailleurs on peut se demander s cette haine de la part des vieux mégas riches vis à vis des GAFAM n'est pas seulement du aux talents de ces dernières, talent depuis belle lurette oubliée au sein des marchés financiers de notre si vielle oligarchie mondiale, qu'au phénomène internet qui permet d'être bien mieux informés et d'enfin voir quels sont les véritables criminels de l'humanité.

Ah oui le coup des "fakes news" imposée par les outils de production médiatique des mégas riches ne fonctionne pas du tout, les gens ne doutent pas de ce qu'ils apprennent sur la toile tandis que ces vieux journaux dans lesquels se succèdent ce vieux ramassis d'experts, journalistes et autres "spécialistes" complètement compromis perdent chaque jour leur crédibilité commençant enfin à toucher celle méritée.

Il n'y a plus que les vieux et surtout très vieux qui croient dans les médias de masse, mais c'est pas parce que ces derniers seraient encore un tant soit peu efficaces c'est parce que c'est une génération qui ne sait pas se remettre en question, qui ne veut pas se remettre en question ce qui serait obligé si elle remettait le pouvoir économique et politique au sein duquel elle a évolué et bien souvent prospéré également en question.

On voit bien que nos valets néolibéraux aux commandes de notre Europe en ruines voyant que la crédulité des gens fond comme neige au soleil accélèrent vivement les désirs des mégas riches mais c'est déjà trop tard tout le monde le voit, 85%de la population déteste ou méprise nos dirigeants qui protégés par des médias de masse qui nous racontent une tout autre histoire que la vérité continuent quand même d'y croire.

Mais leur formatage et leur capacité intellectuelle peut elle leur permettre plus ? Impasse oligarchique aux conséquences de plus en plus dramatiques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :