Manu-La-Chance ?

 |   |  609  mots
(Crédits : PHILIPPE WOJAZER)
La première année du (premier ?) quinquennat d'Emmanuel Macron s'achève sur de bonnes nouvelles pour le président et pour la France.Non seulement le chef de l'État a réussi à inverser la courbe de sa propre impopularité, après un sérieux dévissage cet été jusqu'au début de l'automne, fait inédit (en général, quand un président déçoit les Français, il ne s'en relève plus) ; mais aussi, les deux phénomènes étant peut-être liés, la courbe de la croissance s'accélère.

L'Insee vient de relever de 1,8 à 1,9 % sa prévision pour 2017 et s'attend à une poursuite de cette reprise au moins jusqu'au milieu de l'an prochain. Climat des affaires, moral des ménages, créations d'emplois, investissements, consommation, tous les indicateurs sont au vert, sauf un, le point noir de l'économie française, le déficit commercial.

Emmanuel le veinard ? Sans doute, mais il n'est pas interdit d'allier la chance à la jeunesse et à l'audace. Toute la question est de savoir qu'en faire et comment la faire durer. Du point de vue de l'action, le bilan des premiers mois est globalement positif. Force est de reconnaître que l'élection d'Emmanuel Macron a créé un électrochoc pour l'image du pays tant à l'intérieur qu'à l'étranger, et que le rythme des réformes engagées a été soutenu. Ordonnances sur le travail, réforme de l'ISF et flat tax sur le capital, transfert de cotisations salariales sur la CSG, suppression progressive de la taxe d'habitation, baisse programmée de l'impôt sur les sociétés...

Et pourtant, il reste tant à faire... C'est tout le défi qui attend Emmanuel Macron en 2018. En 2017, il a occupé le terrain en mettant en oeuvre ses promesses de campagne. Mais elles mettront du temps, au moins deux ans, a-t-il dit, avant de produire d'éventuels résultats visibles. Deux ans pendant lesquels rien ne dit que la conjoncture restera aussi favorable, deux ans d'imprévus et d'incertitudes notamment géopolitiques qui pourraient mettre à bas les espoirs de succès d'une politique qui a sa cohérence, mais dont les mesures restent homéopathiques à l'échelle des problèmes que la France a à résoudre.

Pour Emmanuel Macron, 2018 sera donc forcément une année d'accélération. D'abord parce qu'en l'absence de réelle opposition en 2017, le président se dit probablement qu'il a encore une fenêtre de tir pour faire bouger les lignes. Il est probable aussi que ce soit ce qu'attendent de lui la majorité des Français. En 2018, des réformes importantes débattues cette année seront engagées : choc d'offre dans le logement, alors que le bâtiment commence à battre de l'aile, loi sur les nouvelles mobilités du quotidien, acte II des réformes sociales avec l'assurance-chômage universelle, les réformes de l'apprentissage et de la formation professionnelle.

Mais Emmanuel Macron est surtout attendu sur des sujets plus difficiles : réforme de l'État et de l'action publique alors que malgré la croissance, qui dope les recettes d'impôt, les comptes publics restent préoccupants et que sur la diminution des effectifs de la fonction publique (120 000 postes prévus sur cinq ans), on reste très loin du compte. Sur les impôts, le chef de l'État risque aussi de devoir jongler avec l'exaspération des classes moyennes qui verront leur charge fiscale globale augmenter de 4,5 milliards l'an prochain.

Enfin, Emmanuel Macron va devoir en 2018 sortir du bois sur des sujets délicats : statut des cheminots et réforme de la SNCF surendettée, avenir d'EDF et basculement vers les énergies renouvelables, privatisations avec quelques cas brûlants, comme Orange, alors que pointe de nouveau l'idée d'une concentration du nombre des opérateurs télécoms. Ou comme l'avenir du service public de la télévision, chantier que le président a ouvert de lui-même en appelant, lors de sa déambulation élyséenne, à une réforme profonde. Bref, on l'a compris, en 2018, Emmanuel Macron sera sur tous les fronts. Dans le calendrier chinois (à partir du 6 février), ce sera l'année du chien. Animal loyal, bienveillant et fidèle, mais parfois aboyant...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/12/2017 à 16:01 :
A 'Manu la chance' je préfère 'président des riches'...
a écrit le 24/12/2017 à 9:13 :
Bien sûr qu'il y a un nouvel élan salutaire ! Mais il y a toujours des grincheux, et ce se sont ces derniers qui comme souvent s'expriment. Les réformes vont se poursuivre en 2018, et c'est bien là l'essentiel.
a écrit le 23/12/2017 à 18:47 :
Oh oh, oh, ne nous au calme comme on dit d' un attelage qui s' ..s' emballe !
La ruse consiste à ne verser à l'Union européenne les fonds votés par l'assemblée nationale qu'à compter de janvier 2018 alors que ceux-ci devraient, logiquement, être versés avant la fin de l'année. Une enveloppe de 1,8 millard d'euros, en plus ou en moins, dans le budget de la France, peut la faire passer en dessous des fatidiques 3% de déficit public (le gouvernement envisagerait 2,9%). L'UE ferait donc un "cadeau" provisoire de 1,8 milliard d'euros afin que la France puisse annoncer être descendue sous les 3% de déficit. Mais la facture de 1,8 millard sera à honorer dès janvier 2018.
http://www.senat.fr/rap/l17-108-22/l17-108-221.html
a écrit le 23/12/2017 à 15:08 :
Il y a surement deux files d expressions populaires , j aimerais bien correspondre avec les idolâtres Macroniens merci d avance à la tribune .
a écrit le 23/12/2017 à 13:20 :
Après le travailler plus pour agner plus on a le payer moins pour gagner plus des plus aisés et pour les moyens payer plus pour gagner moins la redistribution à la mode macron est en route. Des petites augmentations pour les plus démunis qui seront vite reprises par les augmentations liées à la lutte contre le réchauffement quant aux plus aisés il bénéficieront de la redistribution à la mode Trump de Macron et les pauvres auront les miettes que les plus aisés consentiront à faire tomber de leur table mais il ne faudra pas oublier de dire merci§
a écrit le 22/12/2017 à 22:13 :
Comment peut-on évoquer la chance dans le pilotage d'un pays .... On nous prends pour des C....
Réponse de le 23/12/2017 à 10:05 :
Oui, c'est bien la chance, Macron vient de prendre la pouvoir et il vient même de repousser à la fin de son quinquennat le résultat de ses mesures prises pour diminuer le chômage ! Entre le vote des premières mesures c'est été et leurs mises en application, pas d'influence physique sur ce second semestre ! Et encore moins sur le premier !
Les catastrophes de l'année 2016 sont absentes cette année. Excellente récolte de céréales en volume avec des graines de qualité. Les touristes sont de retour, ce pourrait une année record. Le CA de nos entreprises sera record. La France aura plus inauguré de nouvelles usines (constructions démarrées avant 2017) que fermé des anciennes cette année. Peu de manifestations, l'agitateur professionnel Mélenchon est à la ramasse. Et les étudiants ont étudié ! Peu de grèves au contraire de 2016, Air, France, routiers, SNCF, etc. . Pas de catastrophes météo, pas comme le printemps et l'été dernier. Attentats déjoués .
Restauration, loisirs, hôtellerie et immobilier de luxe repartis à la hausse.
Et puis reprises européenne et mondiale de l'économie qui servent bien la France. Avec une FED modérée et des taux modérés.
Etc.
a écrit le 22/12/2017 à 13:52 :
Macron ni peut rien qui n' est pas incident sur le cours de l 'Histore puisqu' il n' a pas les manettes. Tenez, un exemple parmi d'autre, voilà l' Ue qui perd complètement les pédales et somme toutes les composantes de l'Uerss -en l' occurrence ici la Pologne- de se conformer aux GOPE au risque de voir le pays en sédition trainé à la cour de justice de l'Ue, voire prendre perpète ..
Ca a des relents d' excommunication et je subodore la fin politique proche de cette Ue qui outre le défaut d' être pilotée de l' extérieur s' est installée dans l' arbitraire des 28 commissaires non élus ..
Heureux anglois ..

Tout l'enjeu pour Emmanuel Macron consiste désormais à s'appuyer sur ce capital pour poursuivre l'application de son programme de réformes."
Hélas pour les avertis qui savent qu' ODOXA prend ses sources dans la presse unioniste subventionnée par l' Ue pour loger un homme étroitement dépendant aux GOPE bruxelloises ; comprenant ainsi l' expatriation de leurs emplois vers un univers ..parallèle aux salaires à 400 euros, à l' est de l' est et le scalp de leurs acquis sociaux ..

Et que vive la com et joyeux Manuel à toutes et à tous ..
https://www.upr.fr/wp-content/uploads/UPR-7-BONNES-RAISONS-DADHERER-A-LUPR-mars-2015-TM.pdf
a écrit le 22/12/2017 à 11:25 :
Comme Hollande avait la baraka,Macron a beaucoup de chance.Finalement ,il vaut mieux voter pour les socialistes(officiels et officieux),ils portent chance a la France
a écrit le 22/12/2017 à 10:22 :
Tous les indicateurs sont au vert ???sauf la baisse du chômage ,les augmentations de la CSG ,de l essence ,de la taxe d habitation pour certain etc !!enfin les taxes à gogo pour les classes moyennes et les retraités !!
Réponse de le 22/12/2017 à 12:01 :
Baisse du chomage, passé de 10,5% à 9.4% de la population active. C'est une baisse.
Augmentation de la CSG compensée par baisse de charges pour les actifs.
Essence : aucune taxe nouvelle, Macron n'est pas responsable des fluctuations des prix mondiaux
Taxe d'habitation ; c'est une blague ? 80% des gens exonérés.
Réponse de le 22/12/2017 à 12:55 :
Mi-septembre le ministre de l'économie B.Le Maire promettait pour fin 2018 des baisses d’impôts d'environ 18 milliards. Mais hausse de la CSG, augmentation du prix du tabac et des taxes sur l'énergie… Malgré les grandes annonces du gouvernement sur la suppression de certains impôts, l'addition s'annonce tout de même salée pour les Français : l'INSEE annonce une hausse des prélèvements obligatoires d'environ 4,5 milliards, ce qui ôterait 0,3 point à l'évolution du pouvoir d'achat . Ce qui est donné d'une main, il faut bien le reprendre de l'autre .....
Réponse de le 22/12/2017 à 13:36 :
1°) Il s'agit du chômage en catégorie A, mais toutes catégories confondues, il stagne.

2°) L'augmentation de la CSG compense la baisse des charges?
22 miliards de prélèvement d'un coté, 7 milliards d'allègement de l'autre, dont ne bénéficieront ni les retraités, ni les chômeurs, ni les indépendants, ni les fonctionnaires.

3°) désolé pour vous (et surtout pour nous) mais la TICPE va bel et bien augmenter en France quel que soit le cours mondial du brut

4°) Taxe d'habitation? Exonéré de rien, elle rapporte 16 milliards à l'état et comme chacun sait qu'elle ne sera pas compensée au niveau local, elle sera reportée sur la taxe foncière parce que les mairies n'auront pas le choix.
Réponse de le 22/12/2017 à 15:16 :
@mortimer:n'oubliez pas que nous avons aussi la suppression de l'ISF:pour moi cela fera un gain de pouvoir d'achat de 800 euros par mois ce qui n'est pas négligeable!
Réponse de le 24/12/2017 à 14:20 :
@Ernest Antoine ,je ne paye pas l ISF ,je ne fais parti que des classes moyennes !!mais enfin trouvez vous normal que dans notre beau vous puissiez disposer de 800 eu/MOIS du fait de la nouvelle loi sur l ISF certainement pour vous puisque c est nous les pigeons qui payerons !!!n importe quoi !!
@Tout Faux !!vous avez tout faux ,consultez les réponses après la votre qui donnent exactement l état du pays !! Joyeux noel à tous
a écrit le 22/12/2017 à 9:58 :
Statistiquement parlant, on ne peut pas compter sur la chance pour diriger un pays.
Il y a eu quelques réformes moyennement courageuses, car menées dans un contexte particulier. Mais l’essentiel reste à faire.
Il faut reconnaitre au gouvernement qu’il fait preuve d’activisme et de volontarisme, reste à savoir si on va dans le bon sens et si tout le monde participe à l’effort.
Car pour compléter la parabole de l'année du chien, il y a aussi des chiens qui courent en rond en essayant désespérément d’attraper leur queue, ce qui fait parfois penser au fonctionnement du pays. On a tous intérêt à sortir de la boucle, et que ce soit pour la France et pour l’Europe, on ne peut que souhaiter la réussite au gouvernement Macron. Car cet alignement des planètes risque de ne pas se reproduire.
a écrit le 22/12/2017 à 9:39 :
quand bien meme .. apres le résultat de la CATALOGNE( certes du au pouvoir absolu de Madrid l arrogance !
a écrit le 22/12/2017 à 8:45 :
Extraordinaire!!!
Même quand les choses vont mieux (objectivement), et que pour une fois un président potentialise ce nouvel élan, certains français (loin d'être en majorité d'ailleurs) trouvent à redire. Histoire de positivez un peu, posez vous juste la question suivante : "Où en serait on si Macron n'avait pas été élu président?"
Réponse de le 22/12/2017 à 10:54 :
"Même quand les choses vont mieux (objectivement)"
Les médias ne sont pas objectifs.
Réponse de le 22/12/2017 à 23:55 :
@lestempschangent
Exactement au même endroit ?
a écrit le 22/12/2017 à 8:02 :
La situation semble en amélioration MACRON profite du travail du président précédent, Il fait de nouvelles réformes dont ne fera les effets avant deux ans, mais sans u e réforme de l’etat’ des Collectivités de la dépense sociale on ne résoudra pas notre problème essentiel notre dette
a écrit le 22/12/2017 à 6:35 :
Ça fait plaisir. Tout est au vert. Et en immobilier, c'est carrément la fête. Même les grottes se vendent à prix d'or. Miam-miam les commissions. Et pour les grincheux, les taux ne sont pas prêts de remonter. Donc c'est le moment d'acheter, surtout avec une économie qui repart fort....
a écrit le 21/12/2017 à 20:32 :
Toutes les jacasseries médiatiques n'y changeront rien.
Les avertis savent qu' un sondeur comme ODOXA prend ses sources dans la presse unioniste subventionnée par l' Ue pour ..confirmer un homme et une politique étroitement dépendants des GOPE bruxelloises qui est à l' origine de l' expatriation de leurs emplois vers un univers ..parallèle à salaires à 400 euros, à l' est de l' est et le scalp de leurs acquis sociaux ..

Et que vive la com mais dans al vraie vie, traineau du père noël ne ..trainera pas grand -chose !
https://www.upr.fr/wp-content/uploads/UPR-7-BONNES-RAISONS-DADHERER-A-LUPR-mars-2015-TM.pdf
a écrit le 21/12/2017 à 19:34 :
Après Delahousse, il restait encore un peu de cirage. Heureusement que Malhabile est là !
a écrit le 21/12/2017 à 18:25 :
mais malgré ses promesses il y aura 4,5 milliards de plus de prelevement d'impots en 2018 mais là les mEDIAS BOUCHE COUSUE ne vous leuréz pas la coursbe va s'inversez
Réponse de le 21/12/2017 à 20:48 :
C' est pour vous redonner un peu d' espoir pour les fêtes ..!
a écrit le 21/12/2017 à 16:27 :
la croissance n'a pas attendu Macron qui n'est là que depuis 6 mois. La réalité c'est qu'il a bénéficié d'une baraka insolente. Il n'y est pour rien si Juppé a été battu, Fillon disqualifié, Lepen explosée en vol et les socialistes évaporés.
Il n'y est pour rien dans la surchauffe de l'économie mondiale et s'il bénéficie au départ d'un déficit contenu et d'une dette importante mais à taux historiquement bas.

En politique une chance aussi insolente ça pourrait être une qualité mais souvent ça finit mal. On commence au pont d'Arcole et on finit à lle d'Elbe, ce qui ne serait pas soucis si entre temps il n'y avait pas eu 5 millions de morts en Europe.

Par ailleurs le climat est en train de changer. Les taux d'emprunt sont en train de regrimper sensiblement alors que Macron prévoit de réemprunter 200 milliards en 2018. Les russes et les arabes sont tombés d'accord pour faire monter le prix du brut jusqu'à 70 USD (et ils vont y arriver), L'alliée allemande est en train de se dissoudre, les nationalistes de touts poils sont en train de disloquer l'Europe et Trump s'ingénie à verser de l'huile sur tous les feux de la terre.

Il me semble évident qu'on verra bientôt comment l'enfant chéri de la finance navigue par très gros temps et s'il suffit d'un site Macron.com(merce) pour être un homme d'état. Et franchement, à suivre son comportement j'ai des doutes sur la marchandise.
Réponse de le 21/12/2017 à 16:57 :
"Et franchement, à suivre son comportement j'ai des doutes sur la marchandise"

J'ai les mêmes, espérons que les propriétaires du mac savent ce qu'ils font, lui n'étant qu'un pion, mais comme leurs intérêts sont bien souvent contraires aux nôtres nous ne pouvons que craindre pour l'avenir en effet.

L'europe est en feux et nos dirigeants européens continuent se se regarder le nombril en se trouvant vraiment géniaux.

D'ailleurs on voit bien la différence entre May dorénavant obligée de réellement gouverner et donc de bosser, elle est crevée physiquement ça se voit et le mac et merkel que l'on ne voit jamais fatigués, forcément car ce sont les cabinets conseils des financiers qui bossent, s'ils ont vendu le peuple européen aux hommes d'affaires c'est bien pour ça hein.

Au secours
Réponse de le 21/12/2017 à 21:35 :
Comme disent les jeunes: pouce bleu !
Réponse de le 22/12/2017 à 2:40 :
Macron = un emballage plein de vide. L'aterrissage sera violent. Surtout pour le pays. Ce pseudo president n'est qu'un pion dans les mains de l'argent qui decide de tout. Concernant les taux, vous avez raison, ils vont etre a la hausse .
Réponse de le 22/12/2017 à 12:46 :
Ho les pleureuses....C est mieux que Fillon le faussaire quand meme hein. On avance!
a écrit le 21/12/2017 à 15:37 :
Énième publi reportage macronien.

Triste bilan de nos médias de masse ou pas privés qui sont obligés de faire des courbettes aux amis de leurs propriétaires. Un peu pitoyable quand même hein, pensez le bien, même si indispensable pour garder son poste on le comprend bien.

Où quand la concentration des outils des capitaux et des outils de production détruisent ces capitaux (taux d'intérêts définitivement en berne) et les outils de productions (délocalisation de la main d'oeuvre, absence cruelle d'investissement dans le matériel pour aller se planquer dans les paradis fiscaux).

Mais tout va bien, les cloches résonnent...
Réponse de le 22/12/2017 à 12:03 :
Que voulez vous dire par les cloches résonnent ?
Les cloches raisonnent ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :