Quand Macron parle à la «startup nation»

 |   |  1080  mots
Le président de la République Emmanuel Macron.
Le président de la République Emmanuel Macron. (Crédits : POOL New)
[ÉDITO] A la tête de ce qu'il souhaiterait être une «startup nation», Emmanuel Macron cherche à se poser en point d'équilibre, capable à la fois de faire sauter l'ISF et de défendre le modèle social français. Mais il touche aux limites de son « business model ». La vacance inopinée au ministère de l'Intérieur a mis en exergue la faiblesse de son parti incapable, pour le moment, de faire émerger la personnalité à la hauteur du poste. Par Philippe Mabille, directeur de la Rédaction de La Tribune.

VIDEO SEQUENCE DES QUESTIONS
Avec plus de 2000 entrepreneurs de la French Tech à la Station F. https://www.pscp.tv/EmmanuelMacron/1ynJOYynBbXKR

Pendant que les médias étaient tenus en haleine dans l'attente interminable du remaniement, Emmanuel Macron s'est offert, mardi soir, un bain de jouvence et de popularité en venant se ressourcer à Station F, l'incubateur parisien des startups créé par Xavier Niel. Détendu, le président de la « Startup Nation » a promis à l'une de faciliter le recrutement de talents étrangers avec une « réforme radicale » du « Pass French Tech » effective au 1er mars prochain, à l'autre que la France sera dans quelques années la championne du monde de l'intelligence artificielle. Il a aussi fait parfois la leçon, rappelant à ceux qui espèrent de nouvelles incitations fiscales pour les startups qu'au risque de sa propre impopularité, il avait réformé l'ISF et introduit une flat tax à 30% sur les revenus et plus-values transformant la France en un paradis fiscal pour les investisseurs. J'ai fait ma part, « à vous de prendre des risques désormais ».

Macron retourne l'assistance : « Non, l'Urssaf est votre amie »

Mais c'est sur un tout autre sujet que le chef de l'État a fait sensation. Répondant à un jeune chef d'entreprise qui s'est attiré des applaudissements nourris en déclamant « Mon ennemi, c'est l'Urssaf ! », Emmanuel Macron a retourné l'assistance en l'assurant du contraire : « Je suis obligé de vous le dire - parce que vous avez eu un vrai succès collectif, et donc c'est mon travail de changer cette perception - que, votre amie, c'est l'Urssaf : parce que c'est ce qui fait qu'en France - contrairement aux États-Unis, à l'Inde et beaucoup de pays fascinants de prime abord quand on parle de levées de fonds -, le jour où vous êtes malade, au chômage, vieux, c'est grâce à l'Urssaf que vous payez parfois zéro dans beaucoup de ces situations, a expliqué le président. On oublie trop souvent de le dire. Dans les comparatifs entre pays, il faut aussi qu'on regarde la vie avec un salaire, mais aussi un coût de la vie où sont inclus les risques du quotidien. »

Être un point d'équilibre, à défaut d'être un centre

Cet échange résume en quelques mots tout ce qu'essaie d'être le macronisme : un point d'équilibre, un milieu - à défaut d'être un centre. Selon Emmanuel Macron, on peut tout à la fois supprimer l'ISF et défendre le modèle social français. En fait, il s'adresse aux startuppeurs un peu comme lorsqu'à Colombey-les-Deux-Églises, il a répondu à une retraitée qui se plaignait de sa faible retraite : « On ne se rend pas compte de la chance immense que l'on a ! On vit de plus en plus vieux dans notre pays », tout en louant la « bonne pratique » du général de Gaulle de ne pas se « plaindre ».

« Le pays se tiendrait autrement [si on ne se plaignait pas] », a estimé le président de la République avant de clore tout débat : « C'était plus dur en 1958 qu'aujourd'hui ! » Visiblement, Emmanuel Macron n'a pas l'intention de cesser de provoquer les Français pour changer leur perception.

LREM, encore trop jeune, trop peu implantée

Et pourtant, le pays se plaint de lui. La « péripétie » du départ de Gérard Collomb, le septième ministre à quitter le gouvernement, est en train de devenir une véritable crise politique. En 1958, avec le général de Gaulle, un président n'aurait pas mis deux semaines à trouver « un Blanquer » au ministère de l'Intérieur, selon l'élégante formule employée à l'Élysée ! La crise gouvernementale actuelle ne fait pas très « Startup Nation », mais beaucoup trop « Ancien Monde ». Elle s'explique par un faisceau de causes qui démontrent les fragilités du macronisme et la faiblesse relative d'Emmanuel Macron, tout Jupiter qu'il soit. En termes de ressources humaines, La République en Marche est encore trop jeune, trop peu implantée localement pour être en mesure de fournir un personnel politique expérimenté dans tous les domaines. Comme les entreprises, la startup Macron bute sur des difficultés de recrutement. La solution peut prendre du temps, car former un « Blanquer » prend du temps...

Le président va devoir "pivoter" et innover

Deuxième cause du bazar actuel, la suppression du cumul des mandats qui limite encore plus les recrutements potentiels, car les poids lourds de la politique ont tendance à privilégier leur mandat local, comme Collomb à Lyon, sur un poste de ministre plus exposé et plus... précaire. C'est un changement structurel de la politique, tout comme le quinquennat a changé l'esprit et le fonctionnement de la Ve République. Avant, le président, élu pour sept ans renouvelables, avait le temps pour lui, il incarnait la continuité de l'État et du pouvoir alors que le Premier ministre, chef de la majorité, avait au maximum la durée d'une législature (hors dissolution). Aujourd'hui, le président de la République et le chef du gouvernement se retrouvent alignés. Certes, le premier a pour lui la légitimité du suffrage universel. Mais il doit composer avec le second, a fortiori dans la configuration de recomposition politique actuelle, où plus personne ne sait très bien où se situe le centre de gravité du pouvoir, et de droite et de gauche. Le non-cumul des mandats ajoute une complication car aujourd'hui, les grands « barons » (noirs ?) de la vie politique française sont décentralisés dans leurs fiefs locaux, et ils sont plutôt de droite. Problème pour Macron, le hold-up réussi au printemps 2017 avec Gérald Darmanin, Bruno Le Maire et Édouard Philippe était un fusil à un seul coup. Maintenant que le temps est à l'orage, Valérie Pécresse, Xavier Bertrand ou Christian Estrosi prennent leurs distances.

Le défi est donc de taille : à défaut de trouver un nouveau Blanquer, le seul ministre issu de la société civile qui a trouvé sa légitimité (car il venait lui-même de l'Éducation nationale), il lui faut en fabriquer un. À l'image des startups, Emmanuel Macron va devoir « pivoter » son business model et innover pour inventer un personnel politique en ligne avec son projet pour la France. Bref, arrêter de faire de l'« Ancien Monde » avec l'ancien personnel politique et s'aligner enfin avec sa promesse de renouvellement et de rajeunissement. Après tout, il est l'exemple incarné que cela peut parfois marcher.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/10/2018 à 18:24 :
Ce n'est plus un article journalistique, c'est une déclaration d'amour, mais vu les marchés et la tronche de la tech, on craint la suite.
a écrit le 12/10/2018 à 18:09 :
l'ancien a fait du bon boulot en fait, malgré les médias qui veulent faire croire à la crise permanente. la France est le pays le plus équilibré (qui est malheureusement entouré de canards boiteux un peu partout).
pas de doutes que les "millennials" vont faire aussi bien. à condition de ne pas s'engager dans la course à poudre aux yeux/propagande/laxisme comme nos partenaires. cela a été un peu la tentation d'Emmanuel, a priori. est-ce toujours le cas ?
la France est bien une start-up nation comme le confirme un autre article La Tribune de ce jour : créations d'entreprises au plus haut. et la France a la meilleure démographie, avec des tas de jeunes qui affluent dans les filières de formation et sur le marché du travail/de l'entrepreneuriat.
Réponse de le 12/10/2018 à 18:49 :
Avec un chômage réel à 30 % et la multiplication des petits boulots et des radiations, il faut s' appeler Macron pour tenter de nous faire croire que quelque chose qui s' appelle en réalité ubérisation est rebaptisé fusée cosmique..
http://www.economiematin.fr/news-le-vrai-chiffre-du-chomage-en-france-30-preuves-et-explications-
a écrit le 12/10/2018 à 18:00 :
Recherche "expert" motivé pour compléter équipe travaillant en sous traitance pour l'administration de Bruxelles et ses lobbies! Qualités recherchés: obéissant et bon communicant, le programme vous est remis a votre arrivé!
a écrit le 12/10/2018 à 17:42 :
Comme toujours avec Macron, il ramène tout à lui.

La France n'est pas une start up nation. C'est un vieux pays, unifié par une révolution qui a aligné les poids et mesures, qui a généralisé le français comme langue officielle (comme langue usuelle,il faudra attendre 1914), et qui a des cadres, des valeurs, des mœurs et des coutumes solides et bien établies qui lui ont permis de passer et transcender les siècles, les guerres, les crises.

La start up nation, c'est LaREM, avec son amateurisme érigé en qualité, ses mercenaires de la politique, sa communication envahissante et factice, son créateur megalo, son site web et son business plan...

Sauf que l'espérance de vie d'une start up à 5 ans c'est moins de 50% et qu'elle chute vertigineusement quand le créateur n'a pas d'expérience du domaine qu'il prospecte.
a écrit le 12/10/2018 à 16:49 :
Je ne pense pas que ce soit une mauvaise idée de faire attendre tout le monde, franchement, les gens voient bien que nous n'avons qu'une caricature de pouvoir installé par le consortium financier européen, enfin là c'est moi qui le dit sinon pour les gens c'est surtout le CAC 40 qui guide notre président, du coup je vous le dis ils s'en tapent de savoir quel énième pantin sera installé à tel pouvoir politique puisque nos politiciens qui se sont fait totalement achetés sont incapables de nous gérer.

Surfer sur ce dépit politique peut être aussi un choix stratégique, après tout, nous sommes en dictature financière dont les médias de masse sont les garants c'est pas vous qui allait lui faire du mal au petit hein...

Et on comprend également parfaitement que les candidats kamikazes ne se bousculent pas au portillon. D'autant qu'il ne peut pas s'adresser à des vieux politiciens qui eux savent faire semblant, non il s'adresse à des gens non expérimentés en leur demandant d'être aussi expérimentés dans le mensonge et la tromperie que les vieux roublards.

C'est un pari perdu d'avance. Du coup gagner du temps jusqu'à ce que les médias s'occupent du prochain tsunami ou de la prochaine cruche connue qui s'est faite tatouer une autruche aux fesses, ou du trump bashing ou du brexit bashing et-c..., pourquoi pas. Les solutions sont peu nombreuses hein.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :