La mort programmée de l’industrie française d’armement exportatrice

Quatre forces puissantes pourraient faire s'effondrer l'industrie de défense française, dont le modèle économique est basé sur l'exportation. Une tribune par Vauban, qui regroupe une vingtaine de spécialistes des questions de défense.

6 mn

Frégate de défense et d'intervention : le drame grec
Frégate de défense et d'intervention : le drame grec (Crédits : Naval Group)

La chronique de l'industrie de défense de ces derniers mois illustre à merveille le mot du Roi Lear de Shakerspeare : "C'est un malheur du temps que les fous guident les aveugles." Personne, en effet, ne semble mesurer à quel point l'action de quatre forces puissantes va entraîner la mort cérébrale de l'industrie d'armement exportatrice.

Première force : le contrat d'État à État

Imaginé comme une sorte de FMS à la française, ce modèle de négociation vient de connaître un raté spectaculaire en Grèce, où en dépit d'une lettre d'intention (signée en octobre 2019) le projet de deux frégates de défense et d'intervention (FDI) a été coulé spectaculairement cet été. C'est bien présomptueux de la part de l'État français que de se prendre pour l'administration américaine sans en avoir ni la force de frappe diplomatique, financière et technique ni la capacité d'imposer ses choix à un client ; c'est oublier que la méthode française se fonde sur le partenariat et non la sujétion ; c'est enfin méconnaître qu'un ingénieur de l'armement n'est pas un commercial, ni un inspecteur des finances, un banquier. Le mélange des genres a toujours été bien coté en France, mais le résultat en Grèce vient de démontrer que ni l'ingénieur ni l'inspecteur ne sont à leur place. Tout le drame grec vient du fait que personne ne l'était : l'ingénieur négociait, l'inspecteur, finançait et le commercial, restait l'arme au pied.

C'est pourtant au sein des directions commerciales export que se trouvent les meilleurs spécialistes des régions et des pays qu'ils labourent constamment au cours de l'année et de leur carrière. C'est pourtant au sein des banques commerciales que se trouvent aussi les spécialistes des systèmes financiers des pays prospects. Qu'un projet d'exportation ait besoin de la garantie technique et juridique de l'État, c'est une évidence, mais que chacun reste à sa place. L'Élysée doit ouvrir la voie diplomatique comme en Grèce et non la fermer comme au Brésil et en Égypte, voire en Hongrie ; le ministère de la Défense doit apporter la garantie d'assistance (formation, entraînement, soutien). Le ministère des Affaires étrangères et celui des Finances doivent exécuter la volonté présidentielle et non traiter un prospect (comme la Grèce) comme un pays en sous-développement. L'arsenalisation de l'industrie française est en marche. ET ce n'est pas une bonne nouvelle.

Deuxième force : la loi Sapin-II

Si personne en France n'ose aborder franchement le sujet, il est cependant dans toutes les têtes. Comme toujours en France, l'État se veut plus irréprochable que tous ses homologues européens : il a donc serré davantage qu'ailleurs la législation relative aux agents et consultants. L'Agence Française anti-corruption s'est muée en une armée d'inquisiteurs ayant accès à tout (chez ses cibles de contrôle) et publiant tout (dans le cas de la convention judiciaire d'intérêt public). Le résultat ne s'est pas fait attendre : les directions juridiques internes aux sociétés d'armement ont pris le pouvoir. De conseillères, les voici gouverneures de PDG ; d'aides au commerce international, les voici devenues des contraintes telles que plus personne, du PDG au responsable de zone, ne veut embaucher de consultants étrangers.

Avec la conséquence immédiate que tout le dispositif français devient sourd, aveugle et muet, alors qu'il devrait être les yeux et les oreilles de la société. Des exemples actuels (mais confidentiels) le montrent : les intéressés savent de quoi il en retourne mais ne bougeront pas, tétanisés par la peur d'une sanction ou d'un article de presse. Le système étatique de renseignement ne peut avoir la permanence et l'efficacité des réseaux locaux : il est tactique et temporaire et souvent mal coordonné. Avec la loi Sapin-II, l'industrie d'armement est devenue peut-être d'une pureté virginale, mais elle ne ramènera plus de commandes. Comment, sans consultante extérieure, en remporter face à une concurrence (turque, israélienne, européenne, sud-coréenne, etc) qui n'a pas ces pudeurs ? La compliance, fortune des avocats et des consultants, est la mort certaine du commerce export.

Troisième force : la frilosité des banques

Actrice souvent méconnue, la banque commerciale est un atout clé pour l'industrie nationale d'armement. Disposer de son propre banquier national est pour une société exportatrice aussi important que de ne pas avoir de composants américains dans ses systèmes : cela lui procure indépendance et confiance. Cet écosystème si utile se lézarde : l'État prend sa place (qu'il remplit fort mal), ses PDG craignent les campagnes médiatiques soit pour des financements dans certains pays sensibles (Arabie, EAU, Qatar, Égypte voire Brésil), soit pour des systèmes également jugés sensibles (drones armés notamment) et limitent leurs engagements voire les arrêtent.

Sans banque nationale dynamique et active, l'industriel n'a pas d'autre choix que de s'adresser à d'autres banques étrangères, européennes ou non. Le risque est la perte de confidentialité mais aussi d'autonomie dans des projets souvent confidentiels (campagnes d'avions d'armes, de systèmes sol-air et de sous-marins). Plus la boucle - diplomatie-renseignement-financement-actions commerciales - est nationale et courte, et plus la chance de l'emporter face à la concurrence est grand. L'inverse se vérifie également...

Quatrième force : l'harmonisation au niveau européen de la législation allemande

C'est le but avoué du contrat de coalition actuel. Il a trouvé tout récemment un écho au Parlement européen dans le dernier rapport publié à ce sujet (Mme Anna Neumann). Que dit ce rapport ? Simplement qu'il faut harmoniser les législations nationales dans le domaine de l'exportation (dans le sens le plus responsable, c'est-à-dire le plus restrictif) ; qu'il faut éviter d'exporter en dehors de l'Europe pour ne pas exporter à des pays avec qui le Parlement (et la Commission) ne veulent plus que l'on exporte (EAU, Arabie, Turquie, etc) ; que si un industriel s'est fait financer un système qu'il veut par la suite (logiquement) exporter, il devra se soumettre aux contrôles de l'Union sur la destination dudit système, etc.

Résultat, ce rapport, rédigé par une verte allemande, est la double préfiguration de ce qui va arriver à l'industrie d'armement nationale : d'une part, une coalition CDU/VSU et Verts en Allemagne, c'est-à-dire la certitude qu'un contrat de coalition encore plus contraignant s'imposera à la France au moment même où nombre de projets bilatéraux (SCAF, MGCS, avion de patrouille maritime) arriveront à l'heure des choix (et que deviendront alors les accords de minimis ?), et d'autre part une harmonisation à l'échelle européenne des dispositions sur l'exportation les plus contraignantes. La conjonction des deux lui sera fatale.

Ainsi par l'entraînement de ces quatre forces l'industrie nationale d'armement se retrouve-t-elle condamnée. Déjà, l'ambiance dans les couloirs des sociétés est lugubre, tandis que l'État devra faire bientôt le constat que, faute de commandes export, il faudra ou se résoudre à des plans sociaux ou à des hausses de commandes domestiques. Entre licenciements et relance et sans que la loi de programmation militaire (LPM) même exécutée à l'euro près ne puisse empêcher les uns et se substituer à l'autre, que choisira le gouvernement ?  Que disait déjà le Roi Lear...?

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

[*] Vauban regroupe une vingtaine de spécialistes des questions de Défense.

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 47
à écrit le 16/08/2021 à 23:16
Signaler
J'ai oui dire que nos voisins Suisses, ont sélectionné l'avion de chasse US F35, au lieu du Rafale , dans le cadre du remplacement de leurs avions de chasse. Le F35 coute 3 fois plus cher avec 10 plus de problèmes techniques. Pour sauver "l'indust...

à écrit le 06/10/2020 à 15:21
Signaler
La solution c'est aussi , parallèlement, obliger les pays de l'U.E a équiper leur défense uniquement avec des matériels européens, et quand ces matériels n'existent pas, avoir une position et autorisation de l'U.E pour acheter en dehors de l'Europe. ...

le 27/07/2021 à 11:52
Signaler
L Europe n est pas la solution mais le problème

à écrit le 01/10/2020 à 8:43
Signaler
Les gouvernements actuels et futurs feront les réorganisations nécessaires afin de continuer d'avoir une souveraineté nationale, pourquoi parler de mort ? un peu exagéré, non ?. Les verts allemands et français sont les vrais risques avec leurs ut...

le 02/10/2020 à 7:58
Signaler
C'est la mort des rétrocommissions ! Tu m'étonnes de l'atmosphère lugubre de tous ceux qui ont fait carrière pour atteindre le nirvana finalement rendu inaccessible. On va pu pouvoir magouiller entre amis, fini les dépassements de budgets...

le 27/07/2021 à 11:59
Signaler
Ce n est pas exagéré .c est même pire que cela . On ne veut pas donner les raisons mais macron a peut être détruit la France pour longtemps, les effets de sa politique vont percuter la France dans 15 ans et ensuite plus personne ne se souviendra qu...

le 27/07/2021 à 11:59
Signaler
Ce n est pas exagéré .c est même pire que cela . On ne veut pas donner les raisons mais macron a peut être détruit la France pour longtemps, les effets de sa politique vont percuter la France dans 15 ans et ensuite plus personne ne se souviendra qu...

à écrit le 30/09/2020 à 18:26
Signaler
Ces "experts" du groupe Vauban pleurent la perte de souveraineté française, ils travaillent pour des entreprises qui confient toute leur réflexion stratégique à des cabinets de conseil anglo-saxons (immatriculés dans le Delaware, de préférence, les i...

à écrit le 30/09/2020 à 17:57
Signaler
Article très vrai nqui demontre l'effondrement d'une industrie importante, et les beaux esprits qui s'en rejouidsent ne savent visiblement pas ce qu'est me chômage pour les uns et l'asservissement a des pays comme la Chine ou la Russie qui attend...

à écrit le 30/09/2020 à 17:05
Signaler
Si l'industrie militaire française disparait, on ne va quand même pas pleurer, sauf sur les morts que ces armes ont produit. On devrait se réjouir de sa fin et que toute cette branche se reconvertisse vers une industrie de paix.

le 30/09/2020 à 18:38
Signaler
frbonvin225; certes cela serait parfait, l'ennui est qu'il faudrait que tous les Etats, tous les mafieux, tous les bellicistes, se mettent d'accord en même temps. Un seul petit décalage et tout recommencera car, en fait, ce n'est pas en supprimant l'...

le 30/09/2020 à 19:02
Signaler
@frbonvin Et comment ferez vous en temps de guerre pour defendre le pays si nous venions a etre attaques? Compter sur les au tres? Dans le domaine de la defense seule l independance est gage de souverainete! De Gaulle l avait bien compris et not...

le 30/09/2020 à 23:03
Signaler
Ah les pacifistes, toujours aussi lucides dans un monde de plus en plus dangereux

à écrit le 30/09/2020 à 16:30
Signaler
Pantouflage ou pillages ? Depuis 1980, déclassement de la France au sein de l'UE au titre de pays abritant le plus de fonctions stratégiques. Ce rapport date d'avril 2016, le même mois où Emmanuel Macron quittait la tête de Bercy pour prendre celle...

à écrit le 30/09/2020 à 16:29
Signaler
Une mauvaise paix vaut mieux qu' une bonne guerre . Ne plus pouvoir fournir des état comme l Arabie Saoudite me semble une bonne nouvelle. Bravo à l "Europe " pour ses reglements et désolé pour les marchands d armes qui ont assez fait de dégâts dans ...

le 30/09/2020 à 17:06
Signaler
L’Arabie Saoudite trouvera d'autres vendeurs. Résultat, on sera complètement aveugle sur les systèmes d'armes achetés par Ryad et on perdra des emplois. Mais ça, cela passe au-dessus de votre tête de bisounours

le 30/09/2020 à 20:47
Signaler
C'est ce qu'ils disaient pour l'accord de Munich, résultat, la guerre, la honte, la misère et la mort...

le 30/09/2020 à 21:57
Signaler
Les pacifistes n'ont jamais empêché aucune guerre, ils ont seulement et efficacement participé à l'affaiblissement de leur propre camp.

le 01/10/2020 à 0:31
Signaler
"Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre." Winston Churchill

à écrit le 30/09/2020 à 16:29
Signaler
Oui prendre l'echec grec des FDI pour illustrer la fin des exportations d'armes c'est une très bonne idée ... ils viennent juste d'annoncer officiellement leur envie d'acheter des Rafales pour 2 milliards (avions plus armement).

le 30/09/2020 à 17:00
Signaler
Quand on ne sait pas, on s'abstient... chut !

à écrit le 30/09/2020 à 16:07
Signaler
Macron «Nous devons rebâtir notre souveraineté nationale et européenne» 2 souverains c'est bien sur aucune souveraineté

à écrit le 30/09/2020 à 15:24
Signaler
Encore une philo de comptoir (anonyme) qui donne envie de se pendre. Le défaitisme de nos grosses têtes m'étonnera toujours.

à écrit le 30/09/2020 à 15:11
Signaler
Mitterrand lors de sa visite a fait désarmer les avions en juin 1981 au Bourget lors du salon international de l'aéronautique et de l'espace : 80 milliards de francs d'annulation de commandes (95% de l'export d'armement) avec des dégâts collatéraux c...

à écrit le 30/09/2020 à 14:58
Signaler
Nos "élites" (il faudrait, au passage, restaurer le sens du mot) et notamment celles qui gouvernent, sont quasiment toutes atlantistes et à cent mille coudées des stratégies Gaullistes. Le Président Macron à déclaré, avant, pendant et après la campag...

à écrit le 30/09/2020 à 14:02
Signaler
Excellent article qui commence par dénoncer , à juste titre , l'incompétence de notre système économique:on ne sait pas produire on ne sait pas vendre..alors les responsables hurlent dans le vent : c'est la faute aux verts, c'est la faute aux rouges ...

à écrit le 30/09/2020 à 13:38
Signaler
La France doit devenir un pays neutre et ne plus produire d'armes, point. La Suède et la Suisse n'ont pas subi les deux guerres mondiales et se portent bien mieux que notre pays. C'est ce penchant de la part des décisionnaires de notre belle France e...

le 30/09/2020 à 14:02
Signaler
La Suède et la Suisse ont fournis matières premières et produits manufacturés au complexe militaro-industriel nazi, comme quoi la neutralité se paie d'une façon ou une autre

le 30/09/2020 à 15:09
Signaler
La Suède est, selon les années, entre le sixième et le neuvième exportateur d'armements au monde, et la part de ceux-ci dans son commerce extérieur est plus élevée que pour la France. Quant à la Suisse, elle est autour du onzième rang en valeur abso...

le 30/09/2020 à 16:45
Signaler
Comme ça a été dit Mareth et Paix, vos pays neutres ont une des armées fortes, deux des complexes militaro-industriels très développé et trois sont de gros exportateurs (en proportion de leur tailles). Voilà cordialement !

à écrit le 30/09/2020 à 12:12
Signaler
Les verts...le cancer pour la France Industrie après industrie ils ne pensent qu' a les détruire pour arriver à imposer La décroissance Ils arrivent aussi a vouloir supprimer les ruminants car elles pètent mais la réalité C est de vouloir su...

le 30/09/2020 à 12:42
Signaler
Je crains que vous avaient raison... La décroissance pour nous , mais la prospérité pour eux...

le 30/09/2020 à 16:26
Signaler
Pas besoin des verts, les impotents des "élites" ont fait le job depuis 20 ans, donc penser que le concept de décroissance vient des verts, vous avez sans doutes un déni comme les néolibératlistes , il faut assumer l'idéologie que l'on pratique depui...

à écrit le 30/09/2020 à 10:59
Signaler
Vous pouvez rajouter une 5eme force, celle là implacable, avec l'arrivée possible des Verts au pouvoir en France en 2022 qui auront pour mission de réorienter progressivement l'industrie d'armement français vers le civil, tt en se desengageant à term...

le 30/09/2020 à 22:01
Signaler
Si les verts (ou une égérie incompétente de remplacement) arrivent au pouvoir en 2022, c'est que les Français, ou ce qu'il en reste, auront perdu la boule. Dans ce cas, pourquoi s'inquiéter pour un peuple devenu fou ? il a ce qu'il mérite.

à écrit le 30/09/2020 à 10:56
Signaler
Franchement, ce n'est pas fait pour me déplaire, car supposé que vendre la mort soit un objectif dans le temps, c'est aussi comprendre mieux un pays dans sa structure mentale. Car il semble évident qu'avec les transformations a venir, le problème ...

le 30/09/2020 à 15:15
Signaler
L' armée française et ses moyens, c'est comme votre assurance personnelle, elle vous semble toujours trop chère, sauf le jour où êtes victime d'un sinistre. Nous ne serons pas demain dans le monde des bisounours que vous évoquez, mais plutôt dans ...

le 30/09/2020 à 22:07
Signaler
Vous avez entendu parler du film "Ennemy at the gate" de JJ Annaud, traduit en français par "Stalingrad" ? Rome a survécu tant que ses légions inspiraient la peur et le respect, et gardaient ses frontières. Nous avons déjà perdu le contrôle de nos ...

à écrit le 30/09/2020 à 10:53
Signaler
Dans deux jours nous saurons si la solidarité entre États membres de l'Union Européenne n'est qu'un gadget .Si des sanctions immédiates contre la Turquie ne sont pas décidées , l'Allemagne l'aura démontré .Le comportement de la Sublime Porte ,son cha...

à écrit le 30/09/2020 à 10:48
Signaler
On voit surtout que le complexe militaro industriel françois se cherche des excuses... Les turques sont en avance sur la France pour les drones, les israeliens largement également, les suedois à taille comparable sont beaucoup plus performant (sous ...

le 30/09/2020 à 14:05
Signaler
Un seul mot : bravo !

le 30/09/2020 à 16:03
Signaler
Vous écrivez un ramassis d'erreurs. Clairement vous ne connaissez pas l'histoire des maths, ni des technologies et en particulier de Concorde. Les règles de l'aérodynamique sont les même pour tout le monde et les résultats des calculs sont quasi les...

à écrit le 30/09/2020 à 9:40
Signaler
Si la France n'existe plus, il y a peu de chance qu'il y ai une industrie française!

à écrit le 30/09/2020 à 9:23
Signaler
Je crois qu'il n'y a pas d'industrie sans état fort, hors depuis disons les années 80, la France ne maitrise plus l'acier, l'aluminium, les turbines vapeur de puissance, le numérique, et sans doute les trains grande vitesse puisque l'actionnaire prin...

à écrit le 30/09/2020 à 9:07
Signaler
Normalement d'ici peu dans ce forum, quelqu'un devrait écrire que ne plus exporter d'armes, c'est bien parce que c'est la guerre, la mort, le mal, la souffrance.... et que donc tout ce qui est écrit dans cet article remarquable lui va très bien. Prob...

à écrit le 30/09/2020 à 8:42
Signaler
C'est une nouvelle fantastique! Finalement il y aura eu aussi du bien dans cette année 2020!

à écrit le 30/09/2020 à 8:12
Signaler
Vous vous rappelez, la ligne maginot ? Aujourd'hui, c'est pareil : La France fabrique des armes parmis les plus sophistiquées du monde, mais importe volontairement sur son sol, des gens qui sont nos ennemis, et qui frappent avec un simple couteau.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.