Livret A, de la politique !

 |  | 554 mots
Lecture 3 min.
La rémunération du livret A va donc passer, à compter du 1er août, de 1,75% à 1,25% l'an. C'était 4% au début de l'année. Un coup dur pour les 46 millions de titulaires de livret A

...

Un coup dur, n'exagérons rien !

1,25%, c'est vrai que, depuis sa création, en 1818, le livret A n'avait jamais affiché un taux aussi bas. Cela étant, si le gouvernement avait appliqué, à la lettre, la formule mathématique prévue par la loi pour la fixation de ce taux, une formule qui tient compte de l'inflation, ce n'est pas 1,25% qu'il aurait dû retenir, c'est 0,25%. Au passage, on peut se demander si cette formule a d'ailleurs encore une raison d'être. Ca fait la cinquième fois que le gouvernement bafoue la loi, qu'il passe outre...

Ensuite, il faut le redire, avec une rémunération de 1,25%, l'épargnant reste gagnant. Bien sûr, avec un livret rempli à raz bord et une rémunération de 4%, il aurait encaissé plus de 600 euros sur l'année. A 1,25%, il touchera 200 euros à peine. Beaucoup moins, ok. Mais il sera toujours gagnant.

Certains craignent que cette baisse n'accélère la décollecte sur le livret A, qu'elle rende difficile le financement du logement social...

C

Non, aucun risque.

Malgré cette baisse, le livret A bénéficie toujours d'une rémunération positive. Cela n'a pas toujours été le cas. Rappelez-vous, dans les années 70-80. Le livret A était certes rémunéré à 6 ou 8%. L'inflation était à l'époque de 10 ou 12%. Les petits épargnants n'y voyaient peut-être que du feu, ils se faisaient tondre tendrement de la laine sur le dos.

A 1,25%, le livret A rapporte plus encore aujourd'hui qu'il y a un an. A l'été dernier, le taux du livret A était de 4%, l'inflation de 3,6%. Aujourd'hui, le taux est de 1,25% pour une inflation négative - les prix sont en baisse de 0,5% sur un an. Le livret A reste ne définitive un placement sûr, sans impôt et complètement liquide. Il n'y a pas beaucoup de placements en ce moment qui bénéficient d'autant d'avantages. Et c'est vrai que cet argent des livrets A, il sert au financement du logement social. La baisse des taux, ce sera un financement plus facile pour les offices HLM.

Cette baisse, c'est pour laisser de la place au grand emprunt que le gouvernement veut lancer ?

La première raison de cette baisse, c'est la répercussion, sur le livret A, de la baisse générale des taux, une baisse organisée par l'Etat et par la BCE pour soutenir l'économie. L'objectif, c'est un crédit moins cher.

C'est vrai néanmoins que si l'Etat veut lancer, l'an prochain, un grand emprunt, s'il veut attirer dans ses filets une partie de l'épargne populaire, s'il ne veut pas payer trop cher pour cela, il a intérêt à rendre les placements actuels moins sexy - les placements liquides surtout. On a vu la Banque de France taper sur les banques et les assureurs qui proposent des taux très élevés pour leur produits d'épargne - du 3%,4% ou 5% - des offres promotionnelles en général. On le voit aujourd'hui réduire la rémunération de l'épargne réglementée. C'est de bonne guerre. Ce que tout cela démontre en tout cas, c'est que l'économie reste plus jamais politique, très politique, que Christine Lagarde, la ministre de l'économie, a d'ailleurs fini par devenir, elle aussi, très politique...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :