Les pêcheurs en eau douce bien représentés à la commission de la pêche

 |   |  185  mots
Les pêcheurs français de carpes, brochets et gardons peuvent se rassurer : leurs intérêts seront bien défendus au Parlement européen. Pour les pêcheurs d'anchois et de cabillaud... mais aussi ceux qui tiennent à protéger les ressources marines, c'est encore à voir. Sur les six Français membres de la commission Pêche trois sont issus de circonscriptions non côtières: Joseph Daul et Catherine Trautmann, tout deux alsaciens, et Jean-Paul Besset, auvergnat.

Apparemment, les candidats n'étaient pas très nombreux. Résultat, les deux élus de l'Est, respectivement présidente de la délégation des socialistes français et président du groupe PPE au Parlement, se seraient dévoués.

Cette commission n'est pourtant pas dépourvue d'intérêt. Les événements du printemps 2008 ont montré la colère des pêcheurs face à leurs conditions de travail précarisées. Dans le même temps, la préservation de ressources halieutiques est une priorité pour la Commission européenne qui tente au moyen de quotas toujours plus serrés d'assurer le renouvellement des stocks de poissons. Il est vrai que jusqu'à présent le Parlement européen n'a qu'un pouvoir consultatif sur la politique de la pêche mais le Traité de Lisbonne s'il entre en vigueur élèvera l'institution au rang de co-législateur. Et à ce moment-là Alain Cadec, eurodéputé breton et vice-président de la commission, aura fort à faire pour enseigner à ses compatriotes terriens la différence entre l'anchoie, la plie et le cabillaud.

Y.-A.N. avec C.V.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :