Pourquoi le succès de l'opération grecque est un échec

 |   |  519  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : VIA BLOOMBERG NEWS)
L'opération d'échange a réussi, au-delà des espérances. Mais le cas grec créé un précédent pour les autres pays surendettés de la zone euro. Pourquoi pas nous ? Voilà ce que l'on risque d'entendre partout désormais...

Le deal Grec est un "succès". C'est ce qu'on entend et qu'on lit partout. La barre des 75% a été dépassée. Largement. Et on se réjouit. On a gagné quelques mois. Mais si on prend un peu de recul, la lecture de ce "succès" est une incitation à la triche et à l'absence d'effort. Et les autres pays européens en crise sont en droit de demander le même traitement de faveur.
Elle est pas belle la vie? Vous falsifiez vos comptes, vous présentez un faux bilan, vous ne payez pas vos impôts, vous vivez largement au-dessus de vos moyens à crédit et on vous fait des cadeaux: on vous annule plus de 50% de votre dette et on prête 250 milliards d'euros à un taux préférentiel que vous ne rembourserez jamais.

Une prime aux tricheurs

J?aimerais apporter une autre lecture, une autre version de ce qui vient de se passer pour la Grèce. Car à force d'être le nez dans le guidon on oublie parfois de mettre les évènements en perspective. Qu'est ce qu'il s?est réellement produit ? Un pays qui a triché et falsifié ses comptes pour entrer dans la zone euro, dont les entreprises et les habitants aisés n'ont jamais payé leurs impôts et qui a vécu à crédit depuis des dizaines d'années vient de recevoir deux cadeaux: un, par un coup de baguette magique, on annule plus de 50% de se dette. Comme cela. Et tout le monde a accepté ou presque. Et en plus on lui prête à nouveau près de 250 milliards d'euros à des conditions préférentielles.

Pourquoi pas nous ?

Tout cela contre des sacrifices importants et une austérité drastique certes, mais le Portugal fait aussi des efforts, l'Espagne fait aussi des efforts, l'Irlande s'est mise au pain sec, l'Italie fait une totale révolution et eux doivent payer leurs dettes. 100% de leurs dettes. Aucun cadeau. Pas d'abandon de créances. Rien. On leur demande de tout rembourser jusqu'au dernier centime. Parce qu'on a les yeux rivés sur le court terme, on se réjouit du succès du deal grec. Pour que la bourse puisse tenir quelques semaines et qu'on gagne encore du temps. Je pense que les autres pays, et surtout leurs habitants à qui on demande des sacrifices, vont raisonner de la même façon. Et vont dire pourquoi pas nous ?
Je pense qu'il doit y avoir un effet d'entraînement. Pourquoi accorder à la Grèce un traitement privilégié et pas aux autres pays en crise. Quelles que soient les ruses utilisées par la Banque Centrale Européenne, la situation de fond n'a pas changé: les pays européens en crise ont une dette trop importante qu'ils ne pourront ni rembourser ni supporter sans sacrifier leur croissance et leur emploi. La soi-disant succès de l'opération grecque est une incitation à la mauvaise gestion financière. Les autres pays sont en droit de demander le même traitement. Si on a restructuré la dette grecque, il faut restructurer toutes les dettes européennes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/03/2012 à 7:39 :
Xavier-marc, ton commentaire sur la gestion de la crise en islande est une idée. Mais ne vient pas dire que les grecs n'y sont pour rien stp...
C'est eux qui décident de pas déclarer tel ou tel revenu, tel maison et j'en passe et des meilleures.

Je sais pas où tu vis mais, tu as déjà pris le métro à Paris ou à London gratuitement, moi jamais.

Tu trouves normales que des fonctionaires identiques à la CNCF gagne presque 70'000 eur

Certes la faute est également à mettre au profit des conseillers, mais il n'avait pas un couteau sous la gorge, pour signer les différents accords ils étaient bien conscient que ça jouait pas.

Bref l'article est bon, pour le court terme bonne issu et bon pour les marchés. Mais ça change rien, et comme le dit l'article pourquoi pas nous, tandis qu'un bon nettoyage aurait été salvateur
a écrit le 12/03/2012 à 12:24 :
D'un autre côté, pourquoi punir collectivement les grecs, ils n'y sont pour rien( et l'inflation chez eux a pompé toutes leurs économies), il faudrait plutôt élever un tribunal comme les islandais pour juger les responsables de ce désastre.
a écrit le 10/03/2012 à 6:12 :
Ben oui, pourquoi pas faire mieux, on paye rien et on embastille les maitres chanteurs ! Ou mieux, on exige des beaux conseilleurs jamais payeurs de porter la main a la poche ! Quoi ? ils vont etre ruinés ces gens qui ont mené nos pays au bord du gouffre ? ah non, faisons payer les gens a leur place ! Car il est logique de ruiner tout un pays au lieu d'une poignée de gens qui ont toujours triché et ne veulent que continuer ! Oser appeler des peuples entiers PIGS tout simplement parce que leurs richissimes ont joué avec les lois est une honte ! Le marché doit se soummetre aux états ! A mort le Libéralisme, Raus les vieux "ismes", Bienvenue a l'Humanisme !!
Quoi ? trop cher ! oui ! trop cher au coeur ! Quoi ? La main proche du coeur ne serait elle pas plus proche de la poche portefeuille ??
a écrit le 09/03/2012 à 20:51 :
Votre article pue les PIGS et autres relents racistes que l'on aurait pu croire dévolus...
Cette décotte de la dette grecque ne sert en fait que les banques, puisque on leurs permet d'échanger des titres désormais sans valeur avec des nouveaux, sous droit anglo saxon, et avec l'assurance de toucher dans l'immédiat 15% de leur valeur.Pour les grecs cela ne change rien, ils ne leur reste plus qu'à continuer à crever la dalle et à fainéantiser parce qu'au chômage et à se laisser piller le peu qu'ils leur reste....
Réponse de le 12/03/2012 à 8:50 :
La cigale ayant chanté tout l'été, se trouva fort dépourvue lorsque la bise fut venue.....
Réponse de le 20/03/2012 à 5:09 :
La fourmi n'est pas prêteuse, c'est là son moindre défaut...
a écrit le 09/03/2012 à 17:05 :
Selon Fiorentino, l'éventuel échec de la Grèce aurait donc pu être un succès... Mais un succès pour qui, au juste ? Eh bien, pour tout ceux qui ont parié sur l'effondrement économique des pays européens et qui vont y laisser leur chemise, avec les bretelles, le costume et les chaussures, si l'effondrement n'a pas lieu. Voilà un billet en forme d'aveu de la part de Fiorentino !
a écrit le 09/03/2012 à 15:17 :
Question bête : les CDS ont-ils été déclenchés ?
Réponse de le 09/03/2012 à 15:35 :
Non pas encore étant donné que l'échange a été volontaire, les créanciers ont d'eux même accepté d'annuler 50% de la valeur de leur créance ( sous entendu que si ils ne le font pas la Grèce fera défaut et ils perdront 100% de leur créance). Néanmoins étant donné que 85% des créanciers ont acceptés l'échanges, l'état grec se réserve le droit de contraindre les 15% restant à accepter l'échange, si ils sont contraints il y aura alors défaut.
Réponse de le 12/03/2012 à 12:13 :
Les CDS ont été activés. Soit, leurs montants vont exploser pour les pays qui ne sont pour l'instant qu'un peu en difficulté. J'ignore si nos petits-enfants auront le temps de payer la dette... Le mieux serait de rendre nos "actifs" tout de suite aux financiers. Avec femme, enfants, veaux, vaches, cochons, couvées,...
a écrit le 09/03/2012 à 15:06 :
Le risque étant désormais que plus personne ne prête un centime d'euro à la Grèce (et comment leur en vouloir ? Je ferais de même à leur place).
Réponse de le 09/03/2012 à 17:08 :
Ce n'est pas un risque. Au contraire, ce sera justice que cet Etat voleur ne puisse plus revenir sur les marchés avant trois ou quatre décennies. Au coin, les Grecs ! Ca leur fera les pieds !
a écrit le 09/03/2012 à 14:29 :
l abandon de creance ce n est pas nouveau (cf les emprunts russes il y a 100 ans): ca existe meme aussi pour les societes et les particuliers (via la commission de surrendettement)

dans le cas grec, ils etaient de toute facon dans l incapacite de payer. donc on ne leur fait pas vraiment un cadeau, on met simplement les compteurs a jour
Réponse de le 13/03/2012 à 9:18 :
On ne remet pas les compteurs à jour ! On leur donne encore plus d'argent ! Argent qu'ils ne rembourseront pas, évidemment : ils ont bien compris comment entuber l'Europe entière.
a écrit le 09/03/2012 à 12:32 :
On n'a pas sauvé la Grèce, on a sauvé les banques
Réponse de le 09/03/2012 à 17:09 :
Et alors ? C'est si grave que cela que vos économies soient sauvées ?
Réponse de le 09/03/2012 à 20:20 :
Laissez votre argent à la banque Exact, on a besoin de gens comme vous qui comprennent ce qui se passe.
a écrit le 09/03/2012 à 11:51 :
celà rapelle surtout que "honesty is the best policy"
Et comme tout le monde ( politiques, hauts fonctionnaires, brefs mafieux en costard ou tailleur) s'y met, celà rapelle surtout que le "mal" absolu, c'est le "big governement".
a écrit le 09/03/2012 à 11:35 :
ok ok.... les grecs sont des fraudeurs (du moins l'état grec, qui par son laxisme ne peut prétendre etre un modèle pour ses citoyens), les européens en sont complices (qui a validé leur entrée dans la zone ? sur la base de rapports Goldman Sachs abracadabrantesques ??), les italiens sont des fraudeurs (et leur état qui paye honteusement ses dettes à une moyenne de 450 jours ...), les français sont des fraudeurs (qui devrait payer son petit impot sur le revenu mais préfère continuer son boulot au black, ou percevoir ses allocs adulte handicapé insulaire etc etc)... la liste est longue. N'oublions pas nos trés vertueux voisins outre-Rhin qui ont pu devenir la première puissance européenne grace au soutien financier des autres (US, GB etc) a la sortie d'une guerre qu'ils avaient déclenché et qui a saigné l'Europe entiere (pauvre Grèce -que ne leur ont-ils pas fait voir, pauvre France, pauvre GB, sans parler de l'Europe centrale !!!). Et comment la reunification Allemagne Est/ouest a t'elle ete financee ??? Qui est le plus gros emprunteur historique du FMI en Europe ?? L'Angleterre, sauvee du naufrage dans les annees '70 par les DTS ! aaargh.... Que celui qui n'a jamais péché jette la première pierre. Faire partie de ce pacte europeen c'est assumer sa part en dépit des fautes des autres, souvent connues. Il faudra juste un jour decider quand repartir a zero sur les bases d'une morale economique et financiere eprouvee, partagee et validee par tous.
a écrit le 09/03/2012 à 10:55 :
Le temps, c'est de l'argent. Et l'argent permet de gagner du temps.
+ tard, on verra qu'on aura perdu et de l'argent et du temps.
a écrit le 09/03/2012 à 10:25 :
Au fait, quel est le rendement de la nouvelle dette Grecque ?
a écrit le 09/03/2012 à 10:05 :
on a encore acheté un peu de temps , cher !! Il va bien falloir se rendre à l'évidence, tôt ou tard, que la montagne de dettes accumulées depuis 30 ans ne sera pas payée. Au mieux, les dettes seront payées en monnaie de singe après impression de milliers de milliards de dollars, de livres et d'euros ( c'est en cours ). Si ceux qui nous gouvernent avaient un peu de courage et de considération pour les citoyens, ils pourraient organiser une grande lessive ( un défaut coordonné ) plutôt que de laisser pourrir la situation.
a écrit le 09/03/2012 à 10:01 :
J'ignore la situation en France à ce sujet, mais en Belgique il existe une procédure officielle permanente pour rapatrier et "officialiser" (pour ne pas dire blanchir) les fonds détenus par des Belges à l'étranger dont l'origine n'est pas déterminée. Cela rappelle simplement que l'économie et la gestion d'un pays ne sont pas (et ne doivent pas être) totalement conformes à la morale la plus stricte
Réponse de le 09/03/2012 à 12:35 :
@ DLU :

votre raisonnement est la base de tous les régimes totalitaires et de toutes les anarchies....
Réponse de le 09/03/2012 à 13:22 :
Non John Galt, c'est le votre qui est a la base de tous les totalitarismes, qu'ils soient de tentation creationniste, islamiste, calviniste, Lepeniste etc. Le pragmatisme doit dominer mais naturellement pas sans un minimum de morale.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :