Pour ou Contre un troisième mandat de Laurence Parisot au Medef ?

 |   |  2213  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La bataille du Medef a commencé. La décision de l'actuelle présidente de briguer un troisième mandat divise le patronat et conduit les uns et les autres à se positionner. Pour ou contre Laurence Parisot ? Le débat est lancé.

Vote à main levée ou anonyme lors du conseil exécutif décisif convoqué jeudi prochain, le 28 mars, sur l'opportunité de réformer les statuts du Medef ? Le débat que nous vous proposons de découvrir ci-dessous en est le reflet.

Jean-Luc Placet, président de la puissante fédération Syntec, défend ardemment et à ciel ouvert Laurence Parisot, estimant que les statuts du Medef, "ce n'est tout de même pas la Constitution américaine". Il rejoint dans son soutien le chef de file de l'Union française des industries pétrolières (UFIP) Jean-Louis Schilansky et l'influent banquier Michel Pébereau, qui devrait lui assurer les faveurs de la fédération bancaire française (FBF).
Les Arvernes, de leur côté, interviennent dans ce débat de façon anonyme, comme ceux des 45 membres du Conseil exécutif qui veulent voter à bulletin secret. Derrière cette signature des "Arvernes" (*) se retrouvent un groupe de hauts fonctionnaires, d'économistes, de chefs d'entreprises et de professeurs d'université, actifs dans le débat public et dont le cheval de bataille est la gouvernance. De ce point de vue, ils jugent qu'en s'accrochant à son siège, la présidente du Medef adresse "un signal désastreux". Ils rejoignent l'opposition à la réforme des statuts exprimée non seulement par les autres candidats déclarés ou non, mais aussi par la puissante UIMM, la fédération de la métallurgie et de plus en plus d'ex-soutiens proclamés de la présidente, à l'image de Patrick Bernasconi, le président de la fédération nationale des Travaux Publics, dans Le Monde ce vendredi.
A chacun de juger, de commenter et de se faire une idée, sachant que l'important est de s'interroger aussi, au-delà des personnes, sur le rôle que doit jouer le Medef en particulier et le patronat en général dans le jeu politique, social et sociétal, à un moment charnière et décisif pour l'économie française, en pleine crise et en plein doute, alors que la croissance et le dynamisme qui a fait ses succès passés semblent s'être évaporés. Espérons que cela ne sera pas le cas dans les sables de cette élection patronale.

POUR   CONTRE
 


Jean Luc Placet est president d'IDRH et president de la fédération Syntec
___

Depuis le Conseil Exécutif du Medef du 14 janvier dernier, il y a près de 2 mois où Laurence Parisot a ouvert la séance en proposant de modifier les statuts du Medef pour pouvoir prolonger son mandat ou se faire élire une 3ème fois, que n'a t-on pas entendu !

Regardons les acteurs : il y a ceux qui sont directement concernés c'est-à-dire les candidats annoncés ou in petto qui enragent de voir se dresser devant eux comme candidate la Présidente qui devait définitivement s'esquiver en juillet 2013. On peut tout à fait les comprendre, certains ont une vraie vision pour le Medef, d'autres n'avaient qu'une vraie vision pour eux-mêmes mais c'est rageant.

Deuxième famille d'acteurs : les vestales des statuts du Medef. Mon Dieu, j'aurai vécu assez longtemps pour voir à quel point le cher Medef a des statuts qui, en 10 ans, méritent d'être protégés au moins autant que les tables de Moïse ou la Constitution américaine. « Elle ne peut pas faire cela » « c'est une infamie », « c'est une forfaiture », « vouloir changer des statuts comme cela où allons-nous » « tout fout le camp ». Je suis sûr qu'il y a de bonnes pensées dans cette famille, c'est agaçant de voir un dirigeant changer les règles quand cela l'arrange mais faire une mystique de nos statuts ! Tout de même, quelle est l'association qui, à un moment ou à un autre de sa vie, pour des raisons objectives, ne veut pas changer des règles du jeu devenues obsolètes ou inadaptées.

Troisième famille : les Medef territoriaux dont beaucoup ont considéré avec effroi ce que cette « charge » de la Présidente du Medef allait entrainer pour la légitimité de l'ensemble : l'épouvantable modèle de l'UMP avec une querelle des chefs aboutissant à un affaiblissement de l'institution est très présent chez eux. Ce sentiment est parfaitement honorable et c'est vrai, arrêter une mécanique presque bien huilée peut avoir des conséquences très aléatoires.

Mais revenons à Laurence Parisot : dans le fond pourquoi aller au-delà de ces 8 ans ? Pour qui ? Est-ce uniquement pour la satisfaction de la fréquentation des média ? Pour l'encens des palais nationaux et la familiarité avec nos princes ? Est-ce pour la satisfaction périodique de coups de fouet vengeurs de ses interlocuteurs syndicaux. Est-ce uniquement par gloriole, par gout des paillettes ou terreur de l'ennui ?

Soyons plus objectif vis-à-vis d'elle : qu'a-t-elle fait depuis 8 ans qui pourrait faire croire qu'elle serait capable de passer d'une manière très efficace quelques années supplémentaires à la tête du Medef.

Premièrement, elle n'a jamais considéré qu'être présidente du Medef était une décoration ou une sénatorerie comme sous l'empire c'est une charge pas un statut, et elle, patronne d'une pme à la tête d'une institution comprenant des sous ensembles incroyablement puissants savait qu'il fallait servir pour durer et être digne de sa charge. Dans le fond moi qui ai tellement critiqué le bénévolat de la fonction c'est ce qui en fait la noblesse et en plus elle persiste !

Deuxièmement, elle a su, dans le débat politico-social, une des grandes joies de notre société française depuis des décennies, donner au Medef une autre image que l'image caricaturale que l'on donnait du Comité des Forges. Je me souviens d'une réaction d'un syndicaliste à son élection de 2005 me disant qu'elle serait beaucoup plus difficile à combattre que son prédécesseur. Bref, elle a fait du Medef quelque chose de normal !

Troisièmement, on lui reproche beaucoup la volonté qu'elle a d'afficher le rôle sociétal des entreprises et du Medef en considérant qu'en s'engageant dans ces voies elle détournait l'entreprise de son seul objectif de rentabilité, quelle erreur ! Elle a ouvert une voie ou plutôt un chemin de crête qui, j'espère un jour, aboutira à une autoroute. Elle fait comprendre au chef d'entreprise que l'époque où il y avait deux vies, la vie à l'intérieur et la vie à l'extérieur de l'entreprise et que ces deux vies n'avaient rien à voir est révolu.

Au jour d'aujourd'hui si l'économie est mondialisée, l'entreprise a des frontières poreuses ; un chef d'entreprise a des actionnaires avec une multiplicité d'enjeux et de logiques, aujourd'hui les salariés ont de multiples sources d'informations, de multiples centres d'intérêt et de multiples motifs d'engagement et que le travail n'est que l'un d'entre eux. Aujourd'hui une entreprise vit sur un territoire mais pas comme une ville fortifiée mais comme un camp de tentes ouvert à toutes les influences et forcément sensible à tous ceux qui parcourt ce territoire.

La diversité de l'origine des salariés, l'insertion des salariés très éloignés de l'emploi, l'égalité homme femme, les relations avec les institutions publiques, politiques, éducatives, judiciaires sont essentielles ; le chef d'entreprise est un homme comme les autres peut être mais responsable plus que d'autres dans la cité.

C'est ce message qu'elle martèle depuis 8 ans qui restera l'un des éléments les plus importants de ses mandatures.

Que citer encore ? Le fait qu'elle soit une européenne convaincue et qu'elle disait qu'il ya encore un long chemin à parcourir et un prix lourd à payer pour être autre chose qu'une collection d'égoïsmes glorieux et de petitesses dissimulées.

Mais plus encore, ce qui me frappe chez elle, c'est le respect des hommes et la volonté farouche qu'elle a de fonder un dialogue social libre consenti, responsable, évolutif, moderne, raisonnable et raisonné.

Oui je suis partisan qu'elle poursuive encore son parcours. Est-elle meilleure que les autres peut être que oui peut être que non. Elle est en tout cas déterminée et courageuse ce qui la rend presque sans égal.

 


Les Arvernes (*)
_________


La Présidente sortante du Medef se rapproche de son objectif : se faire réélire. Mais sa campagne produit des dégâts considérables et sa réélection enverrait un signal désastreux. Il est encore temps de réagir.

Désormais, au lieu de justifier seulement son désir de briguer un troisième mandat par les circonstances exceptionnelles, l'actuelle présidente du Medef avance un désir de démocratie. Modifier des statuts à la dernière minute pourassouvir à une ambition personnelle serait ainsi le summum de la démocratie, puisque par définition, celle-ci donne sa chance à tous. Drôle de conception.

Il est à craindre qu'en se drapant dans ces oripeaux, MadameParisot n'enfonce un clou supplémentaire dans le cercueil de la démocratie élective. Elle incarne en effet précisément ce que les Français reprochent à leurs dirigeants politiques : la volonté de faire profession de leurs fonctions électives, le désir irrépressible de durer, le mépris des institutions quand elles ne satisfont pas à leurs aspirations et le souhait d'adapter les premières aux secondes, et non l'inverse.

S'il y a bien quelque chose que Madame Parisot a voulu incarner, c'est le patronat exemplaire. Le patronat conscient des débordements en matière de rémunération, des nécessités imposées par le contexte de la crise, le patronat acteur de la rénovation sociale. Malheureusement pour elle, sa campagne pulvérise son discours, et le rappel qu'elle fait de son bilan se heurte à cette vérité primitive, brute : Madame Parisot semble se moquer de l'exemplarité. Sous le prétexte de « circonstances exceptionnelles » la portant à se comparer elle-même à Roosevelt (sic !) transparaît nettement le goût du pouvoir pour le pouvoir.

Celle qui voulait rénover l'image du Medef lui porte ainsi un coup très sévère. Ce que les dirigeants d'entreprise et les Français attendent, ce n'est pas un patron du Medef préoccupé de soi seul, mais un patron qui agisse sur le terrain des idées et fasse abstraction de sa propre trajectoire personnelle. C'est, du reste, tout le sens d'un mandat non-rémunéré, permettant à celui qui l'exerce de rester d'abord lié à son entreprise et non au Medef lui-même, qu'il sert mais dont il ne se sert pas. La manière dont procède LaurenceParisot contrevient à ces attentes et décrédibilise le mouvement patronal.

Ce que nous attendons du Medef, c'est justement qu'il ne se conforme pas aux usages et pratiques qui ont mis notre pays à genoux. Nous attendons du Medef qu'il joue tout son rôle dans la promotion de la compétitivité économique, sans se prendre au jeu des combinaisons avec le pouvoir en place. Nous avons besoin d'un Medef de combat qui ne confonde pas dialogue et compromission. La France a besoin d'une représentation patronale qui parle haut et fort, et puisse affronter les enjeux sans être soupçonnée d'arrière-pensées personnelles. Ainsi, nous souhaitons que le patron du Medef soit un chef d'entreprise et entende retourner à ses affaires une fois son mandat achevé : car c'est ainsi qu'il ou elle sera le plus sûrement comptable de son action !

La façon dont Madame Parisot man?uvre va d'ores et déjà à l'encontre de toutes ces attentes. Son élection ruinerait durablement la crédibilité du Medef et des 700 000 entreprises qu'il représente : car alors le Medef aurait donné l'exemple d'une vision archaïque et bananière de la démocratie. La démocratie façon Laurence Parisot rejoint les pires excès des cumulards et des élus à vie de la Vème République. La réforme des statuts exigée au dernier moment est digne non de la démocratie occidentale, mais de la « démocratie populaire » du bloc soviétique.

La démocratie façon Laurence Parisot, c'est aussi celle qui prend en otage l'élection pour en faire un référendum personnel. La démocratie façon Laurence Parisot, c'est un « tout sauf l'entreprise » : comment imaginer qu'une dirigeante puisse souhaiter rester 13 ans (un record !) éloignée de l'entreprise qu'elle est supposée diriger ? Enfin, la démocratie façon Laurence Parisot, c'est l'éviction des idées par la politique interne. Car aucune idée, aucune proposition ne franchit ce barrage égocentré qu'elle a construit autour d'elle. Tout est sacrifié sur l'autel de manipulations d'appareil.

Les enjeux sont trop graves pour que le Medef compromette sa crédibilité dans les dérives où l'entraîne Madame Parisot.C'est pourquoi nous lui disons : Madame, le dernier service que vous rendrez au Medef sera aussi le plus grand que vous lui ayez jamais rendu : le quitter dans la dignité, dans le sentiment du devoir accompli et sans insulter son avenir.

(*) Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, d'économistes, de chefs d'entreprises et de professeurs d'université. La presse les présente souvent comme l'équivalent à droite de ce qu'ont été les Gracques pour la gauche lors de la campagne de Ségolène Royal en 2007.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/03/2013 à 20:50 :
On se gausse de Poutine le démocrate qui s'arrange avec la constitution, car on ne peut faire plus avec la Grande Russie. On donne des leçons aux chefs d'états africain élus honnêtement (chose assez rare) qui retaillent les constitutions pour devenir présidents à vie.
Le MEDEF aurait-il établi son siège social en Afrique sud saharienne? Avec la mode des délocalisations compétitives (baisse des couts) cela semble plus que probable de la part de patrons requins.
a écrit le 24/03/2013 à 9:24 :
Tout simplement atterrant de lire de la tribune de Jean Luc Placet. C'est petit, médiocre. Tout n'est que petites insinuations, utilisation des faux mots ou concepts clefs supposés faire rejeter ou garantir l'adhésion, au point que c'en est caricatural. Les adversaires sont petits et vains (ils ragent), contre le progrès (la Constitution américaine comme repoussoir), ringards (les "territoriaux" comme on eut dit autrefois "les provinciaux"). Grotesque. Heureusement sa championne elle fait preuve de noblesse et a fait du Medef quelque chose de normal !" (un clin d'oeil à notre Président?). Mais le plus inique, le plus incroyable, c'est cette suffisance dédaigneuse avec laquelle il fait la leçon, que dis-je, il instruit les chefs d'entreprise sur ce qu'ils doivent être et faire. La boucle est bouclée et il ne semble pas même s'apercevoir de ce que cela peut avoir d?inouï que d'expliquer à ceux qu'on est censé représenter et dont on tient mandat pour les servir ce qu'ils penser et comment agir. C'est malheureusement bien là que le bas blesse. Personne n'a élu Mme Parisot pour changer qui que ce soit, mais pour les représenter. Sa mission n'est pas d'être une réformatrice politique, ou une progressiste militante, mais bien de représenter les entreprises du MEDEF et de défendre leurs positions.
Réponse de le 24/03/2013 à 10:05 :
C'est atterrant de lire votre commentaire juste un mot vous trouvez normal de changer les règles avant une élection. Si vous dirigez une entreprise vous devez regarder le monde avec le petit bout de la lorgnette c'est pour cette raison que la France est a la traîne.
Réponse de le 24/03/2013 à 11:13 :
Eh ben! Qu'est-ce que ça doit être quand vous lisez votre courrier! Vous êtes sûr de bien comprendre ce que vous écrivez ou c'est de mémoire?
a écrit le 23/03/2013 à 16:20 :
Faut-il rappeler ici son piètre management lorsqu'elle était salariée. Faut-il lui rappeler son bilan au MEdef plus qu'approximatif. Faut-il enfin se passer de têtes nouvelles, bien plus capables de gérer un tel syndicat..Faut-il encore........
a écrit le 23/03/2013 à 15:12 :
magnifique cette histoire...elle est pas belle la france ?
a écrit le 23/03/2013 à 14:54 :
Parisot est digne des méthodes syndicalistes type CGT/FO : seule la voix possible la dictature et sa passe ou sa casse.
a écrit le 23/03/2013 à 12:38 :
de plus, quel est son bilan ?
ZÉRO pointé !!!!
a écrit le 23/03/2013 à 12:37 :
on devrait faire la même chose pour nos politiques.
2 mandats et pas plus sinon, il y a corruption.

CONTRE
a écrit le 23/03/2013 à 11:27 :
ca doit etre une place en or ... pour ne pas vouloir la larguer
a écrit le 23/03/2013 à 10:41 :
cette pauvre personne", n'a qu'à s'occuper autrement...personne n'est indispensable, et irremplaçable ! place aux autres! ils ne l'a regretteront sûrement pas !
a écrit le 23/03/2013 à 10:01 :
Je crois qu'il faut quelle prenne sa retraite et laisse la place à quelqu'un d'autre.
a écrit le 23/03/2013 à 9:11 :
Contre contre contre contre contre contre!!!
a écrit le 23/03/2013 à 8:51 :
et bien vus les résultats obtenus en matière de concertation sociale et de désindustrialisation elle peut partir à la retraite, avec ou sans parachute!
Réponse de le 23/03/2013 à 10:42 :
avec ou sans?? sûrement AVEC !!!
Réponse de le 23/03/2013 à 11:57 :
mais ca devrait etre sans ...
a écrit le 23/03/2013 à 3:08 :
A quelques mois de l élection c est digne d une république bananière rien que l idée suffit a la discalifier. Bye bye
a écrit le 23/03/2013 à 1:55 :
Je vous demande vous arrêter ! Cela commence a bien faire cette nouvelle monar-chie magouilliste. Miss Parisot a déjà fourgué sa compagne conseillère en comm au Medef a prix d'or, et maintenant elle voudrait se faire élire régente a vie. Un peu de décence s'il vous plait Miss Parisot !
a écrit le 22/03/2013 à 23:52 :
PariZot la moutarde va finir par monter au nez des Grands Patrons, " casses-toi pov'? " (*) p'tit pot de vair.
(*) expression présidentielle officiellement acceptée
a écrit le 22/03/2013 à 22:01 :
Je ne crois pas que Laurence, en dépit de ses lauriers, soit prédestinée à être indéfiniment présidente du MEDEF (MEtierDEFemme). Il suffit de voir comment FH se conduit avec ses propres femmes pour comprendre que LP n'est pas la personne adéquate en régime socialiste.
a écrit le 22/03/2013 à 21:28 :
La démarche de LP suffit a la disqualifier. Il est grand temps de renouveler la direction du MEDEF.
a écrit le 22/03/2013 à 20:16 :
Contre
a écrit le 22/03/2013 à 19:56 :
Mais pourquoi pas aussi renoncer à des élections toujours coûteuses et finalement hasardeuses quant à leur résultat : on n'est jamais certain d'être réélu, après tout, et la transmission héréditaire des charges serait tellement plus confortable, n'est-ce pas ? Pathétique...
a écrit le 22/03/2013 à 19:52 :
Tiens, tiens... Les Arvernes invoquent "un MEDEF de combat". Le seul qui en parlait jusqu'à maintenant dans ces termes était Pierre Gattaz. Les Arvernes roulerait-ils pour Gattaz?
a écrit le 22/03/2013 à 19:23 :
C'est bien la même qui veut généraliser les CDD devant les CDI ?
Pas pour elle par contre
bah tiens...
a écrit le 22/03/2013 à 19:18 :
sans commentaire..;
à l'image d'un dictateur...!!!
a écrit le 22/03/2013 à 19:00 :
Qu'elle se casse cette face de furet
Réponse de le 22/03/2013 à 19:46 :
personnellement je suis contre ce changement de statut
a écrit le 22/03/2013 à 18:39 :
Quand on est président d'une association ont doit faire respecter les statuts et en premier lieu les appliquer a soi même,vouloir reformer les statuts a sa convenance cela sent la magouille.
a écrit le 22/03/2013 à 18:38 :
Ca va paraître bizarre, mais je serais plutôt pour sa ré-élection. Au moins, on la connait, on sait qu'elle n'a qu'un objectif : que les salariés paient pour bosser, elle n'est pas trop politique car trop sûre de son pouvoir, donc elle en sort des énormités, bref, le MEDEF pourrait être pire avec quelqu'un de plus vicieux. Le souci est que le concurrent pourrait récupérer un bon paquet d'adhérents si elle provoquait le scandale de sa ré-élection. Entre panier de crabes, il faut faire jouer la concurrence... ;-)
a écrit le 22/03/2013 à 18:36 :
On se croirait en Haiti avec les Présidences à vie..contre évidemment, et surtout quand on reproche à l'état de changer les règles tous les jours. Ce n'est pas et ne doit pas être une a faire de personne.
a écrit le 22/03/2013 à 18:33 :
Peut-importe le fond et les raisons de la candidature de Madame Parisot, insupportable ce manque de décence qui l'entraîne à tout prix, à vouloir faire réviser les statuts, afin de se représenter. Mais lâchez, personne n'est irremplaçable, votre ego surdimensionné esquive toute argumentation. Je suis femme et gérante de société et ce comportement m'excède.
Réponse de le 29/10/2015 à 12:00 :
c est n'importe quoi de dire que ça a coûte 400.000 euro. quelle lux pour france
2
a écrit le 22/03/2013 à 18:31 :
Avec les Arvernes, tout est dit. Avec la défection du BTP, LP n'a plus qu'à se retirer, avec les honneurs, plutôt que de risquer un inévitable camouflet
a écrit le 22/03/2013 à 18:31 :
bref ! On s'en fout !
a écrit le 22/03/2013 à 18:19 :
elle pourrait etre socialiste! elle veut changer les regles du jeu des que les regles en vigueur ne lui conviennent plus!
Réponse de le 22/03/2013 à 19:10 :
Socialiste? on ne doit pas avoir le même dictionnaire. Par contre l'histoire le démontre ,seuls les dictateurs changent les régles d'une élection quand ils veulent garder le pouvoir...
a écrit le 22/03/2013 à 18:11 :
La geignarde ça suffit !!!
Place à un vrai une personnalité forte et sincère.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :