Et si demain, payer par carte coûtait plus cher au consommateur ?

 |   |  577  mots
Pascal Paul, fondateur de Moov'card, première carte de taxi prépayé
Pascal Paul, fondateur de Moov'card, première carte de taxi prépayé
Alors que la Commission et le Parlement européens ont commencé à travailler sur la réglementation des moyens de paiement, Pascal Paul tire la sonnette d'alarme. Si la commission d'interchange actuellement payée par les commerçants est réduite ou supprimée, le consommateur pourrait bien devoir payer à leur place. Selon ce jeune entrepreneur autodidacte, d'origine haïtienne qui a déjà plusieurs créations d'entreprises à son actif dont Moovcard.fr, la première carte de taxi prépayée, ce renchérissement pourrait porter un coup fatal au paiement par carte.

Alors que nos dirigeants, partout en Europe, recherchent les moyens les plus efficaces (et les moins coûteux) pour relancer la croissance, la Commission européenne est en train d'élaborer un projet dont les conséquences imprévues pourraient pénaliser les consommateurs et donc déstabiliser fortement des secteurs économiques innovants qui sont la croissance de demain.

L'équilibre des paiements en ligne est menacé

En l'occurrence, la Commission veut harmoniser le marché des paiements par cartes bancaires. Pour cela, elle estime que seule la voie réglementaire ou législative est efficace. Elle propose ainsi d'intervenir arbitrairement pour réduire l'interchange, cette commission qui permet aujourd'hui aux commerçants et aux consommateurs de partager équitablement les coûts liés au fonctionnement des services de paiement par cartes. Si ce projet voit le jour, c'est tout l'équilibre des paiements en ligne qui sera menacé.

Pourquoi ? Tout simplement parce que si l'interchange n'est plus payé par les commerçants, alors ce seront les consommateurs qui devront payer à leur place. Et si les cartes sont plus chères, les consommateurs utiliseront davantage les espèces (ou les chèques) et réduiront le nombre de cartes en leur possession. C'est ce qui s'est produit sur trois continents différents : en Australie, aux Etats-Unis, et en Espagne. Or, le fait qu'il y ait moins de paiements par cartes (et donc davantage d'espèces) ou moins de cartes par consommateur aura forcément un impact direct sur les commerçants en ligne, et notamment sur les entreprises nouvelles et innovantes.

Préserver la confiance

Pour préserver le modèle de confiance que nous connaissons aujourd'hui, j'en appelle à la mobilisation des entrepreneurs, à ceux qui comme moi, développent des entreprises innovantes, fondées sur le paiement en ligne, et qui veulent défendre un système qui fonctionne et qui nous permet aujourd'hui d'investir, d'innover, de faire du commerce et, dès qu'on le peut,d'embaucher.Les cartes nous apportent entre autres, à nous commerçants, la certitude d'être payés (même en cas de fraude), la sécurité physique par rapport aux espèces, beaucoup moins de coûts administratifs. Les cartes nous permettent aussi d'augmenter nos ventes et le nombre de nos débouchés. Elles ont également l'avantage de plaire à nos clients grâce à la flexibilité et la sécurité qu'elles apportent.

Mobilier les cyber commerçants contre la suppression de l'interchange

En tant que commerçant en ligne, je m'inquiète du projet de la Commission européenne. Pourtant, je devrais en être le premier satisfait puisque je devraisvoir (en théorie) ma facture bancaire diminuer. Maisau fond c'est tout un modèle de confiance qui sera ébranlé. Or, c'est précisément grâce à cette confiance dans la carte, et grâce aux efforts faits pour sécuriser et banaliser les paiements sur Internet, que le commerce en ligne a pu se développer en France et en Europe.

Tout cela est discuté à Bruxelles dans une sorte d'indifférence générale de la part des consommateurs (les premiers touchés puisqu'ils paieront plus) et des commerçants en ligne. Le débat est à peine perceptible au sein des différents pays.

J'appelle donc tous les entrepreneurs de l'économique numérique qui se battent pour l'innovation à me rejoindre dans cette mobilisation et à convaincre leur gouvernement : les discrets projets de la Commission européenne sont porteurs de dangers bien réels.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/12/2012 à 20:23 :
Très intéressant. D'un côté cela aurait le mérite de pérenniser le paiement par argent liquide. Les Français préféreront payer plus souvent en liquide...de quoi enlever des arguments à la Commission européenne qui envisage de réduire son utilisation en Europe.
Enfin, l'article pointe du doigts un scandale: si les commerçants paient déjà les commissions aux banques pour l?utilisation des CB, pourquoi les CB sont elles si chères?
a écrit le 03/12/2012 à 19:18 :
Intéressant, mais loin des préoccupations actuelles des français.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :