La France face au défi de la remondialisation

 |   |  1529  mots
Alexandre Kateb. Copyright DR
Alexandre Kateb. Copyright DR (Crédits : DR)
Alexandre Kateb est économiste et directeur du cabinet Compétence Finance. Il est l'auteur de "Les nouvelles puissances mondiales. Pourquoi les BRIC changent le monde" (Ellipses, 2011).

S'il y a bien un thème qui a marqué l'année 2012 en France, c'est celui de la démondialisation, porté par le bouillonnant ministre français du Redressement productif, Arnaud Montebourg. Ou devrait-on dire l'échec de ce thème et plus généralement un retour au réalisme qui prend des allures de douche froide pour le gouvernement, avec la décision du Conseil constitutionnel d'annuler la mesure de taxation à 75% des revenus les plus élevés.

Car en définitive, du combat contre la spéculation financière à la relocalisation industrielle en passant par la taxation des plus riches, ce sont autant de marqueurs idéologiques qui ont du être remisés au placard face au rouleau compresseur de la mondialisation et de sa « sainte trinité » : libre circulation des marchandises, des capitaux et des personnes.

Sur le terrain de la relocalisation industrielle, objectif fort louable au demeurant, force est de constater qu'il y a eu une double erreur de diagnostic et de méthode de la part du gouvernement français. Le diagnostic qui a été fait est celui d'une désindustrialisation rampante de l'économie française en raison d'une concurrence déloyale au niveau mondial de pays émergents comme la Chine ou la Corée du Sud dont les industriels bénéficieraient de coûts de production bien plus faibles et feraient face à des normes techniques et environnementales bien moins contraignantes, ce qui leur permettrait d'afficher des prix beaucoup plus attractifs.

Cette manière de voir consiste à se focaliser uniquement sur la compétitivité-prix et à oublier les facteurs essentiels de la compétitivité hors-prix et de l'innovation. Or, les économistes ont montré depuis longtemps que les industries de biens de consommation étaient dominées par une logique de concurrence monopolistique où le facteur prix n'était qu'une variable parmi d'autres dans le choix du consommateur final. Le contre-exemple allemand dont les constructeurs automobiles vont de succès en succès dans les pays émergents et dont la capitalisation boursière a bien résisté (voire augmenté pour Volkswagen) au cours de la période 2008-2012 - quand celle des constructeurs français fondait comme neige au soleil - est là pour rappeler que la réalité est beaucoup plus complexe.

Plus que de relocalisation, on devrait plutôt parler de co-localisation dont les Allemands sont devenus les champions en intégrant à leurs chaînes de production et de logistique les pays d'Europe centrale et orientale. A l'occasion du récent voyage de François Hollande en Algérie, ce thème de la colocalisation entre la France et le Maghreb a d'ailleurs été évoqué, mais les industriels français restent réticents à franchir le pas, et à construire ce pont entre les deux rives de la Méditerranée en matière de transfert de technologies, de savoirs et de compétences, indispensable pour bâtir un partenariat « gagnant-gagnant ».

Au delà des discours convenus, les institutions européennes s'intéressent également assez peu à cette rive Sud de la Méditerranée en dépit de son importance géostratégique et aux bouleversements politiques et sociaux engendrés par le Printemps arabe de 2011. C'est pourquoi, sur ce terrain, l'impulsion ne pourra venir que des pays européens qui ont, pour des raisons de proximité culturelle et géographique, le plus intérêt à développer ces échanges économiques, technologiques et humains.

A défaut, ce sont d'autres puissances « émergées », comme les Etats-Unis, émergentes comme la Chine, la Turquie et la Russie qui vont distancer la France dans son « étranger proche » et reconfigurer à leur avantage les flux économiques et commerciaux croissants qui transitent par cette région, véritable hub pour l'Afrique et ses 2 milliards de consommateurs émergents en 2050.

Les rebondissements liés aux sauvetages avortés de l'usine PSA à Aulnay-sous-Bois et du site d'ArcelorMittal à Florange montrent également qu'il y a eu une erreur de méthode dans la manière avec laquelle le gouvernement a tenté, au coup par coup, de gérer les dossiers liés au « redressement productif ». Arnaud Montebourg et avec lui une certaine frange de la gauche se sont crus revenus aux années 1970-1980 avec des mots d'ordre comme la nationalisation et la réquisition de sites industriels en difficulté. Il a sans doute oublié une loi fondamentale de l'économie, à savoir que pour des industries matures on ne peut pas créer la demande par décret.

Bien sûr, l'Etat peut et doit accompagner les restructurations industrielles et éviter la « casse sociale » associée aux fermetures des usines sinistrées. Mais cette politique doit être conduite au niveau sectoriel, en concertation avec les industriels du secteur, et non sous la forme d'une geste don-quichotesque qui sauted'un site sinistré à un autre. Ce n'est pas au gouvernement de déterminer le point mort des usines et de dimensionner leurs capacités de production. Monsieur Montebourg l'a appris à ses dépens en étant dessaisi de ce dossier. Espérons que cela jettera les bases d'une politique industrielle à la fois plus réaliste et plus ambitieuse, faisant du soutien à l'innovation et à la compétitivité industrielle le c?ur de l'action publique, comme nous y invite le rapport Gallois.

Sur le terrain non moins consensuel mais tout aussi miné de la lutte contre la spéculation financière, que François Hollande avait désignée comme son principal ennemi pendant la campagne présidentielle de 2012, il faut également constater le décalage entre la rhétorique et les résultats. La taxe sur les transactions financières, annoncée à grand bruit début 2012 par Nicolas Sarkozy, et reprise par la nouvelle majorité qui a porté le dossier au niveau européen, a été vidée de sa substance par le refus de la Grande-Bretagne d'appliquer cette mesure. Ce pays a sans doute atteint sur ce dossier un point de non-retour en voulant les avantages de l'appartenance à l'UE sans en accepter les contraintes.

Quant aux Allemands, en apparence très engagés sur ce dossier, ils en ont renvoyé l'application au plus tôt à 2014-2015, après les élections législatives de 2013. Vouloir appliquer une taxe sur des flux spéculatifs, ultra-mobiles par définition, en laissant autant de possibilités d'arbitrage et de contournement de la loi, revient en définitive à ne taxer que les transactions financières les plus captives, c'est-à-dire les plus nécessaires à l'activité économique. C'est le cas notamment de la transformation de ressources courtes en emplois longs réalisée par les banques à travers les swaps de taux d'intérêt. Conjuguez cela à l'imposition unilatérale des normes Bâle III en Europe - les Etats-Unis, ayant obtenu une exemption de ces normes pour leurs milliers de « banques de proximité » (communitybanks) - et cela revient à se tirer plusieurs balles dans le pied au plus mauvais moment !

Enfin, l'exil fiscal de quelques comédiens et autres célébrités du monde des affaires a fait couler beaucoup d'encre. Là encore, c'est une mesure emblématique mais au final assez peu significative - la taxation temporaire à 75% des revenus dépassant un million d'euro - qui a été mise en avant, tant par les détracteurs que par les défenseurs de la politique fiscale du gouvernement. Que Gérard Depardieu, Bernard Arnault et quelques autres grandes fortunes françaises s'installent en Belgique, cela ne change rien à l'équation budgétaire et fiscale de la France.

Ce qui est plus inquiétant, ce sont les mesures envisagées à l'encontre des patrons de PME classiques - les gérants majoritaires non salariés - ainsi que des startups technologiques, ou entreprises dites de croissance, et de leurs financiers - fonds d'investissement et business angels. A l'heure où on veut mettre l'accent sur l'innovation et le renouvellement du tissu productif français, qui passe aussi - doit-on le rappeler ? - par un renouvellement générationnel des élites économiques, ce sont là de très mauvais signaux adressés aux créateurs et à tous ceux qui n'ont pas totalement perdu espoir dans la capacité de ce pays à se redresser.

Le rétropédalage sur ces mesures fiscales qui risquaient de casser l'un des derniers ressorts de la croissance à moyen et long terme est symptomatique de la cacophonie qui règne à Bercy entre les divers ministres et sous-ministres délégués. Là encore, les mesures annoncées n'avaient pas fait l'objet d'une préparation interministérielle en amont, et d'un consensus avec l'ensemble des parties prenantes.

Au vu de ces éléments, il est plus que temps aujourd'hui de passer d'un discours mortifère sur la démondialisation à une appréciation beaucoup plus réaliste des avantages et des inconvénients de la remondialisation, entendue comme le ré-enclenchement d'un nouveau cycle de croissance mondial, porté par les pays - émergés ou émergents -qui réussissent à trouver le positionnement compétitif le plus adapté à leurs dotations factorielles et à leur environnement géopolitique et géoéconomique, tout en étant les plus réactifs face aux évolutions technologiques, économiques, culturelles et sociales qui s'accélèrent à l'échelle mondiale.

Retrouvez le blog d'Alexandre Kateb, "Nouveaux mondes, nouvelles puissances".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/01/2013 à 11:36 :
La mondialisation est un mot à la mode! Les peuples, marchandises et flux financiers s'échangent dans le monde depuis des milliers d'années. Ce qui a changé et pose problèmes c'est le taux de saturation des productions d'un continent à un autre et la surpopulation. Quand les cours royales commerçaient aux 15 et 16 ème siècle, la mondialisation était déjà en marche pour une population globale de 100 millions d'habitants. Aujourd'hui, les banques fabriquent de l'argent dévalué et les dettes des nations enflent à tel point que le système financier n'est plus crédible pour une planète qui tangentera les 10 milliards d'individus en 2030.
a écrit le 04/01/2013 à 10:57 :
il y a toujour des solutions le probleme c est qu ils faut que chaque francais et chaque europeen alle dans le meme sens ils faut lutte contre la spesculation il n est pas normal que le pourvoir economique soit etre les mains de dix pourcent et qu ils est droit a 90 pourcent des richesses en effet ca ne peut pas fonctionnes comme cela si les entrepreneurs veulent vendre leurs productions ils faut que les100 des richesses produites par tous soit partages equitablement c est valable pour la france comme pour l europe ils faut aussi fabriques des produits s de luxes les etranges en sont friant ils faut relocalise tout ce qui est posible on a trop delocalise sous pretexte daide au pays en voie de developement ils faut aplique les textes exitant surveilles mieux les depensse de l etat et des services sosiaux des rentres d argent de l urssaf trop de gens ne paye pas desgros entrepreneur et meme l etat ils faut aussi produires des energies nouvelles affin de ne plus etre dependant du petrole ou de l energie nucleairequi et trop dangereu jarette la j en oublie peut etre mais ca fait du bien de s exprime meme ci personnes n ecoutes car je c est par experience que beaucop de gens sont egoistes
a écrit le 04/01/2013 à 10:36 :
Brillant article, qui reflète la réalité de la mondialisation - fortement accélérée par les NTIC - mais que notre gouvernement ne veut pas comprendre.
Plutôt que de trouver notre positionnement au sein du monde économique pour les 50 voir 100 prochaines années, comme le font chaque acteurs d'Amérique, d'Asie et du Moyen Orient, la France cherche à lutter et à aller contre.Nous nous enfoncons peu à peu dans la nullité du développement économique.

Quelques précisions sur l'article :
- le conseil constitutionnel n'a pas "annulé la mesure de taxation à 75%" mais elle à été techniquement retoquée.
- Depardieu ne part pas pour les 75%, mais pour les 40% de droits de succession (3% seulement en Belgique).
a écrit le 04/01/2013 à 8:12 :
Bravo monsieur KATEB, vous avez bien récité votre leçon de libéralisme.
En revanche, vous n'avez visiblement aucune connaissance technique et aucune connaissance de l'histoire pour comparer les pays du maghreb avec l'europe de l'est.
Déjà à l?époque austro-hongroise, les pays tchèques constituaient une plateforme industrielle de cet empire. Avant son éclatement, environ 70 % de la production industrielle de l?ensemble de la monarchie austro-hongroise étaient centralisés dans les pays tchèques.
Sortez de vos powerpoints et allez faire un tour dans les usines !
a écrit le 03/01/2013 à 16:56 :
Parler d'"échec de la démondialisation" me semble prématuré, aucune mesure concrète n'a été prise dans ce sens, le débat n'a même pas eu lieu, il n'y a aucun signe de reprise en main de notre industrie/marché. Au contraire, les cessions d'entreprises continuent. Les fonds d'investissement spéculatifs et des multinationales comme Mittal ou Goldman Sachs possèdent le marché. Il est illusoire d'envisager une politique de redressement et d'industrialisation dans un pays où le niveau de déréglementation est tel qu'il entraine inévitablement la liquidation des actifs de toutes natures, privée ou publique. Pour envisager un véritable redressement, il faudrait sortir du carcan conceptuel de la "compétitivité" et d'un "libéralisme" qui n'est autre que la consécration d'un rapport établi de forces géocapitalistiques.
a écrit le 03/01/2013 à 14:11 :
Tant de contraintes et difficultés sur les choix de nos politiques étalées sur plusieurs paragraphes ne rendront pas l'hypothèse de remondialisation plus pertinente: ce n'est pas parce-qu'une voiture n'avance pas qu'il n'y pas d'autre solution que la marche à pied. Peut-être faut-il simplement tourner le contact ?
Tout cet interminable déballage pour conclure simplement que la solution est la remondialisation laisse planer un doute sur les réelles intentions de l'auteur.

Article intéressé ? partisant ?
a écrit le 03/01/2013 à 13:39 :
Monsieur Kateb ne semble pas integré, car apatride dans son resonnement, la necessité de l'etat de mettre en place les conditions de survie et de travail de sa population .La mondialisation ne profite qu'aux capitaux flottants et aus pays dits emergents( chine ... ) tout en affamant les pays dit industriallises qui n'en ont plus que le nom
GET out
a écrit le 03/01/2013 à 13:27 :
KATEB est donc pour la délocalisation (=colocalisation) au Maghreb ! n'importe quoi. .., qu'il y aille aussi - qui le lira là bas et de quoi vivra t il ?
a écrit le 03/01/2013 à 11:21 :
Produire en Chine ou en Europe de l'Est , si on s?accommode d'une plus faible productivité du du Japon ou de l'Europe de l'Ouest l?expérience montre que ça fonctionne mais produire dans des pays ou la productivité est à des années lumière, pays qui restent instables et où le pire reste possible , je ne vois pas ce que le citoyen français a à y gagner
a écrit le 03/01/2013 à 11:10 :
Article brillant, car évidemment, on sait bien que "le simple est toujours le simplifié". Au surplus, il est frappant de constater que nombre de nos sociétés sont en retrait de leurs marchés périphériques (après une phase de conquête -depuis la fin de la guerre grosso modo-, durant laquelle nos sociétés françaises avaient ouvert des filiales, elles reviennent sur leurs bases, constatant les risques qu'elles encourrent.. mais cette évolution, majeure, est un bien mauvais signe de leurs santés, et de leurs dynamismes..
a écrit le 03/01/2013 à 11:05 :
oui les allemands ont organisé la co localisation avec les pays de l'est qui sont à leur frontière, mais il ne faut pas oublier que plusieurs de ces pays avaient dès avant le communisme une solide tradition industrielle. Avec le Maghreb rien de tout ça, on est très loin du compte, ça sera beaucoup plus dur et en plus il y a la méditéranée entre deux, ce qui n'est pas rien
a écrit le 03/01/2013 à 10:54 :
Partenariat « gagnant-gagnant"...L'équilibre parfait ne dure pas, il y a forcément un jour un perdant. La mondialisation telle qu'elle se réalise est un facteur d'instabilité, elle génère tellement de frustration que ça ne peut que se terminer par une conflagration généralisée où les grands blocs seront reconstitués, dont le moindre ne sera pas le bloc islamique.
Merci pour le verbiage technocratique du dernier paragraphe, reflet de la pensée unique instillée par nos"Grandes Ecoles"(de Commerce).
a écrit le 03/01/2013 à 10:54 :
Partenariat « gagnant-gagnant"...L'équilibre parfait ne dure pas, il y a forcément un jour un perdant. La mondialisation telle qu'elle se réalise est un facteur d'instabilité, elle génère tellement de frustration que ça ne peut que se terminer par une conflagration généralisée où les grands blocs seront reconstitués, dont le moindre ne sera pas le bloc islamique.
Merci pour le verbiage technocratique du dernier paragraphe, reflet de la pensée unique instillée par nos"Grandes Ecoles"(de Commerce).
a écrit le 03/01/2013 à 10:46 :
L'Europe s'enfonce dans la crise ; vouloir renforcer l'Afrique du Nord n'a pas de sens - qu'elle fasse venir a elle les capitaux du Golfe !! Pourquoi pas aller dans les pays de l'Est ? On construit l'Europe ou pas ? Les partis ISLMISTES qui sont arrivés au pouvoir ua Maroc et en Tunisie peuvent se réjouir de la bêtise de certaines élites mondialistes françaises !! Hollande déclarait au début e l'été qu'il faut aider la Tunisie en allant en vacances en Tunisie !! total masochisme : quand le tourisme est en berne en France ! Pourquoi ne pas avoir dit qu'il vaut mieux aller en vacances en Grèce (en Europe) au lieu de financer la Grèce ?? Le MUNCI, syndicat des informaticiens français a déclarer qu'en 10ans jamais il n'avait vu une mesure aussi DEMENTE de la part de l'Etat français lors du voyage au Maroc quand Hollande a annoncé le prêt de 100 millions d'euros au Maroc pour construire un plateforme de co-localisation (=délocalisation) !! !! Folie totale !!
a écrit le 03/01/2013 à 9:41 :
Votre espoir n'a de sens que si les socialo mariste au pouvoir recalent leur idéologie et dogme au placard.
Hors il n'a échappé à personne, que toutes les décisions prisent jusqu'à présent sont sous tendue par le dogme;
De deux choses l'une:
soit François HOLLANDE est atteint d'un flash extra lucide, acceptant de ne pas être réélu en 2017 et applique une politique réaliste en acceptant courageusement la mondialisation et en prenant les décisions pour que la FRANCE joue un rôle majeur et s'intègre dans le monde réel, ou il continu sa politique dogmatique en sou-poudrant tactiquement ses élécteurs pour éviter des mobilisations massives et tenir jusqu'en 2017;
Pour ma part, HOLLANDE n''a jamais pris de décision dans sa vie politique et n'a pas la stature d'un homme d'état pour opérer un virage à 180°;

Réponse de le 05/01/2013 à 8:37 :
En attendant sa politique semble plaire aux marchés... Marchés calmés, la confiance va revenir et avec elle l'investissement. Les agitements sakomerkelliens n'ont en trois ans pas fait ce qui s'est produit en six mois. Dans le même temps il augmente les impôts, qui ont le mérite de rentrer en France - à la différence de la Grèce par exemple - pour contrôler le déficit abyssal laissé par l'équipe précédente. Bref il fait le taf. La seconde étape a commencé avec ses discours et décisions sur Florange etc, qui sont autant d'acceptations de la mondialisation et de la nécessaire adaptation du pays à celle-ci. Le reste n'est que folklore destiné à couvrir le mouvement de fond.
a écrit le 02/01/2013 à 23:49 :
Votre idéal, M. Kateb, ne me semble pas plus réaliste que celui du redressement productif. Compter sur des pays dont le revenu moyen par habitant n'arrive pas au quart voire au dixième du notre pour tirer notre croissance, c'est utopique. Ce qu'a fait l'Allemagne pour les voitures n'est pas duplicable à volonté, et les nouvelles technologies sont déjà largement répandues en-dehors de nos frontières.
http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/politique-eco-conjoncture/conjoncture/221160606/crise-foi-crise-foie-deux-mon-capit
Réponse de le 04/01/2013 à 11:05 :
"Compter sur des pays dont le revenu moyen par habitant n'arrive pas au quart voire au dixième du notre pour tirer notre croissance, c'est utopique"

C'est pourtant ce que font tous les pays du monde avec la Chine, et bientôt le laos, le cambodge ...
Prenez le cas d'apple : l'innovation se fait aux Etats Unis, la production en Chine.
Le problème de la France, c'est la panne d'innovation et de créativité. Il faut favoriser l'entreprenariat.

En prenant l'exemple des nouvelles technologies auxquelles vous faites allusion, vous êtes déjà dans le passé. Regardez devant vous !
a écrit le 02/01/2013 à 14:55 :
Faudra-t-il assiéger et prendre La citadelle de Bercy pour vider tous ces énarques de gauche et leurs serviteurs fonctionnaires pour faire redémarrer la France?
Réponse de le 02/01/2013 à 16:27 :
ce sont ceux qui gouverne
Réponse de le 03/01/2013 à 6:44 :
les énnarques UMP de chirac a sarkosy qui ont gouverner avant doit ont leurs couper la tete?????
Réponse de le 05/01/2013 à 1:32 :





















c est assez singulier de vous renvoyer la responsabilité ,vous citoyens ump et ps sur les politiques et les énarques .c est bien vous qui leur signer un chèque en blanc a chaque élection ,en revendiquant si besoin l'alternance .Puis de manière partisane vous critiquez les uns et les autres ...et les années passent .

il serait peut être temps a présent de nous critiquer et de nous remettre en question ...nous citoyens ,nous électeurs ,les seuls responsables c'est bien nous ...avec un peu de panache ,plus de courage et moins de médiocrité nous avons la capacité de faire changer évoluer le système...c'est vrai c'est confortable aujourd'hui je vote et puis ensuite je râle et je revote ...




Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :