Clandestins : l'Union européenne doit trouver des solutions

 |   |  1179  mots
Cecilia Malmström, commissaire européen pour les affaires intérieures, appelle les Etats européens à prendre leurs responsabilités face à l'immigration. | REUTERS
Cecilia Malmström, commissaire européen pour les affaires intérieures, appelle les Etats européens à prendre leurs responsabilités face à l'immigration. | REUTERS (Crédits : DR)
Même si la pression migratoire s'exerce dans tous les grands pays européens, ceux de la Méditerranéenne sont particulièrement vulnérables. Des solutions existent, il faut que l'Europe agisse. Par Cecilia Malmström, commissaire européen pour les Affaires Intérieures

Nous avons tous en tête les terribles images de Lampedusa et du bateau qui a fait naufrage la semaine dernière dans les eaux maltaises. Personnellement, je n'oublierai jamais les centaines de cercueils, ou le désespoir qui envahissait le regard des survivants ou encore les images montrant les personnes qui essayaient désespérément de rejoindre les bateaux de sauvetage.

Ces évènements tragiques requièrent une réaction immédiate aux niveaux national et de l'UE. Au niveau national, il incombe aux États membres de gérer et contrôler leurs frontières et de secourir les bateaux en détresse, conformément au droit international et au droit de l'UE et aux obligations qui en découlent.

Une assistance de l'UE déjà prévue

Les États membres ayant des frontières avec des pays tiers reçoivent un financement et une assistance de l'UE afin de respecter ces dispositions: entre 2007 et 2013, l'Italie a reçu un montant de 478 millions d'euros pour gérer les flux migratoires et d'asile; la Grèce a reçu 376 millions d'euros et Malte a reçu 85 millions d'euros. Si nous considérons uniquement les fonds consacrés à la gestion des frontières, l'Italie a reçu au cours des deux dernières années 136 millions d'euros, la Grèce a reçu 89 millions d'euros, et Malte a reçu 35 millions d'euros.

Une assistance opérationnelle est également offerte par l'agence européenne pour les frontières Frontex: Frontex coordonne actuellement cinq actions en Méditerranée pour assister les pays dans leurs opérations de surveillance, d'interception et de sauvetage.

 Une pression migratoire dans tous les grands pays européens...

Permettez-moi également de souligner que l'accroissement des pressions migratoires et de l'asile n'est pas seulement un problème dans les pays méditerranéens. En fait, la plupart des demandes d'asile sont traitées par d'autres États membres. Sur les 330 000 demandes d'asile enregistrées dans les pays de l'UE en 2012, 70 % ont été déposées dans cinq États membres seulement: l'Allemagne (75 000), la France (60 000), la Suède (44 000), la Belgique (28 000) et le Royaume-Uni (28 000). En 2012, l'Italie a reçu 15 700 demandes d'asile et Malte 2 000.

 ... mais une pression croissante sur les pays méditerranéens

Néanmoins, il est aussi évident que la pression croissante exercée sur l'Italie, Malte, la Grèce et les autres pays méditerranéens constitue un problème européen; et qu'une bonne gestion des flux migratoires et d'asile au niveau national doit s'accompagner d'initiatives et de mesures au niveau de l'UE.

Ces jeudi et vendredi,  les 24 et 25 octobre, les chefs d'État et de gouvernement de l'UE examineront les politiques de migration et d'asile au lendemain de Lampedusa et s'efforceront de trouver des réponses à la question «comment prévenir d'autres tragédies?». Ce sommet sera une occasion unique pour les dirigeants européens de montrer que l'Union est fondée sur le principe de solidarité et le soutien mutuel.

Les propositions de la commission

La Commission européenne a déjà recensé certains points de discussion qui, nous l'espérons, seront pris en considération lors de cette réunion.

Les actions de sauvetage récentes qu'ont menées conjointement l'Italie et Malte ont permis de sauver des centaines de personnes et ont prouvé que les efforts de surveillance accrus et coordonnés étaient fondamentaux pour empêcher les décès dans les eaux de la Méditerranée. C'est pourquoi la Commission européenne propose que Frontex lance une vaste opération de recherche et de sauvetage en Méditerranée, de Chypre à l'Espagne, dans le but de sauver des vies.

Une telle opération, associée aux technologies de pointe d'EUROSUR, nous permettra de mieux détecter, localiser et identifier les bateaux et les navires, et partant de les secourir plus vite et de sauver des vies. Elle constituera également un exemple concret de solidarité et de soutien mutuel.

Engager de nouvelles ressources financières et techniques

Cependant, cette opération ne pourra fonctionner que si tous les États membres sont disposés à engager de nouvelles ressources financières et techniques. La Commission et les experts de Frontex évaluent déjà les besoins de cette opération et les ressources nécessaires à sa réalisation, qui sera impossible sans une nouvelle contribution urgente des États membres.

Le Conseil européen devrait également aborder le renforcement de la coopération et du dialogue avec les pays d'origine et de transit des migrants et des demandeurs d'asile, en particulier la Libye, afin de s'attaquer aux racines du problème. L'UE devrait ouvrir de nouvelles voies pour la migration régulière et lutter plus efficacement contre la migration irrégulière et les criminels derrière ces voyages de la mort qui exploitent le désespoir de ces êtres humains.

Lutter contre l'immigration clandestine

Nous avons déjà adopté un partenariat pour la mobilité avec le Maroc, qui ouvre la voie à cette nouvelle approche, et nous aimerions faire de même avec la Tunisie, l'Égypte, et d'autres pays d'Afrique du Nord. Un engagement clair de la part de tous les pays de l'UE aura certainement une incidence positive sur les possibilités de négocier ce type d'accords, ainsi que sur les efforts consentis en faveur de la stabilité et de la consolidation de la démocratie dans des pays tels que la Libye.

La Commission européenne estime également qu'il est nécessaire que les États membres s'engagent plus nettement dans la réinstallation en coopération avec Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, afin de créer des voies sûres vers l'Europe pour les personnes ayant besoin d'une protection internationale.

Aux Etats membres de prendre leurs responsabilités

L'UE, et en particulier les pays subissant moins de pressions migratoires et d'asile, devraient jouer un rôle plus actif dans la réinstallation de ces personnes sur leur territoire. De véritables efforts européens où tous les États membres prennent leurs responsabilités peuvent réellement contribuer à éviter que les personnes placent leur vie dans les mains des marchands de la mort.

Nous devrions accorder une attention particulière aux réfugiés les plus vulnérables, comme les enfants, les personnes âgées et les malades afin qu'ils arrivent en toute sécurité dans l'UE. Dans certains cas, cela est possible en délivrant des visas humanitaires ou en offrant la possibilité d'introduire une demande d'asile auprès des consulats des pays de l'UE.

L'UE doit prouver sa capacité d'agir

À la suite des récentes tragédies qui se sont produites, l'UE doit démontrer qu'elle est en mesure de trouver des solutions. Tous les États membres ont fait part de leur volonté commune d'agir en vue d'éviter que de terribles événements du même type ne se répètent. Tous les gouvernements européens ont convenu que cela ne pouvait plus se reproduire. Je suis convaincu que le Conseil européen trouvera des moyens concrets de traduire cette détermination en action.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/10/2013 à 20:59 :
La solution : le retour dans la mère patrie
a écrit le 24/10/2013 à 17:24 :
En même temps normal que la natalité baisse dans ces pays, ils viennent tous pondre en France. Et nous on se retrouve avec 60% d'assisté et 40% de travailleurs. Du coup l'argent disparaît et l'état fait quoi ??? Et bien il TAXE !! Il y aurait moins d'immigré qui viennent juste pour les point positif de la France on n'en serai pas du tout la. Moi je dis une gestion plus que stricte des papiers ect.. Et la on pourra commencer à gagner de l'argent au lieu de ruiner la vie des pauvre français bosseur qui galère avec le pauvre SMIC taxé de partout.
a écrit le 24/10/2013 à 10:01 :
on s'en FOUT DE L'UE ! compris ? !
Réponse de le 24/10/2013 à 10:26 :
Le monde ne se résume pas à votre petit nombril. Les décisions prises au niveau mondial et européen, même si cela vous parait lointain a un impact sur notre vie de tous les jours. En revanche, votre disparition serait à peine remarquée par vos proches. Par ailleurs, c'est bien parce que des individus comme vous se moquent de ce qui les entourent que nos gouvernants peuvent se permettre de faire n'importe quoi.
a écrit le 24/10/2013 à 9:45 :
Visiblement, l'exemple des migrants dans leurs bateaux ne profite pas à cette "dame". L'UE est en train de couler et elle veut accueillir de nouveaux passagers.
a écrit le 24/10/2013 à 8:39 :
pourquoi se presser? on vient de nous piquer 600 millions sur nos PEA pour leur payer la Sécu en France (c'est ce que la Sécu dépense par an pour les sans papiers)
a écrit le 24/10/2013 à 8:14 :
La solution c'est de mettre des frontières a l?intérieur de l'espace européen afin d'en limité le déplacement et d'en facilité la gestion! Ah! On me souffle que c'était le cas avant... alors allant de l'avant!
a écrit le 23/10/2013 à 21:09 :
Que cet article est mal écrit (ou mal traduit ou les deux)... dommage.
a écrit le 23/10/2013 à 20:23 :
Les différents gouvernements qui se sont succédé depuis 40 ans n'ont pas pris la mesure de la gravité qui emmène l'Europe au désastre.
90% des immigrés n'ont pas de formation utile à la nation lorsqu'ils arrivent en pays d'accueil, ce phénomène pose d'ores et déjà de graves problèmes à résoudre pour nos pays d'Europe.
Se cantonner à une situation de consommation pour ces personnes n'est pas la solution, même si ce contexte permet un semblant de souffle économique.
Réponse de le 23/10/2013 à 23:11 :
Que font les autres pays comme le Canada ou la Suède face à ce problème?...pour pouvoir y rester , il faut avoir des bagages, un projet.....ils ne gardent pas de futurs assistés !
Réponse de le 23/10/2013 à 23:54 :
N'allez pas si loin ... Essayez d'avoir une carte verte pour travailler en Allemagne ... Vous avez intérêt à ne pas être un bras cassé ...
Réponse de le 24/10/2013 à 10:04 :
EXACT! il n'y a qu'en France que nous tolérons et entretenons celà, sur le dos de ceux qui se lèvent le matin! politique néfaste, désastreuse! Pauvre France et Français!!
a écrit le 23/10/2013 à 19:35 :
Que fait l'union africaine face à ce fléau?
Réponse de le 24/10/2013 à 21:18 :
Ce qui est grave, c'est qu'on annonce 9 Milliards d'Habitants sur cette terre en 2050-
D'içi là combien de plus en France ?Certaines nationalités ne s'arrêtent pas à 3 enfants.
Un livre est paru : Le choc des civilisations (Samuel Huntington).
Et c'est ce qui nous attend.
a écrit le 23/10/2013 à 16:46 :
Quelques chiffres pour l'année 2013.

Selon l'INED, il devrait y avoir...

3,2 millions de naissances dans l'ex-Zaïre.
1 milllion de naissances en Algérie.
830 000 naissances au Cameroun.
780 000 naissances en Côte d'Ivoire.
710 000 naissances au Mali.
620 000 naissances au Tchad.
510 000 naissances au Sénégal.

La faible baisse de la natalité dans certains pays va poser de gros problèmes dans les années qui viennent.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :