Quelle époque formidable !

 |   |  1147  mots
(Crédits : DR)
Jamais le rythme de changement de nos sociétés n'a été aussi rapide. Mais où est la réflexion, en France, sur les bouleversements du monde, la façon de les appréhender? par Pierre-Yves Cossé, ancien commissaire au Plan

Le monde a basculé. En 1492, Christophe Colomb découvrait l'Amérique. C'était le début de la domination de l'Europe sur le monde. Nous vivons le mouvement inverse. Le poids relatif de l'Europe diminue. De nouvelles grandes puissances sont apparues. Ce retournement est fascinant par sa rapidité. La globalisation, avec l'introduction des nouvelles techniques de transport et de communication explique pour une part ces mutations. Pas complètement. En trente ans, la Chine, est devenue une des économies les plus évoluées et les plus complexes du monde. Comment expliquer un tel rythme ? Le paysage industriel, agricole, social, financier est bouleversé. Les règles du jeu, les rapports de force ont changé. L'Union Européenne, qui apparaissait comme une solution devient une question.

Les sociétés européennes connaissent aussi des changements stupéfiants

Parallèlement à ces changements à l'échelle du monde, les sociétés connaissent des changements aussi stupéfiants ; mise en cause du modèle social et familial, revendications identitaires, nouvelle hiérarchie des valeurs fondées sur les droits des individus au détriment des valeurs collectives.

Ce que nous avons appris est pour une part périmé, comme nos certitudes et nos analyses. Il nous faut réapprendre le monde, notre environnement et changer nos manières de voir. C'est un immense défi intellectuel, comparable à celui de la Renaissance ou du Siècle des Lumières, qui demande de l'audace. Il devrait y avoir, en Europe, une compétition intellectuelle intense pour expliquer, évaluer, apprécier les forces et les faiblesses de ce monde et de cette société nouvelle.

Les mandarins enfermés dans des savoirs cloisonnés

La période est propice à un épanouissement comparable aux « cent fleurs » et à l'émulation entre « cent écoles », souhaitée un bref moment par le président Mao. Le champ est d'autant plus ouvert que les mandarins, experts et autres « sachant » trop souvent enfermés dans des savoirs cloisonnés sont plus ou moins décontenancés et que les politiques, faute de temps consacré à la réflexion, sont manifestement dépassés. Le besoin d'approches nouvelles et transversales, de comparaisons hardies, donc d'esprits neufs est évident et urgent.

Ce besoin peut être satisfait. Jamais le niveau des connaissances n'a été aussi élevé en Europe et dans le monde et les sources de connaissance aussi variées. Jamais le progrès des connaissances n'a été aussi rapide. La mondialisation multiplie les échanges humains et techniques. Les nouvelles techniques de communication mettent à la disposition du plus grand nombre un stock de connaissances chaque jour enrichi.

 Un besoin de réflexions, de débats... mais les trouve-t-on en France?

Il existe d'un côté un besoin immense et nouveau et de l'autre des outils originaux pour y répondre. Il devrait en résulter une jubilation intellectuelle, des réflexions et des débats incessants, une satisfaction extrême pour des citoyens ouverts sur le monde. Est-ce le cas, au moins en France ? On peut en douter.

Il est vrai qu'il existe des obstacles : pléthore et valeur inégale des informations et des connaissances disponibles, "présentisme" qui absorbe le temps et l'énergie d'un grand nombre, tendance à confondre hypothèses et connaissances avec des modes passagères, voire du charlatanisme. La soumission à la rigueur, l'apprentissage de nouvelles méthodes de travail l'acceptation de la contradiction sont des exigences que d'aucuns rejettent.

 Freiner le mouvement

Au-delà des exigences de méthodes, la condition la plus forte pour un épanouissement des esprits est l'appétit de connaissances, la soif de découverte. Cet appétit suppose un minimum d'empathie pour l'objet étudié. Or elle est absente chez trop de Français, qui rejettent la mondialisation- contrairement à la majorité des habitants de notre planète- et préfèrent la caricaturer et se retourner vers un passé idéalisé. Dans la majorité des discours et des écrits, le monde révolu est présenté, comme si les injustices, les inégalités, la violence et l'arbitraire avaient été beaucoup moins fortes que dans le monde actuel. Ce passéisme conduit sinon à souhaiter sinon le retour pur et simple à ce qui existait, au moins le freinage à tout changement, à ce qui est présenté, parfois à tort et à travers comme les «  réformes »

Pourquoi donc se passionner pour le monde présent, en détailler les mécanismes pour en tirer le meilleur parti puisque l'urgence est de gagner du temps et de freiner le mouvement ? Mes concitoyens me font penser parfois à cette scène hilarante du « Soulier de Satin » où des savants exigent que l'on cesse de ruiner des dizaines d'années de travail et que l'on n'invente plus que ce qui a déjà été découvert. Ils ont peur du nouveau.

Une condition de survie collective

Rejeter l'ennui, le "présentisme" et le désintérêt pour notre monde n'est pas seulement un exercice stimulant et salubre sur le plan intellectuel. C'est une condition de survie collective dans les conditions les meilleures possibles.

Mettons de côté les questions oiseuses de « rang » et de « prestige » et cherchons notre place dans ce nouveau monde, en exploitant notre patrimoine physique, intellectuel et moral, qui est considérable et en tirant parti de nos avantages comparatifs.

Gérer la mondialisation

La première étape d'une démarche constructive consiste à se colleter avec ce monde tel qu'il est, sinon à l'aimer, au moins à en reconnaître les points forts. Il nous faut contribuer à gérer la mondialisation, ce qui implique des régulations adaptées à l'échelle nationale, européenne et mondiale.

Ce n'est possible que si l'on se situe à l'intérieur et si l'on dispose de connaissances approfondies en vue de mener de nécessaires batailles intellectuelles et politiques. Il existe des Français immergés dans la mondialisation, des chefs d'entreprise ou des cadres, des chercheurs mais dans les confrontations intellectuelles nous restons trop souvent silencieux, passifs ou déclamatoires. Nous préférons la plainte et la récrimination au compromis éclairé par une vision d'ensemble. Depuis le départ de Bruxelles de Jacques Delors, nous avons été aux abonnés absents, lorsqu'il s'est agi de peser sur les grandes orientations de l'Union Européenne.

Une réforme intellectuelle et morale

Cette étape ne sera pas franchie sans stimulation collective ou pour parler en termes pompeux sans une « réforme intellectuelle et morale » qui mobilise ceux qui en ont la capacité et la volonté et dépasse nos peurs.

Je me félicite d'avoir, durant la dernière partie de ma vie, autant à apprendre et à remettre en cause. Il n'y a pas une semaine où une nouvelle concernant notre société ou notre monde ne me surprenne pas. J'ai une certitude : jusqu'à la fin de mes jours, je ne serai pas menacé par l'ennui. C'est ce que je souhaite à tous les Français.

 

Pierre-Yves Cossé

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/02/2014 à 11:53 :
Bin ouai! ceux qui paratagent votre analyse vivent a l 'etranger, la ou il n y a pas une chappe de plomb intellectuelle et pseudo moral qui bloque tout. La France c'est bien pour les vacances mais pour le reste mieux vaut tenter sa chance ailleurs. Vous auriez 20 ans aujourd hui vous feriez comme nous? Non?
a écrit le 06/02/2014 à 11:10 :
test
a écrit le 06/02/2014 à 1:39 :
C'est normal, les gens sont sur facebook et s'échangent des dizaines d'infos non vérifiés venant de gens qui font de la propagande anti gouvernementale par exemple. Facebook est devenue terre de propagande des extremistes de tous poils, qui veulent rendre les français comme eux, pleins de haine. Et ça marche , les français gobent tout ce qu'ils lisent, si un jour quelq'uun dit sur facebook que des singes vivent sur la lune, on va le croire.
Réponse de le 06/02/2014 à 7:11 :
Voici la conception de la démocratie par un socialiste : empêcher toute pensée déviante...
Réponse de le 09/02/2014 à 14:04 :
C'est vrai...j'étais dans la sonde Chinoise : il y a des singes , sur la Lune...
C'est vrai aussi que l'Iphone , c'est l'outil par excellence des Djihadistes , Islamistes , Trotskystes et autres membres du PS Français , de L'UMP aussi...sans oublier Georges Marchais , dont on a retrouvé la trace ( c'est dans Facebook ).
a écrit le 05/02/2014 à 23:36 :
Epoque formidable si t'es du bon côté de la barrière; un peu moins formidable pour tous les autres qui, je crois savoir, sont la grande majorité :-) cela me rappelle le "ils n'ont pas de pain, qu'ils mangent de la brioche" :-)
Réponse de le 06/02/2014 à 7:41 :
Mais puisque le monsieur vous dit qu'il a de l'empathie, et que ce sont les autres français qui en manquent...
a écrit le 05/02/2014 à 21:13 :
A aucun moment l'espèce humaine a une place dans votre discours. Le mot mondialisation ne doit-il pas effrayer ? Il permet l'opacité, le commerce n'a plus de raison sociale, aucun recours pour le pauvre individu de se protéger, seule la classe sociale priviliégiée pourra se préserver de tous dommages. Il n'y a qu'à voir à qui profite la prépondérance financière, aux nantis comme d'habitude.
a écrit le 05/02/2014 à 18:17 :
Je partagerais volontiers votre analyse si je pouvais ajouter un petit commentaire. Le supposé manque d'ouverture d'esprit et de curiosité me parait fortement entretenu par les "élites" très enclines à décider ce qu'il convient de penser et gare à ceux qui n'entrent pas dans le rang. Avouez que le climat ambiant n'incite pas vraiment à être créatif dans la manière de voir les choses, ni surtout à le proclamer. Les exemples de censure, d'acharnement contre les penseurs alternatifs sont très fréquents, le tout dans une absence marquante de débat de fonds. Ce qui est dommage, c'est que cet appel à plus d'enthousiasme que vous lancez, est aujourd'hui un cri dans le désert tant qu'on ne retrouvera pas un projet de société, aujourd'hui complètement abandonné aux marchés et faisant de l'individu un bon consommateur (la destruction de la famille étant une bonne manière de faire plus d'individus)
a écrit le 05/02/2014 à 18:00 :
L'Europe est un mirage et une énorme désillusion. Je n'aurais jamais cru que l'Europe du Nord aurait laissé tomber aussi salement la Grèce, le berceau de ce qu'il y a de meilleur dans notre civilisation, un pays merveilleux de beauté, avec des vestiges irremplaçables et en danger. Je croyais naïvement que la Grèce aurait été traitée un peu comme la Corse en France. C'est un petit pays qui aurait pu être aidé puissamment par les 500 000 000 d'Européens. L'Europe n'est qu'un syndic mesquin et sans ambition.
a écrit le 05/02/2014 à 17:02 :
plein accord avec votre analyse..... nous entrons dans une époque à très fort enjeux.....

contrairement à vous, je pense que les français sont curieux et ouverts, si tant est que ceux qui pensent, les "élites intellectuelles, économiques et politiques" ouvrent cette porte de la curiosité, intelligemment..... celle de la curiosité et du débat.....

on nous a vendu l'europe, mais l'europe ne s'est elle pas plutôt vendue...?

nous sommes encore en terme de puissance économique, l'égal ou à peu près des USA.... mais nous n'existons pas, ni politiquement, ni philosophiquement, et ne pesons plus rien dans les discutions mondiales.....

l'important est de savoir ou nous voulons aller et qui nous voulons être..... le reste se fera si le chemin est défriché

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :