Les taux d'intérêt obligataires vont augmenter, quoi qu'il arrive

 |   |  748  mots
(Crédits : DR)
Que la croissance reparte au sein de la zone euro, ou que la stagnation perdure, le résultat sera le même: le rendement des obligations va progresser, inéluctablement. Par Xavier Leroy, président de Quilvest Gestion

Le comportement de la courbe des marchés obligataires connaît une rupture. Le nouveau régime de convergence entre les classes d'actifs, qui évoluent de manière coordonnée depuis que les banques centrales ont piloté des achats massifs sur toutes les classes d'actifs, change la donne : les taux obligataires ont désormais de fortes chances d'augmenter quel que soit le scénario économique.

Le changement de cap de la politique monétaire américaine

Les perspectives d'un environnement économique dynamique outre-Atlantique ont logiquement imposé le changement de cap de la politique monétaire américaine. Non sans conséquence. Annoncé dès le printemps 2013, mis en œuvre avec conviction depuis le mois de décembre dernier, le ralentissement du programme d'achat d'actifs de la Réserve Fédérale a déjà impacté les marchés obligataires souverains. Les taux "core" ont intégré assez tôt ce resserrement des conditions monétaires, à tel point que le 10 ans américain a subi une tension non négligeable depuis dix mois, évoluant de 1.6% à près de 2.8%. Dans son sillage, mais avec il est vrai moins d'amplitude, le taux à 10 ans allemand s'est tendu d'environ 50 points de base (0,5 point) sur la même période, pour s'établir aujourd'hui autour de 1,7%.

Un mouvement qui va se poursuivre...

Et ce mouvement est loin d'être terminé. Les prochains trimestres devraient être encore synonymes de hausse soutenue des taux obligataires, avec les risques de déstabilisation que cela comporte. En atteste la rechute récente des marchés boursiers et des devises de certains pays émergents, qui après avoir bénéficié des flux de capitaux étrangers et d'un repli des taux d'intérêt quand la planche à billet américaine tournait à plein régime, subissent les dommages collatéraux du retour à la normale de la politique monétaire de la FED. Pragmatique, la banque centrale n'en modifiera pas pour autant sa ligne directrice - à condition que la croissance économique US conserve le même rythme - qui semble conduire vers l'arrêt total des injections de liquidités dès cette année, ainsi qu'à une hausse de ses taux directeurs en 2015.

... quel que soit le scénario économique

Il est intéressant de constater que cette rupture est en train d'être accompagnée par un renversement significatif du comportement de la courbe des taux, qui ne réagit plus de la même façon par rapport au contexte macroéconomique. Historiquement, on observait jusqu'ici une double corrélation qui influençait sensiblement l'orientation des taux obligataires : l'inflation et la croissance économique avaient tendance à soutenir les taux à la hausse, tandis qu'en situation de désinflation et de décroissance, les taux étaient pressurisés par l'effet baissier de la relance monétaire et de l'appétence des investisseurs pour le caractère refuge des emprunts d'Etat. En résumé, la corrélation était négative entre la performance des obligations souveraines et celle des actions, mais positive entre l'orientation des taux d'intérêt et des actions.

Croissance ou stagnation dans la zone euro, le résultat sera le même: hausse des taux

Aujourd'hui, ce modèle n'existe plus. On assiste au contraire à une forme de convergence entre les classes d'actifs, qui évoluent de manière coordonnée depuis que les banques centrales ont piloté des achats massifs sur toutes les classes d'actifs. Résultat, les taux obligataires ont désormais de fortes chances d'augmenter quel que soit le scénario économique. En cas de retour marqué et durable de la croissance, ce qui n'est pas forcément l'hypothèse la plus convaincante pour la zone euro, les taux "core" vont continuer d'augmenter. En cas de déflation et de croissance très modeste, ou plus encore, de coup de frein économique, l'importance des dettes déjà accumulées par certains Etats, notamment en Europe, devraient accentuer les difficultés de ces derniers à rembourser leurs créanciers. Dans cette situation aussi, les taux longs des pays "core" augmenteront.  

Inévitable à moyen terme, la tension des taux d'emprunt core va nécessiter une nouvelle approche pour les investisseurs, tout particulièrement dans le cadre d'allocations d'actifs diversifiées patrimoniales. Si les emprunts d'Etat américain, allemand ou français perdent de leur statut refuge, si les actions et les obligations évoluent en convergence, il sera désormais bien difficile d'amortir les chocs de certains actifs, par une diversification vers d'autres actifs censés être moins exposés !

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/03/2014 à 14:50 :
Merci pour ce docte discours, qui, comme toujours, évite de dire les choses comme elles sont : on ne peut pas manipuler indéfiniment les taux obligataires. Et on ne devrait jamais les manipuler. C'est comme cracher en l'air : çà finit par vous retomber dans l'oeil.
a écrit le 05/03/2014 à 14:40 :
On nous annonce l'ostérité pour la France en pleine ostalgie avec la société en lutte contre l'administration pour la libération des statuts?
a écrit le 05/03/2014 à 12:29 :
la bce ne laissera pas les taux français italiens ou espagnols monter,sinon c'est la faillite!
Réponse de le 05/03/2014 à 17:36 :
Au contraire, la BCE n'ira pas plus loin, mais la Commission de Bruxelles opérera quelques mises sous tutelle discrètes... Ça devrait suffire.
Réponse de le 05/03/2014 à 17:57 :
@ groouik master

C'est déjà la faillite. Nous sommes à bord du Titanic, l'orchestre joue et le navire coule. Les passagers n'ont réellement senti la fraicheur de l'eau qu'une fois les pieds mouillés.
Réponse de le 05/03/2014 à 18:17 :
Ce que je voulais dire ,c'est que si les taux augmentent,on ne peut plus rouler la dette.Les intérets deviennent trop forts par rapport au budget.Attendez vous a ce que la BCE passe en taux négatifs.Nous n'avons pas le meme levier que les us qui font du déficit public pour créer de la croissance qui permet de contenir les taux(ce qui est aussi stupide mais moins contraignant)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :