La France face à l'intégration productive de l'Allemagne

 |   |  546  mots
Olivier Passet, directeur des synthèses économiques de Xerfi. / DR
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, la France face à l'intégration productive de l'Allemagne

Cela a été maintes fois affirmé, l'Europe qui se voulait un vaste projet intégrateur au service du rattrapage des économies et de l'harmonisation fiscale et sociale, vire au fil des années à l'inféodation de la périphérie par le cœur. Le donneur d'ordre rhénan met peu à peu au pas le reste des régions pour l'intégrer à sa chaîne de valeur, avec pour seule alternative de l'approvisionner à faible coût ou de disparaître. Quelques chiffres pour s'en convaincre même si cette lecture inquiétante de la dynamique industrielle européenne semble simplificatrice, elle correspond à une réalité forte.

Lorsque l'on parle de polarisation industrielle, il est bon d'avoir en tête l'hyper-domination allemande sur quelques secteurs stratégiques, l'énumération parle d'elle-même. L'Allemagne, c'est 53% de la valeur ajoutée européenne dans l'automobile en 2011, la France 5%, c'est 46% dans les équipements, la France 7, c'est 34% dans l'informatique et l'électronique, la France 6, c'est 33% dans la Chimie, la France 13, 31% dans la plasturgie, la France 12,30% dans la métallurgie, la France 11. Voilà aujourd'hui les écarts entre la première et la seconde industrie d'Europe.

Ce qui est au cœur de la machine à exporter allemande

L'Allemagne c'est aujourd'hui 51- 52% d'exportation de biens et de services par rapport à son PIB, mais c'est surtout 45-46% d'importation. C'est considérable pour une économie de grande taille. En France ces ratios sont respectivement de 27 et 29%. Mais si l'on regarde maintenant la part de la valeur ajoutée produite sur le territoire et exportée, le ratio n'est plus de 52 mais de 26%. Autrement dit l'industrie Allemande est une formidable machine à intégrer les composants du reste du monde, pour y ajouter sa valeur propre, la valeur de la marque allemande.

Lorsque l'on regarde maintenant la hausse des importations par origine géographique, que voit-on ? Que les hausses les plus fortes depuis 2007 sont observées dans les PECO, les pays émergents d'Asie, les Pays-Bas, pays de transit des matériaux venus du reste du monde, l'Amérique du Sud, le Portugal, la Turquie, dit, les plus fortes progressions sont observées dans les pays à faible coût du monde ou d'Europe. C'est bien ce que montre la corrélation suivante : les taux de croissance des importations décroissent plus l'on se rapproche de pays à coûts du travail élevé.

Concentration et capacité d'intégrer les avantages compétitifs de sa périphérie européenne et des émergents. Voilà pour simplifier ce qui fait la force du cœur rhénan.

La France ne peut plus aborder sa stratégie industrielle en faisant abstraction de sa position de challenger

Tout l'enjeu pour la France est bien d'inverser le sens de l'histoire dans une union monétaire qui renforce inexorablement la polarisation industrielle autour d'une puissance centrale. D'éviter la vassalisation économique face à un pays qui détient les atouts majeurs pour intégrer ses partenaires dans une plateforme de production servant ses intérêts néo-mercantilistes.

Les alliances, le plus souvent extra-européennes, un déplacement vers des spécialisations différentes ou complémentaires à celles de l'Allemagne, l'appui de l'État seront nécessaires pour aborder ce rapport de force dont on ne prend pas aujourd'hui suffisamment en compte de caractère inégal.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2014 à 9:32 :
Faux, en 1870 la France était plus riche,mais beaucoup moins peuplée,
L'industrialisation n'a vraiment commencée qu'après 1870,ce qui a été un âge d'or jamais retrouvé dans les provinces de langue allemande que l'on a appelées "annexées" alors que le parlement Français avait voté à grande majorité ,l'abandon de ces provinces sur ses frontières linguistiques.
C'est surtout 1914 qui devait sonner le déclin de "l'empire Français" avec l'abandon du franc-or en m^me temps que l'ouverture des hostilités comme solution à cette perte de puissance économique.
a écrit le 12/06/2014 à 7:09 :
Faux, en 1870 la France était plus riche,mais beaucoup moins peuplée,
L'industrialisation n'a vraiment commencée qu'après 1870,ce qui a été un âge d'or jamais retrouvé dans les provinces de langue allemande que l'on a appelées "annexées" alors que le parlement Français avait voté à grande majorité ,l'abandon de ces provinces sur ses frontières linguistiques.
C'est surtout 1914 qui devait sonner le déclin de "l'empire Français" avec l'abandon du franc-or en m^me temps que l'ouverture des hostilités comme solution à cette perte de puissance économique.
a écrit le 11/06/2014 à 23:00 :
Cette suprématie industrielle etéconomique de l Allemagne n´etait elle pas semblable en 1870 et en 1914 ? On sait tous de quelle facon le problème a été "réglé" . !!
Réponse de le 12/06/2014 à 15:54 :
papa fox Quand la France fermait ces usines les allemands conservés les leurs ainsi que le savoir faire qui va avec,pas besoin de revenir à Pépin le Bref ,pour effectuer ce constat.On c'est engouffré dans la mondialisation sans voir le danger économique qui allait advenir.Les Allemands rigolent,cela n'est que justice pour eux.Nos politiques(de tous bord) sont quand même des pointures.Gouverner c'est prévoir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :