« Le fonctionnement de l’Etat doit changer de fond en comble » Denis Payre, (Nous Citoyens)

 |   |  1416  mots
Denis Payre vient de confier la présidence de « Nous Citoyens » à Jean-Marie Cavada. Député européen, l’ancien journaliste, a quitté l’UDI pour rejoindre ce « parti de la société civile » qui veut bousculer la politique traditionnelle et a fait voix aux dernières élections européennes.
Denis Payre vient de confier la présidence de « Nous Citoyens » à Jean-Marie Cavada. Député européen, l’ancien journaliste, a quitté l’UDI pour rejoindre ce « parti de la société civile » qui veut bousculer la politique traditionnelle et a fait voix aux dernières élections européennes. (Crédits : DR)
Denis Payre, fondateur du mouvement « Nous Citoyens », une réponse au « Moi, président » de François Hollande, a été reçu vendredi 12 septembre dans le cadre du Club Entreprise La Tribune-Chambre de commerce de Paris-Ile-de-France. L’entrepreneur y a détaillé le projet de son « parti de la société civile » qui présentera des candidats aux régionales de 2015 et à la présidentielle de 2017.

LA TRIBUNE - Comment sortir de la crise économique et politique dans laquelle est plongé notre pays ?

Nous devons nous remettre sérieusement en question. Face à l'impuissance du personnel politique, qui n'a rien réformé en profondeur depuis plus de trente ans, la société civile doit prendre son destin en main.

Aujourd'hui, raisonner en fonction de la gauche ou de la droite n'a plus de sens. L'une comme l'autre passent à côté des sujets et se voilent la face sur les problèmes du pays en cherchant sans cesse des boucs émissaires : la finance pour certains, les immigrés ou l'Europe pour d'autres...

La priorité est de remettre les finances d'aplomb et d'améliorer la compétitivité des entreprises pour retrouver la croissance et l'emploi. Les gouvernants doivent dire vérité et réaliser des réformes audacieuses comme le retour aux 39 heures de travail hebdomadaire et aux 5 semaines de congés pour tous. Les Français sont assez raisonnables pour entendre ce discours et porter au pouvoir ceux qui ne céderont pas à la démagogie.

Quels sont les blocages qui empêchent ces réformes ?

Le poids des dépenses publiques, bien supérieur à la moyenne des pays européens, pénalise la croissance, la productivité et l'emploi. C'est un fait : l'Etat est mal géré. Son fonctionnement doit changer de fond en comble, ce qui permettrait d'énormes économies. Pour diminuer les dépenses, nous devons commencer par réduire le nombre de fonctionnaires. Le recrutement de 60.000 fonctionnaires dans l'Education nationale décidée par François Hollande est complètement aberrant.

Savez-vous que la France emprunte tous les jours 800 millions d'euros pour payer les salaires de ses fonctionnaires ? Il faudrait supprimer 800.000 fonctionnaires en cinq ans, en profitant des départs à la retraite et en incitant au départ. Cela peut se faire sans brutalité. Si nous ne nous en occupons pas vite, les marchés nous obligeront à le faire de façon brutale car ils ne supporteront plus longtemps l'escalade des déficits.

Il faut également améliorer le fonctionnement des services publics. Notre système éducatif, par exemple, figure à la fois parmi les plus coûteux dans le monde développé et aussi parmi les moins performants. Paradoxalement, nos professeurs sont parmi les plus mal payés. Aujourd'hui, ce sont les syndicats qui gèrent le personnel dans l'éducation nationale et dans les hôpitaux. Ce sont eux qui décident des promotions, entre autres. Est-ce normal ? Je pense que les chefs d'établissements devraient être de vrais managers, qui décident eux-mêmes avec quels professeurs ils veulent travailler et qui les évaluent régulièrement. Il faut remettre à plat le fonctionnement des administrations.

Faut-il commencer par changer les règles de la vie politique ?

Absolument. Nous avons affaire aujourd'hui à des politiques de carrière qui ne sont plus au service de l'intérêt général mais qui sont dans une logique de réélection. Je pense que l'engagement politique doit être de courte durée. Trois ou quatre mandats au maximum dans toute une vie.

Cela permettrait d'éviter qu'un député européen UMP avoue les pires turpitudes dans l'affaire Bygmalion au lendemain de son élection, ou qu'un député de Saône-et-Loire explique qu'il a une phobie administrative pour justifier ses problèmes avec les impôts...

Les fonctionnaires sont surreprésentés dans la vie politique, autant à gauche qu'à droite. L'Assemblée nationale compte 55% de fonctionnaires alors qu'ils représentent seulement 20% de la population active. Ils doivent être représentés, mais pas sur-représentés, c'est un déni de démocratie pour le reste de la population.

Quelles pistes préconisez-vous en matière d'emploi ?

Il faut lever tous les verrous qui empêchent la création d'emploi. Quand on est chef d'entreprise, la main tremble au moment de signer un CDI. Car les patrons savent que s'ils rencontrent un jour un problème avec la personne, ou si l'entreprise traverse des difficultés, rompre le contrat sera difficile et ruineux.

En Suisse par exemple, les motifs de licenciement n'existent pas et les procédures sont moins longues et moins coûteuses. Bien sûr, le salarié doit être indemnisé correctement, nous proposons de nouveaux droits et nouveaux devoirs dans lesquels les indemnités sont augmentés, mais il s'agit de simplifier la séparation.

Tous les pays qui sont aujourd'hui proches du plein emploi sont plus flexibles que la France dans ce domaine. Chez nous, un tiers des PME sont en sous-effectifs car les patrons ont tout simplement peur de signer des CDI ! C'est nocif pour tout le monde, car cela conduit à la multiplication des CDD, de l'intérim, des stages, et ce sont les plus jeunes qui en souffrent le plus et les seniors, tous ceux qui sont les plus éloignés de l'emploi.

Faut-il également réformer la fiscalité ?

La fiscalité n'est que le miroir d'une dépense publique excessive. La France prélève 120 milliards d'euros de plus par an à la collectivité que nos voisins européens, soit l'équivalent de 4 Ministères de la Défense de plus ! Mais notre modèle n'est pas plus social que celui la plupart de nos voisins européens.

Nous avons également un problème de répartition de l'impôt. Taxer les plus riches à ce point revient à se tirer une balle dans le pied. La fiscalité ne doit pas être confiscatoire. Il devient difficile pour ceux qui ont du patrimoine de rester en France car ils sont en rendement décroissant : 100 de patrimoine aujourd'hui vaudra 30 dans 20 ans !

Il faut réconcilier la nécessaire solidarité et la prospérité, car la prospérité est indispensable pour financer cette solidarité. Quant aux petits entrepreneurs, ils ne supportent plus la stigmatisation systématique de la gauche et de la droite à l'encontre des entreprises.

La réforme territoriale de François Hollande va diminuer le nombre de régions de 22 à 13. C'est un pas dans la bonne direction ?

C'est insuffisant. Il faudrait créer huit grandes régions et supprimer les départements. La France compte 12% de la population européenne mais 40% des collectivités ! Des échelons inutiles doivent être supprimés. Le département tout d'abord, mais aussi la commune. 36 000 communes, c'est beaucoup trop. Il faudrait que les actuelles communautés d'agglomération deviennent des communes. Les maires actuels resteraient mais ils deviendraient comme des maires d'arrondissement.

La France peut-elle et doit-elle peser davantage en Europe ?

L'Union européenne est terriblement imparfaite mais il ne faut pas oublier qu'elle garantit la paix depuis 70 ans. Dans un environnement mondialisé, elle est un atout pour porter un autre modèle, celui d'une économie sociale de marché qui respecte l'équilibre entre la création de richesses et la solidarité. Mais pour peser, il faut mutualiser nos moyens. Le budget du renseignement américain par exemple est supérieur au budget de la défense française. En matière de lutte contre l'immigration, nous devons protéger nos frontières de manière plus efficace et plus humaniste.

Il faut aussi se regarder honnêtement dans le miroir : l'Europe fonctionne mal aujourd'hui en grande partie à cause de la France. Nos dirigeants ne sont plus porteurs d'aucune vision, d'aucune conviction. Nous avons eu trois secrétaires d'Etat aux affaires européennes depuis 2012 ! Il s'agit du sujet le moins prioritaire alors que cela devrait être l'inverse. La France qui fut le moteur européen avec l'Allemagne est devenue l'homme malade de l'Europe. Nous devons nous battre pour retrouver notre place.

Vous avez écrit que « la France est une surdouée qui s'ignore ». Notre pays gâcherait donc son potentiel ?

Je suis convaincu que nous avons tout pour réussir, particulièrement dans la mondialisation. Je l'ai vécu moi-même en tant qu'entrepreneur. Lorsque j'ai lancé Business Objects [un éditeur de logiciel, ndlr], j'ai commencé avec 10.000 euros dans un secteur dominé par les Américains, et j'ai réussi.

Les Français ont une créativité exceptionnelle. Nous avons tout de même inventé le cinéma et co-inventé l'aviation. Nous sommes très performants dans l'automobile, dans le monde artistique et aussi dans l'industrie.

La « marque » France fait rêver le monde entier. Elle reste aujourd'hui un levier sur lequel nous pouvons nous appuyer. Le problème de la France n'est pas qu'elle manque de talents, mais qu'elle a beaucoup de boulets aux pieds qui l'empêchent de prospérer autant qu'elle le devrait.

_______

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/06/2015 à 18:57 :
Bon, ben si l'Europe garantit la paix, moi j'vous garantis que je ne voterais pas pour vous...
a écrit le 27/09/2014 à 15:57 :
On est un peu dans les poncifs simplificateurs. Sur 57% de "dépenses" la moitié représente des transferts et baisser un transfert a le même effet sur les gens et sur l'économie qu'augmenter un impôt. Cette partie croît évidemment comme la population. Le premier ratio élevé par rapport au PIB est celui des retraites...parce qu'on n'a pas de fonds de pension..et le second celui de la défense parce qu'on a la dissuasion. Enfin le discours sur le surcoût de l'enseignement n'est vrai que pour le secondaire (coût très inférieur toutefois à celui des US pour une efficacité équivalente)
a écrit le 19/09/2014 à 15:14 :
Avant de demander à ceux qui travail déjà de travailler d'avantage, arretons de payer les député qui ne vont pas aux séances, et arretons de surpayer les chomeurs professionnels, attribué le rsa aux personnes valide, ...
a écrit le 19/09/2014 à 11:21 :
S'il se présente aux présidentielles, je vote pour lui !
Réponse de le 19/09/2014 à 13:00 :
Avant de taper, comme toujours, sur les fonctionnaires faudrait aussi voir à supprimer RSA, CMU et autres primes pour l'emploi qui font que aujourd'hui les classes moyennes qui travaillent ont au final moins de fric que ceux qui se la coulent douce à la maison ou au PMU.
a écrit le 18/09/2014 à 20:02 :
Clair et net. Mais bon, ceux qui tiennent la gamelle ne la lacheront pas. On parie ? La France est ruinée par les fonctionnaires. Les fonctionnaires ne feront jamais aucun effort, ils vivent dans un monde parallèle, celui où l'argent tombe du ciel. Pas de bol, le ciel c'est les impôts...
Réponse de le 19/09/2014 à 12:55 :
Les fonctionnaires aussi paient des impôts.
Réponse de le 27/09/2014 à 15:51 :
Chez les cadres A et particulièrement les profs, on a de plus en plus de mal à recruter. Pour avoir été fonctionnaire (dieu soit loué, je ne le suis plus), je pense qu'on raconte vraiment beaucoup de sottises sur le sujet...
a écrit le 18/09/2014 à 12:59 :
Enfin la vérité et du bon sens !! Mais.. Alas! Le plupart des français sont sourds et muets ;)) !!

Soutenu et encouragé par beaucoup de français, des mon songes et d’illusions perpétues par des politiques, de gauche et de droite perdurent depuis 3 décennies !!
a écrit le 18/09/2014 à 7:50 :
Au pouvoir depuis 40 ans, l' UMP et le PS ont offert aux Français : 2000 milliards de dettes, chomage de masse (+ 5 millions de chomeurs), paupérisation de la population (+ 9 millions de pauvres dont + 2 millions d'enfants), corruption généralisée, négationnisme et politique d'analphabétisation (+ facile de gouverner des idiots bien formatés), politique d'immigration massive (+ 10 millions d'immigrés) et politique d'insécurité. Ce qui est sur, c'est que l' UMP et le PS ont détruit et détruisent toujours la France. UMP = PS = UMPS = les fossoyeurs de la France
Réponse de le 18/09/2014 à 10:39 :
ancun élu n'ose prendre des mesures nécessairement impoopulaires nuisant à leur reéléction
Réponse de le 18/09/2014 à 20:03 :
Les fonctionnaires et hauts fonctionnaires bloquent tout, égoïstement. Ils préféreront tuer père et mère plutôt que de percevoir une retraite calculée honnêtement par exemple...
a écrit le 17/09/2014 à 22:09 :
en synthése , la grande majorité des commentaires estime que les idées avancées sont bonnes , mais qu'elles en peuvent etre appliquées ; au fait : pourquoi ?
essayons de réfléchir ensemble aux moyens nécessaires pour passer du concept à l'action.
Réponse de le 18/09/2014 à 20:04 :
Ce qui bloque ? Les fonctionnaires... C'est tout simple et facile à comprendre.
a écrit le 17/09/2014 à 22:06 :
Quand est-ce qu'on remplacera ces "yaka changer ça coûte trop" par une méthode?
1) Identifier et chiffrer les missions actuellement réalisées par les différentes entités publiques
2) Identifier les doublons à partir de 1) : Répartir clairement les rôles des différentes entitésQuand est-ce qu'on remplacera ces "yaka changer ça coûte trop" par une méthode?
1) Identifier et chiffrer les missions actuellement réalisées par les différentes entités publiques
2) Identifier les doublons à partir de 1) : Répartir clairement les rôles des différentes entités
3) Mettre à mort les processus papiers dont le traitement n'est pas automatisé
4) Renforcer les moyens de contrôle en permettant les croisements de données et automatiser ces derniers au maximum
5) Mettre en commun les commandes redondantes des collectivités
6) Supprimer les aides publiques inefficQuand est-ce qu'on remplacera ces "yaka changer ça coûte trop" par une méthode?
1) Identifier et chiffrer les missions actuellement réalisées par les différentes entités publiques
2) Identifier les doublons à partir de 1) : Répartir clairement les rôles des différentes entités
3) Mettre à mort les processus papiers dont le traitement n'est pas automatisé
4) Renforcer les moyens de contrôle en permettant les croisements de données et automatiser ces derniers au maximum
5) Mettre en commun les commandes redondantes des collectivités
6) Supprimer les aides publiques et les niches inefficaces ou nuisibles (APL permettant juste aux locataires de verser des rentes plus élevées que ne le permettent leurs revenus par exemple)
7) Donner une vision claire aux citoyens de l'usage de leurs impôts
8) Rembourser la dette avec les gains
aces ou nuisibles (APL permettant juste aux locataires de verser des rentes plus élevées que ne le permettent leurs revenus par exemple)
7) Donner une vision claire aux citoyens de l'usage de leurs impôts
8) Rembourser la dette avec les gains

3) Mettre à mort les processus papiers dont le traitement n'est pas automatisé
4) Renforcer les moyens de contrôle en permettant les croisements de données et automatiser ces derniers au maximum
5) Mettre en commun les commandes redondantes des collectivités
6) Supprimer les aides publiques inefficQuand est-ce qu'on remplacera ces "yaka changer ça coûte trop" par une méthode?
1) Identifier et chiffrer les missions actuellement réalisées par les différentes entités publiques
2) Identifier les doublons à partir de 1) : Répartir clairement les rôles des différentes entités
3) Mettre à mort les processus papiers dont le traitement n'est pas automatisé
4) Renforcer les moyens de contrôle en permettant les croisements de données et automatiser ces derniers au maximum
5) Mettre en commun les commandes redondantes des collectivités
6) Supprimer les aides publiques et les niches inefficaces ou nuisibles (APL permettant juste aux locataires de verser des rentes plus élevées que ne le permettent leurs revenus par exemple)
7) Donner une vision claire aux citoyens de l'usage de leurs impôts
8) Rembourser la dette avec les gains
aces ou nuisibles (APL permettant juste aux locataires de verser des rentes plus élevées que ne le permettent leurs revenus par exemple)
7) Donner une vision claire aux citoyens de l'usage de leurs impôts
8) Rembourser la dette avec les gains
a écrit le 17/09/2014 à 20:59 :
D’accord pour l’appliquer, mais avant, la population française doit être avertie que rien n’est possible sans augmenter la quantité de travail de chacun et son efficacité, en particulier dans la fonction publique. Un exemple simple, entre beaucoup d’autres, les pilotes d’Air France qui ne lâcheront pas facilement leur fromage sans casser les jouets des autres. Sera-t-il possible d’obtenir cette mutation de la société française sans une solution externe, comme une révolution ?
Réponse de le 18/09/2014 à 20:05 :
La dernière fois qu'on a été sauvé, c'était en 1956 par les américains (et les australiens et les canadiens). Pas sûr qu'ils aient envie de revenir !!!
a écrit le 17/09/2014 à 16:52 :
Inaudible dans la presse audio vidéo
bien dommage vous criéez pas assez fort Mr Payre.
PLUS FORT PLUS FORT

j'entend toujours rien dommage je signerais bien
a écrit le 17/09/2014 à 15:08 :
Oui pour moins d'impot sur les revenus du travail et plus d'ISF (car trop compliqué à controler, un vrai gruyère les capitaux pouvant facilement etre cachés à l'etranger)

Par contre il faudrait une taxe importante sur les plus value immobilière et sur le capital investit dans l'immobilier :
- impossible de cacher un bien immobilier
- les investissements financiers dans de l'immobilier ancien ne servent qu'a créer une bulle sur l'immobilier et à spolier les locataires.

Il faut a tout prix assurer aux jeunes qui travaillent des possibilités de "devenir riche" pour les motiver aux boulot => CDI + peu d'impot sur revenu
En contreparti comme il faut quand meme taxer, l'immobilier ancien est le candidat parfait car non delocalisable et les investissements sont non productifs

(une taxe sur le patrimoine en action est contreproductive : les investisseurs achetent des actions a l'etranger, les societes francaises sous evaluées se font racheter. il ne faut pas trop taxer les investissements long terme (>3ans) en action)
Il ne faut pas non plus trop taxer l'immobilier nouveau qui créer des emplois et permet de faire face a la pénurie de logement
a écrit le 17/09/2014 à 14:20 :
Vous prêchez un convaincu. L'Etat doit se contenter des fonctions régaliennes uniquement comme la santé, l'éducation et la régulation des transports et ses infrastructures. Il ne doit pas servir de vache à lait ou de faux nez à tout un tas de corporations qui vivent grassement sur la bête (les politiques par exemple).
Réponse de le 17/09/2014 à 16:13 :
Ce que vous citez ne sont pas des fonctions régaliennes. Seules police, justice et armée en sont car elles ne peuvent être déléguées par l'état. Vous nous donnez la preuve que l'embrigadement intellectuel est tel en France qu'il est absolument inconcevable de transférer, tout du moins en partie ces missions au privé et de voir la dérive complète du système de sécurité sociale (> 500 milliards d'euros par ans) dont la cour des comptes ne cesse de signaler les gabegies incensées. Evidemment remettre en cause ce système c'est être un affreux "ultra-libéral"...
a écrit le 17/09/2014 à 13:41 :
pour Georges (Moustaki):

"Nous avons toute la vie pour nous amuser
Nous avons toute la mort pour nous reposer"

Avec lui je dis CARPE DIEM
a écrit le 17/09/2014 à 13:14 :
Il faut quand meme se rejouir que quelqu'un tente de proposer un alternative a un PS sans souffle en engluer dans son ideologie, un UMP corrompue jusqu'a la moelle et un FN toujours aussi haineux et sterile.
a écrit le 17/09/2014 à 12:34 :
tel est ma devise; ni communisme ni capitalisme !!!
a écrit le 17/09/2014 à 11:16 :
Tous ceux qui font confiance a cet imposteur devraient revoir le débat face a MMe LEpen ou il s'est fait rétamer en moins d'une minute:il prétendait que si on sortait de l'euro le prix des carburants exploserait:Le pen lui a fait remarquer que le prix des carburants c'était surtout des taxes non soumises aux variations de devises.Franchement ,quel amateur!
Réponse de le 17/09/2014 à 12:02 :
ah oui. et votre chère Marine va supprimer les taxes sur le carburant si elle arrive au pouvoir ??!! arrêtez d'être totalement aveugle.
a écrit le 17/09/2014 à 11:03 :
Constat clair, net et précis. Analyse pertinente. Propositions pragmatiques, efficaces et constructives. Ceci dit, je remettrai également à plat, le système "politicien" : ils sont trop nombreux avec des avantages et des indemnisations datant d'une autre époque, des pratiques trop obscures et des obligations tellement minimes que cela en devient ridicule. en fait, la France a besoin d'être restructurée, réformée en profondeur ... à tous niveaux. Dans le cas contraire, l'incohérence, les blocages et les incompréhensions, perduront !
Réponse de le 17/09/2014 à 11:06 :
bien ! très bien !!
a écrit le 17/09/2014 à 10:49 :
Des vérités, des pistes intéressantes, mais qui va vraiment se charger de les appliquer???? !! miroir aux alouettes, encore ?.....
Réponse de le 17/09/2014 à 11:21 :
bah, porte toi candidat.
et montre que tu sais mieux faire.
a écrit le 17/09/2014 à 10:37 :
Il faut favoriser la demande en restaurant l'étanchéité du pneu crevé que sont nos économies livrées au libre échange mondialisé, selon la bonne remarque d' Alfred Sauvy en 1981 " Si on fait une politique de la demande, c'est comme si on gonflait un pneu crevé. La demande va s'en aller au dehors ! Un enfant sait cela !"
Ce n'était pas un spécialiste de l' Économie, mais il était d'une lucidité rare, ce que souligne cette semaine Antoine Delhommais dans un grand magazine.
Par contre Maurice Allais a bien mis le doigt sur l'erreur du libre échange mondialisé.
Nous ne voulons pas revenir là-dessus ? Nous coulerons !
Réponse de le 17/09/2014 à 10:45 :
libre échange ? échangistes ?
a écrit le 17/09/2014 à 10:33 :
C est formidable, il met a la tete de son parti un type né en 1940 (74 ans !!!) qui fait de la politique depuis 10 ans deja ! C est sur que ca ouvre une alternative :-(
PS: pourquoi ne pas demander a Giscard, Couve de Murville ou Roland Dumas d adherer ?
a écrit le 17/09/2014 à 10:30 :
Si les questions et les réponses sont toujours les mêmes, le discours est assez éculé comme ça. Rien de neuf. Oui, il y a de bonnes remarques mais toujours dans le même sens : les classes moyennes et les pauvres doivent se sacrifier à cette économie de rentiers.
Réponse de le 17/09/2014 à 13:13 :
Si le discours sur la reforme est deja entendu c'est bien parce que RIEN n'a ete fait depuis 2 ans ni depuis 10 ans : entre Chirac le pleutre qui mit la poussiere sous le tapis autant que possible, Sarko qui promit la reforme voire la rupture pour se defroquer a la moindre grogne, et maintenant un guvernement socialo qui en bon gauchistes a mis ses oeilleres ideologiques, nous avons eprdu une decennie. Et plus nous attendons, plus les reformes seront douloureuses (sabrer a l'aveugle dans les aides, bosser plus pour rembourser la dette).
a écrit le 17/09/2014 à 10:30 :
La fin est interessante mais helas le debut est plus que decevant. On dirait un discours de l UMP de base. Vous croyez vraiment que les 35 h sont la cause de tous les problemes ? Et vous croyez vraiment que faire travailler les gens plus pour gagner autant va se passer sans probleme ? vous allez encore plus demotiver les gens ! Surtout si comme l UMP vous prenez bien soins d epargner les autres categories (comme les retraités) de tout effort !
Quand a la tirade sur les fonctionnaires... Comment comptez vous en reduire le nombre ? attendre que leur nombre se reduise avec les departs a la retraite est le degre 0 de la politique . Pire ca ne marche pas comme l a tres bien vu Sarkozy: car il y a des domaines ou vous etes quand meme obligé d embaucher (ex police, armee, hopitaux) et des domaines ou ils ne servent a rien mais que vous pouvez pas fermer (par ex l informatisation des impots devrait se traduire par une fonte massive des effectifs). Pire, Sarkozy a meme réussit a creer des postes de fonctionnaires dans des domaines completement inutile, comme l Hadopi afin de faire plaisir a ses copains cultureux
Réponse de le 17/09/2014 à 11:13 :
+1.SArko a fait pire:il a crée des agences d'état pour camoufler l'augmentation des emplois publics.Se méfier de Denis PAYRE:sur les retraites par exemple ,c'est le type de libéral pret a reculer l'age de départ(du privé surtout)en conservant les régimes spéciaux.Alors qu'on sait que la réforme la plus juste est la retraite par points
a écrit le 17/09/2014 à 10:17 :
de la politique est là.
Bon courage pour déloger la noblesse étatique en place.
Réponse de le 17/09/2014 à 10:41 :
il faudra reprendre "les fourches"....nous allons avoir de nouveau du sang, des larmes...? c'est ce qu'ils veulent, on dirait......
a écrit le 17/09/2014 à 10:13 :
Il a raison, donc il ne sera pas écoute!
a écrit le 17/09/2014 à 10:04 :
Enfin un être sensé et intelligent, un entrepreneur et un gestionnaire, bien loin de ces profs et énarques, de ces fonctionnaires qui nous gouvernent. Mais une grande réforme serait aussi à entreprendre, celle des rémunérations et retraites, des cumuls de l'ensemble de la classe gouvernementale....personne n'a encore affiché ce qu'ils coûtent à la France.
a écrit le 17/09/2014 à 9:40 :
Encore... un ramassis de "yaka fokon neries"; heureusement énoncées par un inconnu... qui va le rester. Lui aussi vilipende les "dépenses publiques"; sans jamais (ainsi que le font ses homologues) s'interroger sur ce qu'elles recouvrent; et qui n'a rien à voir avec des pays voisins. Qui te balancent des centaines de milliers d'employés, sans avoir lu Leontieff. Qui s'étonne de la sur représentation des fonctionnaires dans les assemblées, et qui ne pipe mot sur le fait que le secteur privé est toujours prompt à donner des leçons, sans jamais avoir les c...onvictions de se présenter aux suffrages. Bref, un inutile.
Réponse de le 17/09/2014 à 22:19 :
Tiens un fonctionnaire profiteur du système. Quant aux comparaisons avec des pays voisins venez voir en Suisse et lisez le programme de Nous Citoyens avant de proférer vos anathèmes à deux balles.
Réponse de le 19/09/2014 à 13:58 :
Si c'est si bien que ça la Suisse, allez-y.
a écrit le 17/09/2014 à 9:25 :
Puisqu'il fait référence à la Suisse, pourquoi ne pas instaurer le même système démocratique chez nous, ou le peuple serait appelé à trancher sur les grandes réformes ??
Les partis politiques et les syndicats sont le véritable cancer de notre société et pour s'en sortir il faut rendre le pouvoir au peuple.
Réponse de le 17/09/2014 à 9:37 :
le peuple ignorant, grincheux et frileux est aussi un cancer.
Réponse de le 17/09/2014 à 9:56 :
le peuple ? La populace plutôt...
Réponse de le 17/09/2014 à 10:42 :
non, non. la France d'en haut, comme la France d'en bas.
Réponse de le 17/09/2014 à 10:43 :
oui, constatation déplorable : les Français sont devenus très " frileux"....
Réponse de le 17/09/2014 à 11:43 :
Non, je pense plutôt que le peuple est devenu anesthésié par des médias à la botte des pouvoirs en place, qui désinforment en permanence.
Voir le nouveau livre de Laurent Obertone : "La France Big Brother" qui en dit long sur les médias de ce pays ...!!
a écrit le 17/09/2014 à 9:10 :
Ce sont les syndicats qui décident des promotions ? N'importe quoi ! Il y a des commissions paritaires ! Assez de désinformation ou d'ignorance !
a écrit le 17/09/2014 à 9:09 :
Je vous jure que je voterais pour lui ! (s'il se présente)
Réponse de le 17/09/2014 à 9:57 :
VOTER POUR QUI ?
a écrit le 17/09/2014 à 9:07 :
Je vote pour lui !
Réponse de le 17/09/2014 à 10:21 :
eh peuchère moi aussi je vote pour LUI !!!
Réponse de le 17/09/2014 à 10:23 :
je vote pour Lui !!!
Réponse de le 17/09/2014 à 10:41 :
je vote pour lui itou
a écrit le 17/09/2014 à 8:50 :
"Tant que la politique sera l'affaire de professionnels, les intérêts personnels passeront - à fortiori - avant les intérêts communs (...) aucun responsable politique ne prendra jamais une décision qu'il sait pourtant indispensable au bien de tous si cette décision aura pour effet de ruiner sa carrière" Récit idéaliste "les corps indécents". Simple question de bon sens. Quand à supprimer un million de fonctionnaires c'est bien joli mais pour en faire quoi ? Un million de chômeurs supplémentaires ?
Réponse de le 17/09/2014 à 9:11 :
Pourquoi ne pourraient ils pas travailler dans le privé? Pourquoi dont on accepter qu'un million de personnes vivent sciemment aux crochets des autres avec des emplois créés artificiellement ? On n'est pas sensé être en URSS...
Réponse de le 17/09/2014 à 9:55 :
ne touchez pas aux fonctionnaires ! ils font vivre le pays autant que les autres salariés ! taxons plutôt les riches les fraudeurs les spéculateurs les patrons voyous du privé!!! ne vous trompez pas de cible ! des professeurs, des infirmières, des policiers, des juges, des postiers il en faut ! et il en faudra toujours !!!
Réponse de le 17/09/2014 à 10:58 :
Parce qu'il n'y a pas de fraudeurs dans le public ?
Réponse de le 17/09/2014 à 12:37 :
mais il y en a partout bien sûr mais il y en a sûrement plus dans le privé !!!
a écrit le 17/09/2014 à 8:21 :
faut tout raser, jusqu'aux racines ! tout est absolument POURRI !!
a écrit le 17/09/2014 à 8:06 :
"Tant que la politique sera l'affaire de professionnels, les intérêts personnels passeront - à fortiori - avant l'intérêt commun " Récit idéaliste "les corps indécents". Aucun responsable politique ne prendra une décision qu'il sait indispensable au bien de tous si cette décision a pour effet de ruiner sa carrière. Simple question de bon sens. Quand à supprimer un million de fonctionnaires pour en faire quoi ? Vous trouvez qu'il n'y a pas assez de chômage pour en rajouter un million de plus ?
Réponse de le 17/09/2014 à 22:23 :
Supprimer un million de fonctionnaires, pas en les licenciant mais en ne les remplaçant pas et en changeant leur statut délirant pour les contraindre à la mobilité. Ensuite privatiser les fonctions non régaliennes. En 10 ans il y en aura 500.000 à un million de moins. Rappel: embauche d'un fonctionnaire = deux chômeurs de plus
a écrit le 17/09/2014 à 8:00 :
Voilà une position parfaite de bon sens. Reste à mettre en oeuvre ses recommandations, ce qui est quasi-impossible dans un système conçu pour se maintenir par la corruption.
Réponse de le 17/09/2014 à 8:22 :
ABSOLUMENT!!
a écrit le 17/09/2014 à 7:49 :
Totalement d accord...ce n est pas un homme politique....et comme ils verouillent le systeme avec les syndicats...collusion d interets....peur que le verrou ne s ouvre pas..il faudra le faire sauter...
Réponse de le 17/09/2014 à 15:22 :
vous touchez au noyau dure , il y a beaucoup d'argent derrière et pour avoir la paix tout ce petit monde se supporte .
a écrit le 17/09/2014 à 7:42 :
Ras le bol des mon songes et d’illusions perpétués par la gauche et la droite depuis 30 ans!!
Réponse de le 17/09/2014 à 8:23 :
ouais! parce que vous pensez vraiment que ça va se réaliser?? mon pauvre ami !
a écrit le 17/09/2014 à 7:11 :
D'accord avec des idées qui coulent de sens. Le problème c'est qu'avec la France au pouvoir des fonctionnaires également députés l'application est impossible sauf à faire un coup d'état;
a écrit le 16/09/2014 à 23:54 :
J'ai voté pour eux aux européennes... c'est le seul parti dont le discours n'est pas basé sur du pipeau idéologique, qui n'est pas sous controle des fonctionaires et qui n'explique pas que tout est de la faute de l'Europe. Payre est le seul dirigeant de parti qui a créé de l'emploi! Comment peut on resté scotché aux balivernes du PS, au vide de l'UMP (qui attend le retour de Jésus) ou du FN (qui n'a rien à dire sur la réforme de l'Etat et dont les propositions économiques n'ont rien à envier à celles de Mélenchon)
a écrit le 16/09/2014 à 23:27 :
qui ne donne que des CDD pour mieux licencier ses employés
a écrit le 16/09/2014 à 23:21 :
je suis tout ça !
a écrit le 16/09/2014 à 22:28 :
Espérons Bruno Lemaire le seul qui semble honnête dans toute cette classe politique a vomir
Réponse de le 16/09/2014 à 23:51 :
Tu t'es intéressé au poste de sa femme? Comment sortir une pareille énormité?
Réponse de le 17/09/2014 à 10:06 :
lemaire ? Qui c'est celui-là ? Connais pas ...
Réponse de le 17/09/2014 à 10:25 :
moi je connais le maire de mon village c'est tout !
a écrit le 16/09/2014 à 21:26 :
On ne ne peut etre que d'accord avec ces propositions de bon sens.
1 exemple:Etant moi meme maire d'une petite commune depuis de nombreuses années, j'adhére totalement ( et je ne pense pas etre le seul) à l'idée de réduire drastiquement le nombre de communes .
+ généralement , il faut maintenant que la société civile prenne la main , car le monde politique est totalement décrédibilisé .
a écrit le 16/09/2014 à 21:15 :
Bravo !!! Frnce needs more people like Denis
a écrit le 16/09/2014 à 21:14 :
Discours intéressant... mais la question est comment passer de la situation actuelle à celle qui est décrite. D'autant qu'on peut penser que ce ne sont pas les syndicats ou les députés actuels qui vont pousser dans ce sens. Pour l'instant, je ne connais qu'un député qui ait démissionné de la fonction publique (Bruno Lemaire) ... pour donner un exemple qui n'a pas été suivi....
Réponse de le 17/09/2014 à 8:25 :
c'est quasi impossible! le système (qui le délogera???? ! ) est fait, pour la CORRUPTION!
a écrit le 16/09/2014 à 21:07 :
il faut en parallèle changer le fonctionnement de l'entreprise.
Réponse de le 17/09/2014 à 10:53 :
Faisons bosser les patrons, et laissons gérer les ouvriers...
Réponse de le 17/09/2014 à 12:21 :
je crois que les SCOP, ça marche pas trop mal en effet.
le problème c'est probablement d'abord l'état d'esprit :"si la hardiesse et l'esprit d'entreprise paraissent être les qualités dominantes du commerce allemand, la prudence et le souci de sa sécurité paraissent être celles du commerçant français" (Journal des Chambres de Commerce, 1914). et en 1914, on avait aussi Louis Renault qui demandait l'aide de l'Etat contre les concurrents étrangers...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :