Les pauvres, mal aimés des banques centrales

 |   |  756  mots
(Crédits : DR)
La Fed aurait pu distribuer directement des liquidités aux consommateurs américains, ainsi que l'avaient théorisé Keynes et Friedman. Par Michel Santi*

 L'expérience inédite et quasi révolutionnaire de la Réserve fédérale américaine touche à sa fin. Cette institution courageuse et avant-gardiste qui, aux lendemains de l'implosion immobilière des subprimes et suite à la déconfiture retentissante de Lehmann, avait ramené ses taux à zéro avant de se lancer à corps perdu dans les baisses de taux quantitatives est désormais sur le point de normaliser sa politique monétaire. Pour solde, ce sont des milliers de milliards de dollars qui auront été émis par la Fed pour acheter des Bons du Trésor et des titres immobiliers dans l'objectif de relancer le crédit, la dépense, l'investissement et - en finalité - la confiance et l'emploi.

Donner directement de l'argent à la population

Pourtant, les actions déterminées de la Fed - dont les effets collatéraux furent d'enrichir davantage les riches - auraient pu être bien plus efficaces pour l'ensemble des acteurs économiques si elle s'y était pris autrement : en donnant directement l'argent à sa population. Ces trillions de dollars créés par la Réserve fédérale US, qui se sont principalement logés dans le système financier et investis sur les marchés boursiers, n'auraient-ils pas été plus bénéfiques pour l'économie réelle en ayant été destinés directement au contribuable ultime ?

Une étude conduite par Mark Blyth, Professeur à la Brown University aux Etats-Unis, a effectivement révélé que l'ensemble de cette création monétaire - mais canalisée vers les citoyens - se serait traduite en une somme de 56'000 dollars reçue par chaque famille américaine ! Ainsi, au lieu d'engraisser une finance toujours plus vorace, au lieu de contribuer à créer une nouvelle bulle boursière et au lieu de propulser à nouveau le marché immobilier aux fondements même de la crise, cette enveloppe aurait pu bénéficier au consommateur de base américain, qui contribue à lui seul à hauteur de 70% du P.I.B. de son pays.

Éviter le tamis du système bancaire

Les risques inflationnistes découlant de cette création et de ce don de liquidités seraient parfaitement maîtrisés. En effet, la banque centrale serait en mesure de fermer le robinet de ces liquidités en cas d'alerte ou de menace sur la stabilité des prix. En outre, les quantités crées par la Réserve fédérale seraient nettement moindres car elles n'auraient pas à passer par le tamis du système bancaire qui en conserverait la portion la plus importante, mais seraient destinées à une population qui en tirerait un profit immédiat. Par ailleurs, un effet optimal pour l'économie serait atteint en privilégiant les ménages modestes et la classe moyenne comme bénéficiaires de ces dons amenés à être entièrement recyclés dans les rouages économiques, au lieu d'en faire bénéficier les plus aisés ayant naturellement tendance à épargner, voire à jouer en bourse.

C'est enfin un peu d'inégalités qui seraient résorbées - tout en douceur du reste-, car ces sommes destinées aux moins aisés ne seraient pas prélevées aux riches dans le cadre d'un processus de redistribution agressif, mais tout bonnement crées par une banque centrale qui, pour une fois, ferait usage de son pouvoir et de ses prérogatives dans l'intérêt du citoyen de base.

Keynes et Friedman avaient lancé ces idées

Ces idées ne sont pas nouvelles: elles ont été énoncées en d'autres temps, en d'autres lieux et en d'autres circonstances par Keynes et ensuite par Friedman. Elles sont techniquement réalisables, économiquement viables, et moralement souhaitables en temps de récession. Elles n'ont cependant jamais été appliquées car - hier comme aujourd'hui - elles rencontrent l'opposition catégorique, virulente et dédaigneuse de celles et ceux qui - au sommet de la pyramide - balaient d'un revers de main toute tentative de rendre la vie un peu moins pénible à celles et ceux qui - plus bas, voire bien plus bas encore - sont priés de verser du sang et des larmes.

  Michel Santi est directeur financier et directeur des marchés financiers chez Cristal Capital S.A. à Genève. Il a conseillé plusieurs banques centrales, après avoir été trader sur les marchés financiers. Il est l'auteur de : "Splendeurs et misères du libéralisme", "Capitalism without conscience" et "L'Europe, chroniques d'un fiasco économique et politique".

Sa page Facebook et Twitter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/10/2014 à 17:58 :
Le monde tel qu'il est veut que celui qui est pauvre, le reste, et même qu'il le soit encore plus.Paradoxalement, ce n'est pas les + riches qui souhaitent cela (leur fortune est garantie...) mais "les moyens" qui ont une peur pathologique de se voir "dépasser". Alors, votre article qui est un exemple me semble une philosophie utopique.
a écrit le 14/10/2014 à 17:44 :
C'est à vous que le Prix Nobel d'économie aurait du être décerné!
a écrit le 14/10/2014 à 10:36 :
+ 100 ! Pour cet article que j' ai lu avec beaucoup d' intérêt.
a écrit le 14/10/2014 à 10:34 :
+ 100 ! Pour cet article que j'ai lu avec beaucoup d' intérêt.
a écrit le 13/10/2014 à 13:54 :
keynes a diut que la propension marginale a consommer est fortement decroissante, ca sert a rien de donner de l'argent au consommateur.... les modeles bases sur la consommation c'est effectivement friedman ( revenu permanent)..... apres, c'est pas le meme horizon de temps
a écrit le 13/10/2014 à 13:32 :
Mouais, les "pauvres" sont responsables de la crise des supprimes, alors leur prêter encore plus, je ne vois pas pas..
Réponse de le 14/10/2014 à 9:00 :
un banquier qui prête aux pauvres est un salaud car il favorise le surendettement et si il ne le fait pas, on dit qu'il l'est aussi car il ne prête qu'aux riches.
a écrit le 13/10/2014 à 12:10 :
Mais Monsieur Santi, la FED est un banque privée, elle travaille donc pour ses patrons et non pour l'intérêt des américains !!! c'est le pourquoi du comment !
Réponse de le 13/10/2014 à 23:06 :
Jusqu'à présent, les pauvres étaient les passagers clandestins du système social de l'état providence : ils bénéficiaient de retombées comme toute la population.
Avec les évolutions actuelles (et celles proposées par cet article), ils seront bientôt les seuls à voyager en première classe, aux frais de tous les autres.
Travaillez, remuez vous ! le monde est rempli de pauvres, et vous n'en ferez jamais assez !
Réponse de le 14/10/2014 à 10:42 :
???
Réponse de le 14/10/2014 à 17:48 :
Votre analyse est des plus primaire! Réfléchissez!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :