La démocratie française et rien d'autre

Les mouvements citoyens montrent que la France reste profondément attachée aux valeurs de la République. Pourtant, même les moments de communion et de célébration massifs et rapides ne suffisent pas à nous rassurer pour demain. par Bernard Cohen-Hadad, Président du Think Tank Etienne Marcel

5 mn

(Crédits : DR)

Les odieux attentats commis dans les locaux de Charlie Hebdo, dans la superette Casher, les sauvages assassinats à l'encontre de civils et des personnels de police, sont un choc indicible et une véritable peine. Et les mots pour exprimer, sans passion, ce que nous ressentons difficiles à venir. « La volonté d'espoir, quand il n'y a plus d'espoir s'appelle l'espérance » écrivait Jean-François Deniau. Les premières pensées sont pour les victimes et leurs familles. Dans un sursaut salutaire, tous les rassemblements du week-end ont su réunir l'Europe, la France, une partie du monde, en un hommage émouvant, sincère et réconfortant. L'immense majorité des hommes et des femmes de notre pays, quelles que soient leur origines, leur religion ou leur philosophie, quels que soient leurs engagements partisans ont voulu exprimer le refus des intégrismes destructeurs.

Une partie de notre société a perdu ses repères

 Les mouvements citoyens montrent que  la France reste profondément attachée aux valeurs de la République: la liberté, l'Egalité, la Fraternité et la Solidarité. Pourtant, même les moments de communion et de célébration massifs et rapides ne suffisent pas à nous rassurer pour demain. Nous devons désormais affirmer, avec force, avec vigueur, que nous ne voulons pas vivre pas vivre ensemble et en paix sans nous attacher à la laïcité, lutter contre l'antisémitisme et garantir durablement la sécurité de tous.

Nous ne sommes pas arrivés à un tel degré d'obscurantisme par hasard. Depuis des années une partie de notre société a perdu ses repères. Le monde est à l'envers. La notion de bien commun, le sentiment de l'intérêt général sont devenus suspects ou brocardés. Les partis politiques ont leur responsabilité. Le respect des valeurs religieuses, philosophiques ou morales ont été discrédités. Au nom de la tolérance, en réalité du laisser-faire, on assiste régulièrement à un effondrement de pans entiers de ce qui fait de la France une terre de paix et d'épanouissement. C'est-à-dire une société de progrès.

Les communautarismes dictent leurs règles moyenâgeuses

Dans la mondialisation des réseaux, les communautarismes dictent leurs règles moyenâgeuses du repli sur soi et du jugement d'un Dieu exterminateur sur la terre. Ils  grippent tous les niveaux de l'espace public, national ou territorial, mais aussi la vie associative et le monde de l'entreprise. Ce qui était, hier, cantonné au domaine intime ou privé est désormais exhibé ou revendiqué au nom du droit à la différence et de la liberté. La crise économique n'explique pas tout. La violence permanente des attitudes et des mots, la simplification extrême des enjeux, la disparition de la notion d'humanisme, le conservatisme de la pensée et la montée des violences physiques font que le principe de laïcité, fondement de notre vivre ensemble, est devenu une peau de chagrin voire une caricature. La France doit retrouver, dans son espace public, les conditions du respect par chacun d'une laïcité partagée, condition de l'égalité.

Le cancer de l'antisémitisme

La lutte contre l'antisémitisme est devenu une cause nationale. Le dire est, déjà, reconnaître un échec. Umberto Ecco avait cette belle formule « la limite de la tolérance est l'intolérable ». Depuis des siècles juifs et musulmans, les gens du Livre, ont su se comprendre. Comment en est-on arrivé là ? Au moindre grippage d'une situation, dans nos villes ou en dehors de nos frontières, le cancer de l'antisémitisme ressurgit au grand jour ou de manière rampante. Sur nos familles, nos enfants, dans les rues, dans les échanges commerciaux, même dans la reconnaissance de ce que nous faisons pour justifier promotions, mérites ou les bloquer.

Comment peut-on encore accepter, en France, la délocalisation permanente de conflits armés qui nous sont étrangers et qui se déroulent très loin de nous. Juifs pratiquants ou non, militants ou non, nous ne pouvons plus tolérer de voir remis en cause notre attachement à notre identité, à notre pays la France, à notre religion celle de nos pères. L'Islam n'a jamais enseigné de torturer un jeune homme dans une cave, tuer des enfants à la sortie d'une école, séquestrer une famille parce qu'ils sont juifs. Ces actions visent en réalité à ébranler nos principes démocratiques et enterrer l'esprit des Lumières. Les réponses adaptées existent. Elles  passent par le dialogue, l'éducation, l'instruction et la connaissance. Et elles ne peuvent pas faire l'impasse de la fermeté et d'une lutte efficace contre l'insécurité.

Quelle vie dans un pays soumis à la loi de groupuscules terroristes?

Les politiques de sécurité, périodiquement au centre du débat public, viennent de montrer leurs limites. Les politiques carcérales aussi. Tous les professionnels mettent en évidence que les prisons ne sont plus l'école du crime mais celle du fanatisme religieux. Au lieu de s'ouvrir, les esprits se radicalisent et se chargent de haine. « La liberté commence où l'ignorance finit » écrit Victor Hugo.

Personne ne souhaite vivre dans un Etat policier. Mais quelle vie peut-on avoir, en temps de paix, dans un pays soumis à la loi de groupuscules terroristes ? Non, tirer sur des civils, des gendarmes ou des policiers ne va pas de soi. C'est pourquoi, il faut d'abord valoriser l'action des personnels de Police et de Gendarmerie. En terme image, de formations, en moyens matériels, humains et financiers. Leur permettre d'exercer pleinement leur mission c'est faire respecter l'ordre républicain. Ces derniers jours leur action, comme leur sacrifice, ont été exemplaires, on ne l'a pas assez dit. D'autant qu'ils ont subi, ces derniers mois, des pertes dans la dignité et dans une indifférence quasi générale.

Nous ne lutterons pas seuls contre le terrorisme

Ensuite, nous ne lutterons pas seuls contre le terrorisme, qui cherche avant toute chose à détruire. C'est-à-dire sans renforcer urgemment les dispositifs d'informations et de renseignements avec nos partenaires européens. Et en multipliant nos échanges avec nos partenaires mondiaux. Enfin, quand arrêterons-nous de crier à la bavure, de souffler le chaud et le froid, à l'occasion de la moindre arrestation de ceux qui bafouent nos lois et règlements. La République ne doit pas devenir une coquille vide. Sans la confiance en nos institutions, tout combat est perdu d'avance. Nous ne retrouverons pas notre tranquillité en multipliant les lois de circonstances face à ceux qui veulent nous emmener sur le chemin de la terreur, mais en affirmant avec courage le seul choix qui vaille: la démocratie française.

Bernard COHEN-HADAD

Président du Think Tank Etienne Marcel

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 33
à écrit le 16/01/2015 à 22:36
Signaler
Malgré son aspect mielleux et mièvre, cet article insidieusement partisan et creux sur le fond. Les vieux travaux de R.K. Merton sur la déviance ont expliqué depuis belle lurette ce que nous sommes en train de vivre. Et à les lire vous verrez que le ...

à écrit le 15/01/2015 à 8:20
Signaler
Oui c'est pas mal ce que vous dites, le principe de la solidarité nationale doit l'emporter sur la tentation du repli communautaire,mais également le principe de la liberté de conscience, la liberté individuelle, sur les lois religieuses reçues en hé...

à écrit le 14/01/2015 à 15:37
Signaler
Perdre ses repères de la faute à qui? Quand la majorité par référendum dit non, nos politiques sous la houlette Sarkosy se réunissent en conclave -comme à Rome- et répond oui à l'Europe? Ça interpelle non? La religion du pognon dicte aussi sa loi.

à écrit le 14/01/2015 à 8:21
Signaler
Tout simplement parce que son parlement N' est PAS représentatif du peuple Français. L' UMP et le PS ont voté ensemble la "non proportionnelle" pour rester au pouvoir coute que coute et éviter l'émergence de partis alternatifs. La France est le SEUL ...

à écrit le 13/01/2015 à 14:31
Signaler
Mr cohen , vos palabres sont les bienvenues, mais votre definitions du racisme est tres limite non ? si je comprend bien le racisme dans votre bouche et celle de nos elites est vs les musulmans et les juifs ? donc les chretiens ne rentre pas dans vot...

à écrit le 13/01/2015 à 13:01
Signaler
merci de rappeler avec beaucoup de tolérance ce qu'est la France - au nom de je ne sais quelle "tolérance" on s'est voilé la face quand on bafouait nos principes élémentaires, on stigmatisait (non pas les voyous) mais nos policiers dont chaque interv...

à écrit le 13/01/2015 à 10:00
Signaler
De Gaulle disait, "comment voulez vous diriger un pays qui a 360 variétés de fromage"?.

à écrit le 13/01/2015 à 9:42
Signaler
Toute la partie du discours sur la perte des repères et des valeurs est une tarte à la crème !!! Au Vieme siècle avant JC, en Grèce, au temps de Pericles, les grands penseurs Grecs s'affligeaient de la perte de valeurs dans leur société. Toute societ...

à écrit le 13/01/2015 à 9:16
Signaler
BONNE ANNALISE/ SEUL LA RELANCE DE L ECONOMIE EUROPEENE ET MONDIALE PEUT CALMEZ LES TENTIONS NATIONNALES ET INTERNATIONNALE? CAR LE FANATISME RELIGIEUX S ETEND DANS TOUS LES PAYS ET PERSONNE NE SERAS A L ABRIT MEME PAS LES RICHES???

à écrit le 13/01/2015 à 9:08
Signaler
Démocratie de pacotille, avec une chambre des députés constituées de 80% de fonctionnaires et de 20% de professions libérales.

le 13/01/2015 à 19:34
Signaler
32% de fonctionnaires.

à écrit le 13/01/2015 à 9:07
Signaler
Tres bon article

à écrit le 13/01/2015 à 8:46
Signaler
La France n'est pas une démocratie, je l'avais lu dans un journal Suisse. Le pays est dirigé par l'énarchie, les hauts fonctionnaires et les ploutocrates professionnels. Elections confisquées, mascarade d'alternance fausse drouate, fausse gauche. ...

le 13/01/2015 à 9:09
Signaler
La suiise est un democratie basee sur la fraude fiscal et le blanchiment d'argent. Avez-vous lu un article se rapportant a ce phenomene... en Suisse?

à écrit le 13/01/2015 à 8:41
Signaler
Il est quand même notoire que les problèmes d'intégrations concernent essentiellement une certaine catégorie de personnes....en France et dans de nombreux pays démocratiques! L'immigration pourtant ne date pas d'aujourd'hui ni d'hier en France....

à écrit le 13/01/2015 à 7:31
Signaler
Son parlement N' est PAS représentatif. Suite au vote de l'UMP et du PS, la "non proportionnelle" empêche toute alternative démocratique justement. Et pendant ce temps, les politiques UMP et PS pillent leurs citoyens (ils se remplissent les poches, p...

le 15/01/2015 à 0:16
Signaler
C'est exactement ce qui se passe depuis 40ans, la prochaine fois il faudra les virer, l'UMPS.

à écrit le 13/01/2015 à 7:12
Signaler
En accord entre eux, l'UMP et le PS ont voté la "non proportionnelle" pour étouffer toute tentative d'alternance au système UMPS. Le Canard Enchainé, la semaine dernière, indiquait la volonté de Hollande de ne pas avoir de dose de proportionnelle pou...

le 13/01/2015 à 14:22
Signaler
Ce n'est pas nouveau, quand a marine elle fera pas plus mais pire , tous ceux qui accedent a un pouvoir , cest de piller , donc la causes est mortes, seul , les lois , les attributions de marchés, de postes de nominations au postes de directeurs dent...

à écrit le 12/01/2015 à 22:25
Signaler
Tres bon article. C'est la seule solution, mais c'est un combat et nous l'avions oublie. La democratie, particulierement en France, n'est pas un privilege hereditaire, mais un objectif a atteindre.

à écrit le 12/01/2015 à 22:02
Signaler
"Juifs pratiquants ou non, militants ou non, nous ne pouvons plus tolérer de voir remis en cause notre attachement à notre identité, à notre pays la France" En tant que français et juif, j'adhère à cette formule. En revanche, j'aimerais que les coc...

à écrit le 12/01/2015 à 21:26
Signaler
Quand vous dites que les personnes partageaient les mêmes valeurs : liberté, égalité, solidarité... vous vous trompez lourdement. Ce ne sont que des mots et des concepts que chacun rempli à sa guise, bien souvent de choses très différentes. Le mot...

à écrit le 12/01/2015 à 21:24
Signaler
En effet, la LAICITE doit être la priorité pour le vivre ensemble et montrer en exemple. Dans ce cas, après ce dimanche de grand rassemblement, - Le président Fr ne va pas dans une synagogue avec a son coté, benjamin netanyahu, responsable de 2000...

à écrit le 12/01/2015 à 17:58
Signaler
La laicité n'est pas la base du vivre ensemble. Si on regarde dans le passé, notre église catholique était le ciment de notre société. Le curé s'occupait d'enterrer aussi bien le riche que le mendiant. Il remplissait de nombreuses fonctions administr...

le 12/01/2015 à 19:43
Signaler
La laïcité c'est le respect des autres religions et la liberté de culte. Sans respect, il ne peut y avoir de vivier ensemble. L'église était le ciment mais excluait de fait les athée, leur imposait de voir la religion catholique quand bien même il é...

le 12/01/2015 à 22:05
Signaler
Cher Patrickb, nous ne sommes pas d'accord sur l'économie, mais là, je vous donne entièrement raison. On récolte le fruit des années de laxisme, ainsi que d'une politique étrangère débile. Et comme disait Arletty à qui on reprochait d'avoir couché ...

le 13/01/2015 à 8:57
Signaler
+1000000. Il y a une croyance franc mac, qui dit que la laïcité est une condition pour vivre ensemble. Elle est sciemment entretenue et reste fausse. Ce n'est pas une condition pour vivre ensemble. C'est une condition pour faire passer des idées fra...

le 13/01/2015 à 10:03
Signaler
La laïcité est au contraîre indispensable car met tout le monde sur un même plan, ce qui n'est pas la cas avec les religions dont les tenants sont convaincu de la supériorité de leur choix, même avec un semblant de "tolérance"...

à écrit le 12/01/2015 à 17:11
Signaler
La base du vivre ensemble est l'acceptation de règles communes, bien avant les valeurs. Les détenteurs de l'autorité civile au quotidien, enseignants, policiers et médecins sont pris à partie dans l'exercice de leur métier et l'expression de leurs co...

à écrit le 12/01/2015 à 15:48
Signaler
Enfin un bon article de fond, rare dans cet océan de médiocrité. Merci.

à écrit le 12/01/2015 à 15:48
Signaler
Pour pouvoir parler de démocratie (donc de pouvoir au peuple) il faudrait plusieurs conditions que la France est très loin de réunir. - D'abord il faudrait que le pays soit souverain - ce qui est loin d'être le cas vu que nous ne contrôlons ni notr...

le 12/01/2015 à 21:30
Signaler
Tout à fait d'accord avec vous. Il faut garder espoir mais ne pas se bercer d'illusions. Militer contre le terrorisme c'est le plus petit dénominateur commun que l'on ait jamais trouvé.

le 13/01/2015 à 16:55
Signaler
Et sur LT y'a de la lectocratie ???? Je me fais censurer tout le temps... A part ça, pour la démocratie, je crois que c'est mort.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.