À Hambourg, régénération urbaine et développement portuaire marchent d'un même pas

 |   |  1035  mots
Le projet de renouvellement urbain HafenCity permet de reprendre le contrôle d'actifs clés au coeur de la ville, de les regrouper et de les gérer.
Le projet de renouvellement urbain HafenCity permet de reprendre le contrôle d'actifs clés au coeur de la ville, de les regrouper et de les gérer. (Crédits : iStock)
Comment une ville et un port peuvent-ils continuer de croître lorsqu'ils sont enserrés dans des frontières administratives ? Telle est l'équation délicate que tente de résoudre Hambourg. Par Cécile Maisonneuve, présidente de la Fabrique de la Cité, et Chloë Voisin-Bormuth, responsable des études et de la recherche de la Fabrique de la Cité.

Comme la plupart des villes portuaires, Hambourg a longtemps tourné le dos à ses rives industrielles pour se développer plus au nord de la ville, le long de la rivière Alster, tandis que le port s'étendait sur les rives de l'Elbe, pour représenter aujourd'hui près de 10% de la superficie de la ville qui l'administre. Historiquement, les espaces détenus et octroyés par la municipalité de Hambourg au port n'ont cessé de changer au gré des besoins de l'infrastructure portuaire. En fonction de l'ensablement de l'Elbe, de l'apparition de nouvelles générations de bateaux ou du développement du commerce dans l'arrière-pays nécessitant un accès privilégié aux infrastructures ferroviaires et routières, le port a dû se moderniser ou faire le choix de s'étendre ailleurs.

Aujourd'hui, avec l'augmentation de ses échanges mondiaux, notamment avec la Chine, le port de Hambourg sera vraisemblablement en surexploitation dès 2025. La Hamburg Port Authority (HPA), détenue en totalité par la municipalité, investit donc dans la modernisation et la digitalisation de ses infrastructures.

C'est cette même double logique de développement et d'optimisation qui est à l'oeuvre du côté de la ville. Hambourg attire, avec son haut niveau de qualité de vie et son rôle d'épicentre de l'industrie des médias en Allemagne. Comment faire face à une demande croissante quand la ressource est rare ? Car l'équation est rendue plus complexe encore par un troisième facteur limitant à l'expansion urbaine, au-delà du statut de cité-État et de l'emprise du port. Hambourg, par sa position en fond d'estuaire, est régulièrement frappée par des inondations qui paralysent ponctuellement ses activités et son port. Depuis la crue destructrice de 1962, qui causa d'importants dommages matériels et provoqua la mort de plusieurs centaines d'habitants, la ville a subi huit ondes de tempêtes avec des montées d'eau supérieures à celle de 1962. La protection contre les inondations est érigée en priorité par la cité-État.

Innover pour se déployer

Cette triple limitation à son expansion, Hambourg la contourne par l'innovation. Car l'ouverture sur le monde a toujours été pour la ville un moteur d'innovation. Et, de même que rester connecté au monde est un vecteur de modernisation constant pour le port de Hambourg, devenir une métropole de premier rang et accueillir de nouveaux habitants sur un territoire fortement limité par ses frontières administratives de cité-État pousse Hambourg à innover pour dégager du foncier attractif et révéler des actifs dormants. Comme Copenhague, Helsinki ou encore Lyon, elle a su explorer des voies innovantes non seulement pour dégager du foncier et mieux utiliser son parc immobilier, mais aussi pour monter et financer un grand projet de régénération urbaine, HafenCity.

Le projet de renouvellement urbain repose sur une triple démarche : reprendre le contrôle d'actifs clés en coeur de ville, alors sous-évalués et sous-exploités, les regrouper et les gérer. La particularité du projet de réaménagement de HafenCity réside dans la volonté de « créer un intérêt public commun au sein du bien privé », selon les mots du professeur Jürgen Bruns-Berenteig, Pdg de HafenCity. Cet intérêt public commun consiste à en faire un quartier attractif à forte mixité fonctionnelle et sociale, relevant le défi d'une construction durable à haute qualité environnementale, soit l'incarnation de l'objectif que s'est fixé la ville de devenir « une ville sur l'eau, verte, sociale et attractive ».

Projet phare de régénération urbaine, HafenCity n'est pas la seule démarche d'expansion du foncier à Hambourg. Moins connue, une autre opération massive de renaissance urbaine a lieu à Wilhelmsburg, île au sud du centre-ville de Hambourg, qui compte 55.000 habitants et jouit d'une situation centrale. Mais seulement sur la carte. Depuis son inondation en 1962, cette île - la plus grande d'Europe - constitue un quartier de relégation des activités non désirées car polluantes ou consommatrices d'espace (logistique) et des populations les plus pauvres, souvent d'origine étrangère (plus de 40 nationalités s'y côtoient). Zone de fractures délaissée par les pouvoirs publics, cette partie de Hambourg a longtemps été tenue à l'écart du dynamisme de la deuxième ville d'Allemagne.

Face aux enjeux de pression foncière liés à la croissance de la ville, le choix n'a pas été fait de développer du foncier de façon opportuniste sur cette île, mais de monter une IBA. Trop méconnu, le concept allemand de l'Internationale Bauausstellung, dit "IBA", est une méthode originale de fabrique de la cité. Il s'agit d'une démarche d'initiative locale qui a pour but, dans une durée limitée, de résoudre de manière innovante et exemplaire un problème global (urbain, social, économique, environnemental, etc.) pour lequel les processus traditionnels échouent à apporter des réponses efficaces.

L'IBA comme catalyseur

Se positionnant clairement comme laboratoire d'idées, l'IBA offre une plateforme de réflexion et d'échanges sur une base nouvelle : la discussion a lieu en amont de l'appel à projets pour définir l'ambition et les objectifs en relation avec un comité scientifique international de très haut niveau. Mobilisant toutes les parties prenantes, cette discussion permet de vérifier que le territoire s'engage et est porteur. L'IBA assume son caractère expérimental et incrémental. Ainsi au-delà de l'IBA, des partenariats et des réflexes de travail en commun sont mis en place : une dynamique de projet est instaurée à l'échelle locale entre des acteurs qui restent sur le territoire et doivent continuer à travailler ensemble une fois l'IBA terminée.

L'IBA agit donc comme un catalyseur d'énergie et de financements, qui est en train de transformer en profondeur le quartier de Wilhelmsburg. Et met à l'honneur ce qui s'impose comme la marque de fabrique de Hambourg : un mélange de pragmatisme et d'art, et un subtil dosage entre sciences de l'ingénieur et créativité de l'architecture.

___

Par Cécile Maisonneuve, présidente de la Fabrique de la Cité, et Chloë Voisin-Bormuth, responsable des études et de la recherche de la Fabrique de la Cité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :