Augmentation des primes d'assurances cyber  : les assureurs s'y retrouvent-ils  ?

OPINION. Faut-il ou non payer la rançon en cas de rançongiciel? La réponse est quasi affirmative, selon les autorités, ce qui soulève quelques questions, notamment en terme d'assurance. Par Jean-Jacques Quisquater, Ecole Polytechnique de Louvain, Université de Louvain et MIT, et Charles Cuvelliez, Ecole Polytechnique de Bruxelles, Université de Bruxelles.
Jean-Jacques Quisquater et Charles Cuvelliez.
Jean-Jacques Quisquater et Charles Cuvelliez. (Crédits : DR)

C'est un résultat surprenant de l'augmentation continue des primes d'assurance pour couvrir les cyberattaques : le ratio des sinistres cyber remboursés sur le total des primes payées s'est amélioré en 2021 par rapport à 2020 : il est passé de 72 % à 65 %, aux Etats-Unis.

C'est l'agence Fitch qui a fait cette annonce . Ainsi donc, pour 100 dollars de primes payées, les assureurs ont remboursé 65 dollars aux sociétés victimes de cyber attaques.

Avec 65 %, on pourrait se dire que la marge des assureurs reste impressionnante : rien n'est moins sûr. Ce ratio ne tient compte que des déclarations qui ont amené un remboursement. C'est un ratio brut. Il ne prend pas en compte les coûts de fonctionnement de l'assureur ni tous les frais associés à la gestion des couvertures. Il s'agit aussi d'un ratio global : les assureurs qui ont comme clients des industries plus souvent frappées par des cyber-attaques ne doivent pas en mener large. Et puis, on reste encore loin des 48 % entre 2015 et 2019.

Pour arriver à cette baisse du ratio, il aura aussi fallu une augmentation des primes de 74 % pour assurances cyber. Cette augmentation est même de 92 % pour les assurances cyber autonomes. Celles-ci deviennent la norme car les assureurs veulent sortir les cyberattaques des couvertures globales des entreprises pour qu'elles ne soient plus un risque silencieux et sournois. En comparaison, les primes des assurances classiques accidents, vols, incendies n'ont augmenté que de 9 % en 2021.

Les autorités semblent également résignées  à autoriser le paiement des rançons : le projet de loi d'orientation et de programmation déposé le 16 mars 2022 le montre car l'article 5  exige un dépôt de plainte par toute entreprise qui aura payé la rançon... Donc, payer la rançon ne va pas être interdit par une autre loi...

Si le projet de loi autorise indirectement le paiement d'une rançon, c'est qu'il ne peut pas être une infraction pénale : le paiement se fait en effet sous contrainte. Mais, comment doit réagir la victime si elle sait que cette rançon servira à financer le terrorisme ? Si l'assureur s'en mêle, ce dernier devient même complice. Le blanchiment d'argent, ne pourrait pas être invoqué par contre puisque l'argent de la rançon vient de la victime. Il en va de même du (non)-respect des régimes de sanctions éventuels envers les pays d'origine des pirates :  ces derniers cachent leur origine via des adresses internet fictives.

On peut donc assurer les rançons avec une réserve, dans le cas où elle sert à alimenter le terrorisme mais c'est quasi impossible à le savoir, explique le Haut Comité Juridique (HCJ) de la place financière de Paris dans une analyse publiée récemment (rapport sur l'assurabilité des risques cyber) qui analyse les vrais impacts du paiement d'une rançon.

Ethique

Si rien n'interdit légalement le paiement d'une rançon, on en est réduit à l'éthique pour trancher. On entend dire que le paiement d'une rançon favorise l'écosystème des rançongiciels et augmente le risque d'attaque. Le fait de savoir que les entreprises sont couvertes par une cyber-assurance, surtout si c'est publié dans un rapport annuel, attirerait les attaques.

On dit aussi, explique le HCJ, que le remboursement des rançons par les assureurs n'inciterait pas les entreprises à mieux se protéger. Payer fragiliserait l'entreprise puisqu'on saura qu'elle a déjà honoré une rançon et serait sans doute prête à l'honorer encore une fois. Elle attire d'autant plus les rançongiciels.

Payer les rançons, enfin, mettrait à mal la lutte contre le financement du terrorisme et l'application du régime de sanctions.

Mais le haut comité n'y croit pas.  Quand une société est vraiment en danger, elle paiera la rançon même si l'assureur n'intervient pas. Ce n'est pas l'assurance qui est la cause des rançongiciels. Le taux de pénétration des assurances cyber reste très faible, pas celui des ranongiciels. Les assureurs, lorsqu'ils acceptent de couvrir une entreprise, exigent des mesures de sécurité à niveau (authentification multi-facteurs, détection sophistiquée sur les machines dans le réseau, prises de sauvegardes des données et de la configuration du réseau soigneusement isolées ensuite, présence d'un plan de réponse aux incidents à tester régulièrement, entrainement du personnel à détecter ne fût-ce que l'hameçonnage...). Leur intervention a des effets bénéfiques. Le HCJ a raison. Le prix plus ou moins élevé des franchises ou des primes pourrait être subordonné au niveau de préparation cyber des entreprises. Ce sera un autre incitant.

Une interdiction de couvrir les rançongiciels est même contreproductive, dit le haut comité car elle n'incitera plus les entreprises à se couvrir (puisque le risque principal est exclu). Ce n'est pas sain. Ceci dit un prix trop élevé des assurances cyber aussi !

Les assureurs n'encouragent pas, non plus, à payer la rançon car il y a des risques liés au paiement (risque de seconde attaque, risque de non-récupération des données chiffrées malgré tout, ce qui fera payer l'assureur une deuxième fois, risque de corruption des données,). Les assureurs et les experts qui les assistent ont tout intérêt à proposer/exiger des solutions alternatives comme les sauvegardes.

Quant au financement du terrorisme, si un organisme européen existait pour lister toutes les organisations terroristes, l'assureur pourrait décider en connaissance de cause de payer ou pas la rançon. Cet organisme est en voie de création dans le cadre d'un paquet législatif de la commission pour renforcer la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme.

A l'étranger

La situation à l'étranger est comparable à la France : les Etats-Unis ont juste émis une mise en garde contre le paiement de rançons auprès d'entités dites sanctionnées, à savoir des pays sous le régime de sanctions (Crimée, Cuba, Iran, Corée du Nord et Syrie et désormais la Russie). Comme les Etats-Unis appliquent l'extra-territorialité, ces restrictions s'appliquent aux citoyens américains, aux résidents permanents américains, aux entités américaines et à leurs filiales hors Etats-Unis et aux entreprises ayant une filiale aux Etats-Unis (cela fait du monde !). Comme les Etats-Unis, la plupart des pays n'interdisent pas le paiement des rançons. L'Allemagne refuse simplement que le paiement de la rançon soit le seul objet de l'assurance.

Acte de guerre ou pas ?

Dernière question tranchée par le HCJ est l'acte de guerre invoqué pour refuser le paiement de la rançon : le rançongiciel est souvent conçu par des hackers de pays comme la Russie. Sont-ils pour autant des agents militaires russes ? Une attaque cyber n'est pas un acte de guerre à moins d'être massive. Un acte de guerre est par définition un évènement de grande intensité au niveau des dommages sur des biens ou des infrastructures. Or une cyberattaque qui frappe une entreprise ne détruit rien mais perturbe le fonctionnement. Il faudrait alors définir une guerre en affinant le seuil de dommages qui s'applique (mise hors service d'un secteur entier qui paralyse l'économie).

Payer la rançon ne doit pas être le plan A au risque de devenir un risque impossible à couvrir avec le temps. Il en va des rançongiciels comme de toute forme de criminalité : follow the money est la bonne tactique. C'est en tarissant les possibilités de financement, en les pistant, qu'on rendra cette criminalité moins intéressante.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.