Bitcoin : la monnaie ouverte et ses ennemis

OPINION. Les promoteurs de la cryptomonnaie ont répondu aux questions et critiques que suscitait son émergence ces dernières années. Mais ils butent sur un rejet d'ordre idéologique, car le bitcoin à l'instar de la "société ouverte", défendue par le philosophe Karl Popper perturbe le confort et la sécurité garantis par l'ordre traditionnel. Par Yorick de Mombynes, haut fonctionnaire.

5 mn

(Crédits : Reuters)

Le bitcoin voit régulièrement s'abattre sur lui un flot de critiques variées (spéculation, volatilité, blanchiment, terrorisme, pollution, etc.). Il existe pourtant un vaste corpus de données et d'analyses les réfutant point par point, accessible facilement sur Internet à qui veut bien se donner la peine de les consulter.

Dès lors, comment comprendre que les mêmes accusations reviennent inlassablement, comme si de rien n'était, sans tenir compte de ces réfutations publiées depuis des années ? La paresse intellectuelle de certains contempteurs n'explique pas tout. Ni les biais évidents de ceux dont le pouvoir ou le modèle d'affaires est menacé par l'essor des cryptomonnaies.

Il existe une raison plus fondamentale, de nature idéologique.

Libérer l'individu des hiérarchies héritées

Dans La Société ouverte et ses ennemis (1945), le grand philosophe Karl Popper rappelle que la civilisation est la reconnaissance progressive de quelques grands principes : l'égalité des droits, la liberté d'opinion, le pluralisme intellectuel, le rationalisme critique, le droit de propriété, la responsabilité individuelle, la tolérance mutuelle, l'échange, la coopération. La « société ouverte » est l'ordre social dynamique qui libère l'individu des hiérarchies héritées.

Mais, selon Popper, ce processus de civilisation est intrinsèquement fragile. Comme il crée du mouvement, de l'incertitude et de la complexité, il perturbe le confort et la sécurité garantis par l'ordre traditionnel. La place de chacun dans la hiérarchie sociale n'est plus assurée automatiquement. La simplicité, les certitudes et la permanence de la société tribale sont remises en question. Ce processus alimente donc des craintes, des rejets virulents, des réponses réactionnaires.

Pour les nostalgiques de la « société close », trop de liberté mène au chaos. Le collectif doit primer sur l'individuel, la tradition sur l'innovation. Il est hors de question de laisser la société ouverte se déployer. Il convient de restaurer la soumission aux traditions immuables, aux croyances non-contestables, aux hiérarchies figées, aux statuts permanents. Il faut imposer le primat de la communauté, la surveillance mutuelle, le contrôle social.

La philosophie politique occidentale est, selon Popper, traversée par cette opposition entre société ouverte et société close. A chaque époque, les penseurs de la première doivent répondre aux assauts théoriques du holisme coercitif, de l'anti-individualisme, du collectivisme tribal, de la tentation totalitaire.

Intolérable pour les sceptiques de la liberté

Le débat sur Bitcoin n'est qu'une nouvelle manifestation de cette tension. Le bitcoin est la monnaie de la société ouverte. Il dérange parce qu'il est une monnaie libre. Il est intolérable pour les sceptiques de la liberté.

Le réseau Bitcoin est ouvert à tous. Personne n'est obligé de l'utiliser. Chacun peut y participer et le quitter à tout moment : aucune autorisation préalable, aucune discrimination, aucune censure. Chacun peut recevoir, conserver et transmettre des bitcoins.

Chacun peut participer à la sécurisation du dispositif, soit en contribuant gratuitement à valider les transactions (en téléchargeant le logiciel et la base de données), soit en participant au « minage » (en étant rémunéré pour fournir de la puissance de calcul au réseau). Chacun peut aussi contribuer à vérifier, auditer ou compléter le protocole informatique. Ce dernier est open source : il peut être consulté, copié, utilisé librement et gratuitement.

Les transactions en bitcoins sont des messages publics, lisibles par tous. Le registre comptable est également public (la fameuse « blockchain »). Il est dupliqué sur des dizaines de milliers d'ordinateurs dans le monde, sans qu'aucun n'ait plus d'influence que les autres.

Le régime d'émission monétaire de Bitcoin est transparent, automatique, prévisible, non-manipulable. Bitcoin est un dispositif acéphale, décentralisé, ouvert. Nul n'a de pouvoir sur lui. Il n'a ni leader ni gestionnaire. Il appartient à tous et à personne.

Ces caractéristiques forment un ensemble exceptionnellement novateur, aux antipodes des systèmes fondés sur la hiérarchie, l'autorité, le monopole légal, l'autorisation, le privilège, le secret, le centralisme, le contrôle, l'arbitraire, la politisation, le dirigisme, la planification, la coercition.

Une monnaie en devenir

Le bitcoin possède toutes les qualités requises pour être utilisé comme monnaie : il est homogène, divisible, portable, échangeable, rare, coûteux à produire. Sa technologie est évolutive. Programmable, il convient au paradigme de l'ère numérique. Un protocole complémentaire (« Lightning Network ») permet un nombre illimité de micropaiements sans dépense énergétique additionnelle. L'adoption du bitcoin est progressive. Il est une monnaie en devenir.

L'institution sociale qu'est la monnaie devrait-elle être imposée, pilotée, manipulée ? Accaparée par une oligarchie ? Instrumentalisée à des fins politiques ? Mobilisée pour orienter l'économie et surveiller la vie privée ? Ou devrait-elle être libre, neutre, innovante, ouverte (ce que les futures « monnaies numériques de banques centrales » ne seront pas) ?

Dans les années 1990, le logiciel libre Linux a été moqué comme absurde et irréaliste parce qu'il était ouvert à tous, sans propriété intellectuelle. Il est aujourd'hui omniprésent, même dans les systèmes informatiques les plus fermés comme ceux de Microsoft. Les systèmes ouverts suscitent souvent mépris et hostilité ; mais ils finissent toujours par l'emporter parce qu'ils sont plus flexibles, plus résilients et plus innovants. Comme la société ouverte. Comme la monnaie ouverte.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 19/01/2022 à 16:38
Signaler
Dans tout ça on a toujours trouvé aucune utilité concrète au bitcoin, à part le revendre pour avoir des euros ou des dollars pour ensuite s'acheter des choses avec. Et pour le minage, tout ce système est entièrement dépendant d'Etats peu démocratique...

à écrit le 19/01/2022 à 16:38
Signaler
Dans tout ça on a toujours trouvé aucune utilité concrète au bitcoin, à part le revendre pour avoir des euros ou des dollars pour ensuite s'acheter des choses avec. Et pour le minage, tout ce système est entièrement dépendant d'Etats peu démocratique...

à écrit le 19/01/2022 à 14:10
Signaler
Il est évoqué sur les posts, l'émergence du bitcoins sous l'aspect d'une réaction aux endettements nationaux. Cet endettement n'est dû qu'à une conception comptable fantasmant la vertu gestionnaire. Alors qu'il suffit de laisser ces dettes nationale...

à écrit le 19/01/2022 à 14:00
Signaler
Nous ne faisons que tenter de récupérer cette compétence de liberté dont nous avons le souvenir, sans savoir où nous l'avons perdue. La condition humaine dans toute son essence, dans laquelle nous sommes enfermés et qui génère trois aboutissements : ...

à écrit le 19/01/2022 à 12:40
Signaler
Merci merci merci de puis la côte d'ivoire le pays de Didier Drogba nous vous remercions pour l'écriture de cet article je suis éblouis

à écrit le 19/01/2022 à 9:37
Signaler
Je ne parle pas des cryptomonnaies en général, mais concernant le bitcoin en particulier c'est une catastrophe écologique. pour peut etre 1000 fois moins de transaction que le systerme bancaire standard, il consomme en energie 1000 fois plus. Le r...

le 19/01/2022 à 12:12
Signaler
Encore un qui n'a pas lu (ou pas compris) cette tribune. Tes arguments ont déjà été maintes fois réfutés : Non, le bitcoin ne dépense pas plus d'énergie que le système bancaire (c'est même beaucoup moins). Si, le bitcoin (grâce à LN) permet des ce...

à écrit le 18/01/2022 à 20:28
Signaler
Les crypto monnaies sont des désastres écologiques. L'électricité consommée, le matériel électronique fabriqué, c'est un gaspillage monstrueux de ressources naturelles. Aujourd'hui, il est devenu impossible de trouver une carte graphique à prix raiso...

le 18/01/2022 à 21:40
Signaler
Le système bancaire pas?

à écrit le 18/01/2022 à 20:04
Signaler
Une déconnexion banquiers-monnaies ne serait pas du luxe en effet, le bitcoin s'est déjà imposé du fait de monnaies nationales croulantes sous les dettes, l'oligarchie a tout prit, cela pourrait aussi devenir une béquille quand les financiers ne fina...

à écrit le 18/01/2022 à 18:38
Signaler
Très bel article qui en peu de mots resume la vraie signification sociale du bitcoin et répond à un bon nombre d'objections.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.