Brexit : ce référendum qui mène la société britannique dans l'impasse

 |   |  1325  mots
(Crédits : Reuters)
Le référendum du 23 juin est, dans son principe, une erreur: il va créer un antagonisme profond dans la sphère politique et diviser durablement la société. Par Harold James, professeur, Princeton

La démocratie est partout confrontée à de sérieux défis. Les États-Unis vivent la campagne des élections primaires la plus étrange de mémoire d'homme, avec des outsiders populistes qui menacent de l'emporter sur les candidats des partis. Le Brésil est paralysé par une crise constitutionnelle. Les Européens attribuent leur malaise à un déficit démocratique au sein de l'Union européenne. Et au Royaume-Uni, la vision d'une souveraineté nationale retrouvée alimente la campagne en faveur d'une sortie de l'UE.

Mais les tentatives faites pour restaurer le « pouvoir du peuple » peuvent facilement dresser les citoyens les uns contre les autres. Le référendum, qui doit se tenir le 23 juin prochain, sur le maintien ou non du Royaume-Uni au sein de l'UE en est un parfait exemple.

Une plus grande intégration dans la Grande-Bretagne dans l'UE?

Les théoriciens traditionnels de la démocratie représentative ne croient pas en la démocratie directe. Les référendums, en particulier, comportent des risques sérieux. En ramenant une question complexe à un choix binaire, ceux-ci prennent une dimension existentielle et peuvent être à l'origine de profondes divisions à long terme. C'est précisément ce qui est en train de se produire au Royaume-Uni aujourd'hui.

Mais rien ne permet d'échapper à la complexité de la question en jeu ; elle réapparait sous la forme des incertitudes liées aux conséquences d'un scrutin. Rester au sein de l'UE impliquera sans doute pour le Royaume-Uni d'avoir un statut de semi-membre, éventuellement assorti de nouvelles exemptions et clauses dérogatoires aux règles communes - l'option qui a la préférence du Premier ministre David Cameron. Ce choix signifiera également que le pays sera dans l'obligation de résoudre collectivement un large éventail de questions en matière de sécurité, de réfugiés et économiques que - comme le soulignent les partisans du maintien dans l'UE - le Royaume-Uni ne peut résoudre seul. Ce choix implique aussi à l'évidence une plus grande intégration.

Le référendum ne résoudra rien

Les conséquences d'une sortie de l'Union (le Brexit) sont encore plus sombres. Que se passera-t-il si le Royaume-Uni entame le processus de retrait sur deux ans prévu par le Traité de Lisbonne ? Pourra-t-il continuer à fonctionner dans le cadre de l'Espace économique européen (ladite « solution norvégienne ») ? Ou doit-il chercher à conclure un ensemble d'accords bilatéraux (la « solution suisse ») ? Et quid de la proposition de Michael Gove, le ministre de la Justice du gouvernement Cameron, d'établir une zone de libre échange avec la Bosnie, l'Ukraine et l'Albanie (le « modèle albanais ») ? Le Royaume-Uni doit-il entamer des négociations en tant que partenaire distinct sur le Traité de libre-échange transatlantique? Peut-il raisonnablement miser sur des progrès mondiaux rapides dans le démantèlement des obstacles tarifaires ?

Le référendum du 23 juin ne résoudra donc rien. Et le problème ne disparaîtra pas pour autant. Quelle que soit l'issue du scrutin, négocier les modalités de la relation du Royaume-Uni avec l'Europe prendra des années ; et atténuer la polarisation issue du référendum prendra plus de temps encore.

Le principe même de la démocratie britannique remis en cause

Pour certains pays, comme la Suisse, qui pratiquent une véritable démocratie directe, les référendums n'engendrent en général pas de profondes polarisations de la société. Parce qu'ils sont organisés régulièrement, les coalitions qui l'emportent changent d'une fois sur l'autre et d'une question à l'autre, avec pour conséquence qu'aucun scrutin particulier ne provoque de profonds clivages au sein de l'électorat.

Mais dans des démocraties représentatives comme le Royaume-Uni (et pratiquement toutes les démocraties actuelles), les citoyens élisent des dirigeants pour qu'ils évaluent les situations les plus complexes et procèdent à des arbitrages. Lorsqu'une décision est jugée tellement cruciale qu'elle ne peut pas être laissée au seul discernement des représentants élus, le principe qui sous-tend l'ensemble de l'ordre politique est remis en cause. Cette décision tend également à prendre une dimension historique, avec une vive opposition entre chacune des parties. En fait, la profonde opposition causée par le référendum sur le Brexit rappelle des épisodes antérieurs qui ont amené une reconfiguration du système politique britannique.

Au Royaume-Uni, l'exemple le plus récent est la crise du canal de Suez de 1956, qui a donné lieu à un débat sur le rôle de la Grande-Bretagne dans le monde d'après-guerre et l'ampleur de sa dépendance envers le bon vouloir des États-Unis. Au XIXe siècle, une vive polémique sur la liberté du commerce des grains aboutit à l'abolition des lois sur les céréales par le Premier ministre britannique Robert Peel. Cinquante ans plus tard, la France était déchirée en deux par le procès pour trahison du capitaine de l'armée Alfred Dreyfus.

Chaque camp diabolise l'autre

Lors de chacun de ces débats politiques décisifs, chaque camp a diabolisé l'autre, affirmant que l'adversaire était motivé par la malveillance ou l'ignorance. Il en va de même en Grande-Bretagne aujourd'hui.

Les Britanniques favorables au maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne sont vilipendés comme les esclaves d'une bureaucratie technocratique irresponsable, comme des traîtres à leur pays qui ne peuvent gagner qu'en lançant le « Projet de la peur ». De leur côté, les partisans du maintien dans l'UE qualifient leurs adversaires d'obscurantistes, peu instruits, de paroissiens ignorants, motivés uniquement par la colère et la peur. En d'autres termes, chacun des camps accuse l'autre d'être incapable de tempérer ses émotions par une réflexion rationnelle.

Le fait est que chacune des questions liées à l'appartenance à l'UE, aujourd'hui source de peur et de colère pour les Britanniques, pourrait être traitée au cas par cas. En réponse aux préoccupations concernant le fait que les immigrés puissent exercer des pressions sur les transports, les logements et le système éducatif, l'on pourrait plaider pour de meilleures écoles, plus de permis de construire et de nouveaux investissements dans les infrastructures. Dans tous ces domaines, les représentants élus sont bien placés pour procéder aux arbitrages nécessaires.

 Une moindre capacité à répondre aux défis actuels

En ayant recours aux mécanismes de la démocratie directe, le Royaume-Uni a affaibli sa capacité à bien répondre aux défis actuels. Cette situation de tout ou rien incite de plus en plus les citoyens britanniques à percevoir la politique sous un angle considéré comme inévitable par le philosophe et juriste allemand Carl Schmitt (et membre du parti nazi) : la distinction entre ami et ennemi - entre ceux pour lesquels l'on est en définitive prêt à mourir et ceux que l'on est en définitive prêt à tuer.

De tels clivages ne peuvent être comblés qu'avec le temps. Ils peuvent persister au-delà des circonstances qui les ont engendrés, parfois sur plusieurs générations avant de disparaître. Par exemple, l'Europe méditerranéenne a toujours en mémoire les polémiques sur le pouvoir de l'Église catholique, et le Sud des États-Unis continue à porter les stigmates de l'esclavage et de la Guerre civile. Ces clivages se traduisent par des tensions sociales, des blocages politiques et une incapacité à réformer ou moderniser la société.

En organisant un référendum, le gouvernement britannique a engendré un antagonisme profond et fondamental dans sa sphère politique. Le Royaume-Uni court aujourd'hui le risque de devenir une société divisée, de manière irréconciliable, et de plus en plus dans l'impasse.

Traduit de l'anglais par Julia Gallin

Harold James est professeur d'histoire et des relations internationales à l'université de Princeton et membre (senior fellow) du Centre for International Governance Innovation (CIGI).

© Project Syndicate 1995-2016

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/07/2016 à 16:42 :
Laisser le choix aux peuples de decider de leur destin ...pourquoi mais est ce que les votant sont conscient des decisons qu'ils prennent, les tenants et les aboutisssant a plus ou moins long terme. Tous le monde n'a pas eu la chance de suivre des cours d'économie , finance et géopolitique approfondi pour comprendre le système complexe qu'est l'europe. Je suis persuadé que lorsque les effets néfastes du Brexit fera surface dans quelques années quand la sortie sera effective avec comme conséquence , cout de vie en augmentation croissante, baisse des indemnisations et augmentation du chomage, les plus avisés du brexit commenceront a se dire que finalement le royaume uni au sein de l'europe c'était pas si mal. Surtout que le Royaume Uni se porte plutot bien comparé aux autres pays de l'UE pour le moment..
a écrit le 31/05/2016 à 12:00 :
On aura compris que ce Monsieur est plus favorable à la dictature qu'à l'expression des peuples par le vote, le vote démocratique, source de chaos ! Ben voyons ! Le Brexit, de plus en plus d'entrepreneurs anglais y sont favorables !
a écrit le 30/05/2016 à 22:20 :
les élites tenantes de la démocratie représentatives sont bien sûr farouchement attachées à un système où elles s' assurent presque exclusivement les postes concernés , dans une continuité entretenue par un modèle électif conçu à cette seule finalité .
alors elles ont une peur bleue du référendum , ce dangereux et populiste acte démocratique susceptible de les "balayer" et leur supprimer brutalement leurs avantages et autres prébendes très lucratifs .
nos amis britanniques ont sans doute raison de vouloir "mettre un grand coup de pied" dans ce "machin" européen qu'on leur a imposé sans leur avis , tout comme cela a été imposé aux citoyens français malgré leur vote de refus .
encourageons les anglais à voter pour leur liberté , vive le brexit et la souveraineté de nos belles nations . la paix n'est pas l'affaire d'une oligarchie supranationale autodésignée .
a écrit le 30/05/2016 à 22:15 :
L'impasse pour qui ? Pour l'élite européiste, mondialiste et apatride qui sacrifie son peuple pour créer des emplois ailleurs, surtout !
a écrit le 30/05/2016 à 19:00 :
Le brexit c'est bien pour tous, la GB n'a jamais trouvé sa place en Europe, ce pays est bien trop ultra libéral mais ça n’empêchera pas le GB de commercer avec le monde l'Europe y compris ! Sans la GB l'Europe pourra se renforcer !
a écrit le 30/05/2016 à 18:39 :
quoi de plus démocratique qu'un référendum ? il n'y a qu'en France que certains politiques ont trahis la voix du peuple en 2005 ; le 23 juin les britanniques seront souverains de leur choix
Réponse de le 30/05/2016 à 23:46 :
Rappel : Les français ont toujours choisi des dirigeants pro-européens, avant comme après 2005. C'est bizarre de continuer à opposer ce référendum vieux de 11 ans à toute politique qui déplait.
Réponse de le 31/05/2016 à 8:32 :
@Tom "Pour accéder à à l' investiture nationale, tous les hommes politiques lors des dernières élections ont été pro-européens" , aujourd' hui une bonne partie des français mesure l' erreur de ce choix mais il n' e n avait pas d'autre ..

En reformulant, le système assure la promotion des européïstes -comme vous le faites- et se trouve de fait verrouillé au point qu' aucun débat n' est jamais engagé sur le bien fondé d' une sortie de l' Union ..
Réponse de le 31/05/2016 à 8:54 :
Tout est aux mains de l'UE de Bruxelles, simple rouage de la Finance et nos politiques... de la simple main-d’œuvre
Réponse de le 31/05/2016 à 9:04 :
@ Gédéon
Il ne faut pas se voiler la face : Les français ont le choix de voter pour des candidats souverainistes. Or c'est un fait que les candidats souverainistes n'obtiennent pas la majorité des suffrages en France.
a écrit le 30/05/2016 à 17:16 :
Il vaut mieux un bon référendum qu'une frustration collective.
Réponse de le 30/05/2016 à 18:28 :
Pour ND des Landes, vont-ils donner tous les éléments pour que les gens choisissent en connaissance de cause ? Les gains envisagés, les nuisances déplacées, les coûts (PPP), les centaines de millions de dédommagement (dans le contrat signé) à Vinci si c'est annulé, etc etc.
"On exporte 13% du PIB, l'UE nous vend 3%, doit-on les quitter ?" Oui, si c'est pour que rien ne change, sans renégocier 27 accords commerciaux, autres... [en quel honneur ? Le DK et la Suède demanderont à avoir la même chose !]
De nombreux projets en GB ont été payés par l'UE. Il faudrait un bilan absolu de tout en + en - pour savoir, sinon c'est épidermique, voire "manipulé" (shocking :-) ).
a écrit le 30/05/2016 à 17:13 :
"Les référendum comportent des risques sérieux" ? Oui, on a vu en France, on nous interroge, on dit non, mais Politikus 1er nous trahit. Résultat, qui dit que l'on est encore en démocratie ? Seuls les aveugles et les profiteurs de ce système y croient encore, la tête dans le sable. La presse est achetée, la télé idem, tous les médias mainstream se concentrent dans les mains de quelques apparatchik milliardaires qui nous chantent le même refrain, les très riches s'enrichissent, les pauvres le restent, et quand le peuple ose manifester son désaccord dans la rue on menace (attention plus de touristes, on compromet l'Euro, etc) et on décide à coups de 49.3 pour faire taire la plèbe. Ca c'est demo/critique ! Alors laissons les brittons décider de leur avenir sans les critiquer, et respectons leur choix et leur vote. Leur démocratie, malgré qu'ils aient encore une reine, n'a pas encore été kidnappée au nom d'un Européisme forcené, respect. L'Europe, de toute façon, n'a jamais été ce que nos technocrates nous ont fait miroiter, et j'espère que sa fin sous la forme actuelle approche, je ne crois plus au chant des sirènes qu'on nous passe en boucle un peu partout. Nous, on a coupé la tête à un Roi, mais on retrouve dans le siècle actuel les castes d'autrefois et l'autoritarisme, la fatuité et la captation des ressources populaires au profit de la nouvelle "monarchie" comme jadis. Attendons l'événement qui permettra ce grand changement. Tant pis si on n'a pas droit à l'Euro, il y a des choses bien plus importantes à régler. Les gladiateurs viendront plus tard amuser la populace.
a écrit le 30/05/2016 à 16:48 :
Le fait pour la G.B. de ne pas avoir su profiter de l'occasion pour sortir de l'UE risque a terme de créer des regrets, car rien ne dit que plus tard elle ne puisse pas réintégrer l'union! Cette UE de Bruxelles intègre n'importe qui!
Réponse de le 30/05/2016 à 18:22 :
Elle intègre n'importe qui, oui, il parait que l'est la GB qui a poussé à ça, afin d'élargir la surface de commerce sans entrave, sans frontière, du business et de la finance. 3% du PIB des autres pays en exportation vers la GB, 13% de la GB vers l'UE, je crois. Big business.
C'est ce que je disais, ils pourront monter un dossier pour (re)entrer dans l'UE (une fois que l’Écosse y sera :-) ).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :